Cyclisme

Merci Pierrot !

Une page se tourne. Pierre Rolland a annoncé ce mardi 13 décembre mettre fin à sa longue carrière de coureur cycliste professionnel. Alors qu’il avait prolongé son contrat d’un an avec son équipe B & B Hotels – KTM, la disparition de l’équipe de Jérôme Pineau a sans doute accéléré sa décision. Retour sur sa carrière, d’équipier modèle à triple vainqueur d’étapes de grands tours.

Grimpeur dans l’âme

Pierre Rolland n’est pas de ceux qui sont nés avec un vélo entre les jambes. Il n’a jamais pédalé avant ses 13 ans. Avec son ami d’enfance, Benjamin Gault , il commence le VTT, avant de très vite se tourner vers le cyclisme sur route. Bagarreur et tenace il a toutes les qualités pour performer, notamment en montagne. Sélectionné pour la première fois en équipe de France junior en 2004, il participe à de nombreuses courses internationales. Il se classe en effet 15ème aux championnats du monde junior. Repéré, il quitte en 2005 le cocon familial d’Orléans pour rejoindre une équipe amateur bretonne, à Rennes.

Trop juste financièrement, il travaille en parallèle dans un Macdonald. Le sport amateur nécessite des fonds d’investissement très élevés. Le plan financier doit alors être assuré par les marques, sous peine de devenir un frein à la performance. Mais « Pierrot » ne lâche jamais. Toujours en équipe de France, il est équipier de Romain Feillu qui terminera 2ème des championnats du monde juniors 2006. Pierre Rolland sait se mettre au service d’un collectif. Coéquipier modèle, il intègre cette même année, en tant que stagiaire, l’équipe Crédit Agricole et dispute le Tour de l’Ain, son premier tour chez les professionnels. Talent confirmé, il intègre l’équipe en tant que professionnel l’année suivante. Il participe alors à ses toutes premières courses et commence à montrer ses véritables talents de grimpeur dès 2008.

19ème étape du Tour de France 2011, l’Alpe d’Huez

Durant ce tour, Pierre Rolland est l’équipier modèle d’un certain Thomas Voeckler, maillot jaune depuis la 9ème étape. Le pays rêve d’un Français vainqueur du Tour.  Chouchou du public depuis 2004 après son épopée fantastique de 10 jours en jaune, Voeckler est vu par tout le monde comme le successeur de Bernault Hinault – dernier vainqueur français du tour de France en 1985. La veille de cette 19ème étape, Pierre Rolland joue les équipiers de luxe et permet à son leader de conserver son maillot jaune, au sommet du Galibier, pour une poignée de secondes (15s) sur le vainqueur du jour : Andy Schleck.

Pierre Roland, sur le podium des Champs Élysée avec le maillot blanc de meilleur jeune Crédit Photo : B.Papon / L’Equipe

Le lendemain, dans une étape mythique enchainant Col du télégraphe, Galibier et Alpe d’Huez, Pierre Rolland doit permettre à son coéquipier de conserver le maillot jaune. Cependant, Thomas Voeckler craque et Pierre Rolland a le feu vert pour jouer sa carte.  Il lâche à 2kms de l’arrivée le champion olympique 2008, Samuel Sanchez (futur meilleur grimpeur du tour 2011) et le double vainqueur du Tour de France 2007 et 2009, Alberto Contador. Le jeune grimpeur de 24 ans s’impose et s’empare du maillot blanc de meilleur jeune.  Il est alors le premier Français depuis Bernard Hinault en 1986 à s’imposer au sommet de l’Alpe d’Huez. Le jeune grimpeur console la perte du maillot jaune de son ami et coéquipier. Le Tour de France 2011 est remporté par Cadel Evans. Thomas Voeckler termine au pied du podium après une épopée majuscule. Mais ce tour est aussi la naissance d’un immense talent : Pierre Rolland, 10ème du général et meilleur jeune du Tour 2011. Aujourd’hui encore, seul deux autres grands champions français se sont imposés au sommet de l’Alpe d’Huez : Christophe Riblon (2013) et Thibault Pinot (2015).

11ème étape du Tour de France 2012, la Toussuire

Alors que Thomas Voeckler remporte l’étape 10 et s’empare du maillot à pois, Pierre Rolland est le co-leader de l’équipe Europcar pour aller chercher une étape et un beau classement général. C’est chose faite. Dans une étape alléchante avec le col de la Madeleine et le Col de la Croix de Fer, Pierre Rolland se place dans l’échappée matinale de 22 coureurs. Dès le col de la Croix de Fer, il durcit la course. L’échappée est désormais réduite à 8 coureurs. Plus fort que tous ses adversaires Pierre Rolland attaque a plusieurs reprises et se détache à 10 km de l’arrivée pour s’imposer une nouvelle fois en solitaire sur une étape de montagne. « Pierrot » termine, 8ème au général de ce Tour: son meilleur classement sur la Grande Boucle. Thomas Voeckler est sacré meilleur grimpeur. Ce Tour marque la découverte d’un autre  grand champion français : un certain Thibault Pinot. Vainqueur de la 8ème étape, 2ème de l’étape 11 et 10ème au général, à seulement 22 ans, il montre qu’il est la futur pépite du cyclisme français.

Pierre Rolland, toujours sous le maillot  Europcar s’empare de la 12ème étape du Tour
Crédit Photo : AFP/ Pascal Pavani

 La renaissance lors de la 17ème étape du  Giro 2017 

Alors qu’il n’a pas remporté une victoire sur le circuit World Tour depuis plus de 5 ans et sa victoire à la Toussuire, Pierre Roland s’impose une nouvelle fois en solitaire sur une étape de montagne. Désormais chez Cannondale, après 6 ans chez Europcar, il part dans l’échappée, attaque à 7,6 km de l’arrivée et s’impose devant Rui Costa, champion du monde 2013 et triple vainqueur d’étapes sur le Tour de France. Une renaissance pour le coureur offensif, en manque de réussite ses dernières années. En effet, il avait réalisé un bon tour de France 2015 avec une 10ème au général et 2ème place lors de l’étape 18. Il finissait ce jour-là derrière un autre grand coureur français : Romain Bardet. Ce dernier finira 9ème du général et  meilleur combatif du Tour 2015.

Une fin de carrière au goût inachevé

En 2019, Pierre Rolland comprend que la fin de sa carrière se rapproche. Il rejoint la nouvelle équipe française créée par Jérôme Pineau : B & B Hotels – KTM. En effet, passée la trentaine, il est de plus en plus difficile de remporter des étapes face aux jeunes punchers -grimpeurs. Mais « Pierrot » connu pour son mental d’acier, ne se laisse pas abattre. En mai 2022, il remporte, lors du Critérium du Dauphiné, le maillot de meilleur grimpeur, son dernier trophée. Un symbole de longévité car il avait déjà remporté le maillot de meilleur grimpeur en 2008, pour sa première participation au Critérium.

Pierre Roland, sur le podium final du Critérium du Dauphiné, avec le maillot de meilleur grimpeur, 14 ans après. Crédit Photo : B & B Hotels – KTM
 

Alors qu’il avait prolongé son contrat jusqu’en 2023 avec son équipe, Jérôme Pineau annonce début décembre la fin de l’équipe, faute de financements. Les coureurs sont donc libres et doivent trouver une autre équipe. Il prend alors la décision, ce 13 décembre, de dire stop. Une fin au goût amer pour celui qui aurait sans doute rêvé de finir sa carrière sur la Grande Boucle, comme l’avait fait, en 2017, Thomas Voeckler. Les protagonistes de l’épopée 2011 sont donc désormais réunis sur le banc des retraités mais resteront à tout jamais dans l’histoire.

Eva Claudel
Crédit Photo : Europcar / Presses Sport

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :