Basket-ball NBA World

Saison NBA 2022-2023, résumé 7

Anthony Davis en mode MVP, Magic Johnson qui redescend au classement des meilleurs passeurs, un jeune français qui explose… C’est parti pour le septième débrief de l’année, alors si vous n’avez pas suivi l’actualité NBA de la semaine, vous êtes au bon endroit. Sortez une feuille, un stylo, on commence le cours de rattrapage.

Dans la nuit de lundi à mardi : 

Les Pacers gagnent sur le gong

Andrew Nemvhard célèbre le buzzer beater – via Allen J. Schaben / Los Angeles Times

Le match commençait pourtant sur une bonne dynamique pour les Lakers, excellente même. Lebron-Davis-Westbrook, le trio de superstars de l’équipe, arrive à prendre le dessus facilement face aux Pacers de l’Indiana. Un cohésion intéressante, qui reflète enfin le potentiel incroyable que cette équipe des Lakers possède. Après avoir dominé les trois premiers quart-temps du match, tout le monde voyait déjà une victoire de Los Angeles, y compris les joueurs californiens. Mais en face, les Pacers ne sont pas dans les meilleures équipes de la conférence Est pour rien, et ils vont le montrer. Grâce à un effort collectif important, ils réussissent à remonter au score, et nous offrent ainsi un money time bien serré comme on les aime. Fort de sa réputation de joueur clutch*, Lebron fait profit de l’avant dernière possession du match pour donner une avance de +2 aux Lakers. Mais si le match finissait comme ça, on n’en parlerait probablement pas, vous savez ce qui arrive… Dernière possession pour les Pacers, Myles Turner prend un shoot, qu’il loupe. Les Pacers arrachent le rebond, ressortent à trois points, Andrew Nembhard dégaine à trois points, bang, victoire. Un premier buzzer beater* pour le jeune rookie canadien et une douzième victoire pour Indiana. Score final, 116-115.

Du scoring, du scoring et encore du scoring

Trois joueurs avec au moins 40 points, on comprend pourquoi la NBA est une ligue plus offensive que défensive. On commence par Kristaps Porzingis, ailier fort des Mavericks de Dallas, qui vient inscrire son nouveau record en carrière avec 41 points et la victoire. 

Vient ensuite un habitué de ce genre de stats : Kevin Durant. Il permet aux Nets de gagner face au Magic, le tout en scorant 45 points à 19 sur 24 au shoot, du grand KD.

Pour finir cette soirée de grands scoreurs, on retrouve Devin Booker, leader des Suns, avec 44 points, qui offre lui aussi un succès à son équipe.

Dans la nuit de mardi à mercredi : 

Une remontada made in Los Angeles

Début de match très compliqué pour les Clippers. En déplacement dans l’Oregon pour y affronter les Trail Blazers, une équipe un peu en-dessous au classement mais qui reste de niveau assez similaire. Et pendant les trois quarts du match, ils vont même être bien meilleurs. Mené par Anfernee Simmons, jeune meneur de Portland qui vient planter 37 points, Portland n’a pas trop de mal à enfoncer les Clips, qui sont particulièrement éteints au troisième quart-temps. Mais ces dernières années, les Clippers sont réputés pour être capables de se relever de n’importe quelle situation, et apparemment, leur adversaire de cette nuit n’était pas au courant. Powell et Jackson, avec respectivement 32 et 24 points, mènent la charge. Grâce à un momentum* absolu et une fin de match bien gérée pour LA, ils s’imposent 118 à 112.  

Dans la nuit de mercredi à jeudi : 

Booker écœure les Bulls de Chicago

Demar Derozan et Devin Booker – via Mark J. Rebilas-USA TODAY Sports

On en avait parlé rapidement en début de semaine, mais apparemment cela ne lui suffisait pas. Booker ne se contente pas de quelques lignes dans les Olympistes, il est donc venu réclamer son paragraphe. En seulement trois quarts-temps, l’arrière des Suns de Phoenix vient planter 51 points, le tout en shootant à 20/25. Une adresse tout bonnement incroyable, qui permet aux Suns d’acquérir leur quinzième victoire et de conserver leur place de leader à l’Ouest. 

Dans la nuit de jeudi à vendredi : 

Kilian Hayes met la France à l’honneur

Face aux baisses de statistiques affichées depuis le début de saison par nos cadres français comme Evan Fournier, Nicolas Batum ou encore Rudy Gobert, il est temps pour les jeunes Frenchy* de la ligue de commencer à s’affirmer. Et malgré la saison catastrophique dans laquelle son équipe est lancée, c’est Killian Hayes qui s’impose de plus en plus. Depuis quelques semaines il multiplie les bons matchs, et même si les victoires ne suivent pas, il est intéressant de voir la nouvelle dimension que le jeune arrière est en train de prendre. Septième de la draft 2020, Hayes va tout exploser en fin de match, pour arracher la win en prolongation face aux Mavericks de Dallas. Dans la victoire, Hayes marque 22 points et 8 passes décisives, avec une adresse remarquable. Le début d’une nouvelle vague de Français ?

Dans la nuit de vendredi à samedi : 

Lebron passe devant le grand Magic Johnson

Les Bucks de Milwaukee affrontent les Lakers de Los Angeles. Au classement, l’affaire ne fait pas débat : deuxième à l’Est contre les treizième de la conférence Ouest. Mais cette nuit-là, le classement importe peu, car c’est ce genre de nuit qui reste dans l’histoire de la grande ligue. Pour ce qui est du match, le début est dominé de peu par Los Angeles. Même s’ils se sont fait peur au troisième quart-temps, il n’y a rien à faire, cette soirée-là est pour LA. Comme si un Anthony Davis à 44 points et 10 rebonds n’était pas assez pour marquer les esprits, Lebron James délivre 11 passes décisives. Cela lui permet d’atteindre les 10,142 passes décisives en carrière, soit assez pour passer devant le légendaire Magic Johnson. Lebron continue de grimper dans tous les classements et devient ainsi le sixième meilleur passeur de l’histoire.

Dans la nuit de samedi à dimanche : 

9 minutes de jeu pour Rudy Gobert

Sale nuit pour Rudy. Le joueur des Wolves n’a en effet pas eu le temps de se lancer dans son match, puisqu’il a été exclu avant la mi-temps. Tout part d’un contact avec Kenrich Williams, joueur du Thunder d’Oklahoma City. Alors que les deux joueurs sont à terre, Williams tente de se relever, et se prend un tacle magnifique de la part notre pivot français. Suite à cela, les deux colosses se relèvent rapidement histoire de s’échanger quelques mots doux. Le visionnage de la vidéo par les arbitres ne sera ensuite pas en la faveur de Gobert, qui se fait donc exclure du match après seulement neuf minutes de jeu. Une performance individuelle à l’image de son équipe, qui finit par perdre 128 à 135. Un match à oublier pour Minnesota. 

Dans la nuit de dimanche à lundi : 

Les Kings ne ralentissent pas le rythme

Ils avaient déjà assommé les Clippers de 27 points d’écart hier, mais non, ça ne leur suffit pas. Cette fois c’est au tour des Bulls de Chicago d’affronter la machine Sacramento. Et elle fonctionne très bien en ce moment. Avec sept joueurs à plus de 10 points, dont Damantas Sabonis en triple double*, ils s’imposent à domicile 110 à 101. Donnons tout de même quelques crédits à Zach Lavine, l’arrière de Chicago, qui plante 41 points, mais ce qui compte à la fin de la rencontre, c’est la victoire.  

Le fameux laser allumé après chaque victoire de Sacremento – via @SacramentoKings Twitter

Et depuis cette saison, à chaque victoire, que ce soit à domicile ou à l’extérieur pour les Kings, un gigantesque laser violet est allumé depuis le toit du Golden 1 Center. Une manière originale de célébrer le succès de l’équipe. Alors, il ne reste plus qu’une seule chose à dire : “light the beam !”

Notre joueur de la semaine : Anthony Davis

Deuxième fois que Davis est désigné joueur de la semaine par les Olympistes – via Photo by Greg Fiume/Getty Images

Moyennes de la semaine

37.7 points – 3 passes décisives – 13 rebonds – 3,2 contres

3 victoires – 1 défaite

Classement du 5 Décembre 2022 :

Conférence Ouest/Conférence Est

via Bein sport

Lexique

*Clutch : Faire une action décisive lors de la fin d’un match serré.

*Buzzer beater : Shoot pris a la dernière seconde du match qui permet à son équipe de gagner.

*Momentum : Elan psychologique qui décuple les capacités physique.

*Frenchy : Joueur français.

*Triple-double : 10 unités dans au moins 3 des stats majeurs (points, passes décisives, rebond, interceptions, contres.). Exemples : 10 points, 10 rebonds, 10 contres. 

Crédit photo : RDS.CA
Arthur BETTON

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :