Foot Sport en Nord

Zen Botman

Pendant que Batman passe ses nuits à veiller sur Gotham City, Sven Botman fait en sorte chaque week-end que Mike Maignan soit le moins sollicité possible. Les attaquants de Ligue 1 auraient beau enfiler un costume de Joker, rien n’y ferait. Le défenseur néerlandais réalise un début de saison épatant au côté de Robin aka José Fonte. Et si la Batmobile lilloise est partie si vite, la charnière n’y est pas étrangère. 

Un Oranje plein de fraîcheur

Âgé de seulement 20 ans, Sven Botman s’est d’abord fait les dents au Pays-Bas. Prêté par l’Ajax au SC Heerenveen, le défenseur d’1m93 se retrouve dans une équipe très jeune, avec une moyenne d’âge de 21,8 ans. Associé en charnière centrale au Kosovar Ibrahim Dresevic, le défenseur néerlandais montre très vite des qualités athlétiques indéniables. Cela se caractérise notamment par de nombreuses montées balle au pied. Le 4-3-3 offensif de l’entraîneur Johnny Jansen peut alors se transformer en 3-4-3 en phase offensive, avec un Sven Botman avancé par rapport à son coéquipier kosovar.

Offensivement, le colosse hollandais est aussi précieux sur les coups de pieds arrêtés grâce à sa grande taille. Ses deux buts sous les couleurs d’Heerenveen ont tous les deux été inscrits de la tête, un sur coup franc et l’autre sur corner. Outre ces deux buts, Sven Botman a aussi délivré 4 passes décisives, grâce notamment à sa qualité de passes longues, permettant aux ailiers d’Heerenveen de bénéficier de quelques caviars made by Botman.

C’est au nord des Pays-Bas que le défenseur a fait ses débuts professionnels.
Crédit photo : BSR/SOCCRATES

D’un point de vue défensif, Sven Botman utilise très bien son corps. Sa taille lui permet d’être un atout précieux dans les duels aériens (75 % de réussite). Le défenseur d’1m93 a impressionné dès sa première saison professionnelle, montrant des qualités défensives épatantes. Il fut le joueur le plus utilisé par Johnny Jansen, ne loupant aucune minute de championnat. Néanmoins, sous les couleurs d’Heerenvenen, l’international Espoirs a montré quelques limites dans la défense au sol, avec « seulement » 66 % de duels remportés. Sur ce point, le colosse néerlandais a montré certaines garanties lors de ces débuts avec le LOSC, en multipliant les tacles décisifs (73% de duels au sol remportés).

Le grand Sven a fait ses débuts chez les Espoirs le mois dernier.
Crédit photo : Getty Images

Précieux à la récupération, Sven Botman se mue en Monsieur Propre à chacune de ses interventions puisqu’il a concédé en moyenne moins d’une faute tous les deux matchs depuis ses débuts professionnels. Il est le défenseur central ayant été le moins sanctionné lors de la saison passée au Pays-Bas.

Sur les 33 tacles tentés la saison dernière, il n’a concédé aucune faute. Le tacle est l’arme fatale de Botman. Il n’hésite pas à dégainer cette arme même dans sa surface de réparation, provoquant au passage quelques sueurs froides pour ses coéquipiers et les supporters. C’est notamment lorsque les ailiers adverses repiquent dans l’axe qu’il est amené à se mettre au sol. A Lille, cette situation revient souvent, du fait des montées de Domagoj Bradaric, pas toujours impeccable en défense.  Cette saison, il a doublé son nombre de tacles par match. Cela peut notamment s’expliquer par son changement de rôle sous la houlette de Christophe Galtier.

Le tacle glissée de Botman, le hit de l’automne lillois.
Crédit photo : Getty Images

Air Botman, destination l’avant

En effet, le tacticien français insiste pour que Botman reste en défense central. A l’inverse d’Heerenveen, les latéraux lillois montent très haut, obligeant ainsi Fonte et Botman à rester derrière, accompagnés par Benjamin André.

Ses seuls apports offensifs sont ses passes longues. Les principaux destinataires ? Burak Yilmaz quand le Turc est dos au jeu, et Jonathan Bamba dans la profondeur. Les longs caviars sont la marque de fabrique de Botman depuis son arrivée à Lille. La patte gauche néerlandaise est un véritable sniper longue distance puisqu’il a réussi près de 80% de ses passes dans le camp adverse sur ses 101 tentatives depuis le début de la saison. Il est d’ailleurs le 3ème joueur de Ligue 1 qui réalise le plus de passes vers l’avant avec une moyenne de 29 unités par match.

Botman ne monte plus autant qu’avec Heerenveen mais il envoie caviars sur caviars permettant ainsi d’endosser le rôle de première rampe de lancement des offensives nordistes. Il est un des principaux relanceurs lillois du fait de son nombre impressionnant de récupération. Il est le 5ème joueur ayant récupéré le plus de ballons dans le championnat français. Cela s’explique par le nombre d’interceptions qu’il effectue sur les passes en profondeurs adverses, grâce à un positionnement juste et sa vitesse.

Sven Botman a privé Corentin Jean d’occasions lors du derby.
Crédit photo : Getty Images

Le LOSC se repose encore beaucoup sur les transitions rapides et ce rôle est donc déterminant. C’est un domaine dans lequel le Néerlandais peut progresser. Il peut essayer de jouer avec la paire André-Sanches lors des transitions rapides afin de faire ressortir le ballon plus proprement.

On voit que Botman est moins offensif sous les couleurs lilloises et ne reproduit plus ses percées. De plus, à Lille, Sven Botman ne monte pas systématiquement sur les coups de pied arrêtés.
Crédit : sofascore

Le meilleur Lillois du mois de septembre s’est très vite adapté aux spécificités du championnat français et prend à perfection le relais de Gabriel. Leurs profils se ressemblent énormément et le LOSC n’a rien perdu au change. Du haut de son mètre 90, Gabriel était essentiel dans les duels aériens, mais Sven Botman n’a rien à envier au Brésilien aussi avec près de 90% de réussite dans ce domaine sous les couleurs lilloises. Il est le 2ème joueur ayant remporté le plus de duels aériens en L1 depuis le début de saison.

Une LOSC Story à poursuivre

A peine arrivé dans le Nord, l’international Espoirs s’est imposé comme une valeur indéboulonnable dans le XI de Christophe Galtier. Le Néerlandais n’a loupé aucune minute depuis son arrivée en France. Avec José Fonte, le défenseur gaucher forme une paire impériale, permettant au club nordiste d’être la meilleure défense de Ligue 1 à ce jour. Car qui mieux qu’un Portugais pour compléter une muraille infranchissable ? Âgé de 36 ans, le Lusophone complète parfaitement son compère dans les relances. « Il a une intégration assez rapide grâce aussi à José Fonte. Il est très réceptif aux conseils qu’il peut recevoir de sa part durant les entraînements et les matchs » détaille Christophe Galtier.

Quand Botman distille les ballons longs à la pelle, le champion d’Europe 2016 privilégie les relances courtes vers Zeki Celik et Benjamin André. Cela s’explique par les nombreux décrochages de Luiz Araujo, rendant plus complexes les relances longues sur le flanc droite de l’attaque nordiste. Avec ce duo, le LOSC possède deux relanceurs aux schémas de relance différents mais complémentaires.

Fonte-Botman, duo de choc.
Crédit photo : Getty Images

Sous les couleurs lilloises, le Néerlandais a découvert la Ligue Europa, une étape de plus dans sa carrière linéaire. « Il n’a jamais été surclassé, il n’a jamais été considéré comme un crack, il a passé les étapes les unes après les autres assez facilement » explique Kai Sierhuis, son coéquipier au centre de formation ajacide. Le Néerlandais a réalisé à Prague une prestation en demi-teinte. Averti à la 30ème minute, sorti à la 78ème minute, Sven Botman manque encore d’expérience et les prochaines échéances européennes seront l’occasion encore d’apprendre auprès du Professeur Fonte. Jusqu’à ce que l’élève dépasse le maître…

Crédit photo : Getty Images
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :