Tennis

Jo-Wilfried s’en va

Une page se tourne pour le tennis français et mondial. En milieu de semaine dernière, Jo-Wilfried Tsonga a annoncé qu’il prendrait sa retraite sportive après le tournoi de Roland Garros, en mai prochain. En l’honneur du grand Jo, les Olympistes vous proposent de revivre cinq moments marquants de sa belle carrière.

Jo-Wilfried Tsonga, aka le Mohammed Ali du tennis. Son nom résonne dans la tête des anciens, comme des plus jeunes. Certainement car Tsonga est le joueur français le plus régulier de sa génération et le plus performant en tournois du Grand Chelem. En termes de résultats, il est le deuxième meilleur frenchie derrière Yannick Noah. Rien d’étonnant vu son immense talent. Depuis ses débuts professionnels en 2004, le Manceau a battu le Big Three à 18 reprises (7 fois Federer, 7 fois Djokovic, 4 fois Nadal) et 20 si l’on compte Murray qui complète le Big Four.

Tsonga vs Nadal : demi finale Open d’Australie 2008

C’est au pays du kangourou que Jo signe son premier exploit en Grand Chelem. Nous sommes en 2008 à l’Open d’Australie. Tsonga dispute le tournoi australien pour la deuxième fois. Il reste sur une défaite au premier tour face à Roddick. Mais cette année 2008 est différente. Le Français écarte entre autre Murray et Gasquet, tous deux dans le top 10 mondial. En demi, il est confronté au taureau majorquin, le prodige Rafael Nadal. Alors perçu comme la sensation de la quinzaine, Tsonga livre un match exceptionnel, sûrement le plus beau de sa carrière. Il bat le futur numéro 1 mondial sèchement sur le score de 6-2/6-3/6-2. Jo est partout, Rafa est écœuré.

Bercy 2008

L’année 2008 est définitivement très spéciale pour le Manceau. Après sa finale perdue face à Djokovic lors de l’Open d’Australie en janvier, Jo prend sa revanche sur le Serbe à Bangkok en septembre. Mais c’est en novembre qu’il créé à nouveau l’exploit en s’adjugeant son premier Masters 1000, l’ATP de Paris-Bercy. « Nole », Andy Roddick puis David Nalbandian en finale, aucun de ces ogres ne lui a résisté. Paris, c’était chez lui. Tsonga terminera le tournoi à la 7ème place mondiale, puis 6ème après les Masters où il battra pour la 3ème fois consécutive Novak Djokovic. Une saison à marquer au fer rouge.

Tsonga vs Federer : quart de finale Wimbledon 2011

Petit saut dans le temps, nous sommes à Wimbledon, en 2011. Tsonga atteint les quarts après des matchs convaincants contre Soeda, Dimitrov, Gonzalez et Ferrer. Il affronte alors le maitre des lieux, la tête de série numéro trois, le Suisse Roger Federer. Après avoir été mené deux manches à rien, le Français retourne la situation et finit par s’imposer 3-6/6-7/6-4/6-4/6-4. Ses secrets ? Une qualité de service infaillible ainsi qu’une véritable démonstration de puissance physique et d’offensivité du fond du court. Jo est en demi. Comme en 2008, il achèvera l’année 2011 en occupant la 6ème place du classement ATP.

Crédit photo : café crème sport

Toronto 2014

Trois ans plus tard, Tsonga (n°13) retrouve du beau monde au Masters 1000 de Toronto. Après deux premiers tours tranquilles face à Roger-Vasselin et Chardy, les choses sérieuses commencent en huitièmes de finale. Djoko, encore lui. Mais en cette chaude semaine canadienne d’août, Novak (n°1) a sûrement fait une insolation. 6-2/6-2 Tsonga. Au suivant. Le quart contre Murray (n°9) s’est avéré plus compliqué, mais cela n’a pas empêché le Français de se qualifier pour la demi, qu’il a remportée face à Grigor Dimitrov (n°8). Finale au sommet : Tsonga vs Federer (n°3). Jo n’a finalement eu besoin que de deux sets pour triompher pour la seconde fois en Masters 1000. Chapeau l’artiste.

La victoire en coupe Davis 2017

C’était le trophée qui lui manquait. Une coupe gagnée avec tous ses copains. Gasquet, Simon, Chardy, Mahut, Herbert, Pouille, Benneteau, sans oublier le coach Noah. Ils étaient (presque) tous présents à Lille en novembre 2017. Face à la Belgique, les Bleus se sont imposés 3 points à 2 et ont pu soulever leur 10ème saladier d’argent. Sur deux matchs joués en simple, Jo en a remporté un, contre Steve Darcis. Avec du recul, l’année 2017 est véritablement la dernière de Tsonga au meilleur niveau.

La France remporte la Coupe Davis. Crédit photo : eurosport

Jo-Wilfried Tsonga a marqué le tennis de son empreinte, de son jeu offensif et de son physique impressionnant. S’il n’a jamais réussi à monter la dernière marche qui le séparait du graal, une victoire en Grand Chelem, Jo s’en va plus que dignement. Il laisse derrière lui de nombreux souvenirs, parfois amers, mais souvent joyeux. Sa 5ème place mondiale, ses deux titres en Masters 1000, ses finales à l’Open d’Australie et aux Masters, sa Coupe Davis, sa Hopman Cup et sa médaille d’argent aux Jeux Olympiques font de son palmarès l’un des meilleurs des années 2000-2020.

Lundi 11 avril, il rentrera en lice à Monte Carlo, où il jouera son premier tour face au Croate Marin Cilic. L’occasion de voir Jo jouer sur l’un des plus beau court de tennis au monde, et de l’apprécier encore, tant qu’on le peut.

Crédit photo : tennis major
Mila Buchet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :