Basket-ball Sport en Nord

L’ESBVA a éteint les Flammes avec une deuxième mi-temps d’anthologie

Quel scénario ! A l’agonie et menées de 24 points à la mi-temps, les Villeneuvoises ont tout renversé pour s’offrir leur première victoire face à un membre du top 4. Des ressources mentales essentielles avant d’aborder le sprint final. Compte rendu et notes du match.

Un scénario comme ce sport en livre, parfois. Ce samedi soir au Palacium de Villeneuve d’Ascq, l’ESBVA (5e) recevait les Flammes de Charleville-Mézières (2e). Un petit point séparait les deux équipes au classement avant le match. Villeneuve pouvait faire un gros coup en cas de victoire face à un concurrent direct au podium.

Mais d’entrée de match, les Flammes ont mis le feu : défense très agressive, efficacité offensive et présence sous tous les rebonds. A peine deux minutes de jouées et un premier temps-mort par Rachid Meziane : Villeneuve est mené 2-8. Mais rien n’y fait : Charleville est supérieur dans tous les domaines, la feuille de stats des tirs à 3 points du premier quart (6/7 pour Charleville, 1/7 pour Villeneuve) résume bien la situation. Les Nordistes sont agacées, frustrées. « En première mi-temps on se trompe de combat : elles sont agressives et les arbitres décident de laisser jouer estime la capitaine Johanne Gomis après coup. Tu ne cherches pas les bonnes choses sur le terrain et tu es vite frustrée ». La première mi-temps est un engrenage infernal pour l’ESBVA : manque de réussite offensive, lacunes défensives et des shooteuses adverses en pleine confiance. A l’image de Lisa Berkani qui sur ses deux premiers ballons claque deux trois points monstrueux deux mètres derrière la ligne de trois points.

En première période, les Ardennaises ont été maîtresses du rebond et n’ont laissé aucune chance aux Nordistes. Crédit photo : Paul Marcille.

Villeneuve ne trouve pas les solutions en attaque, semble désemparé. Dans la circulation de balle, les coéquipières de Caroline Hériaud semblent avoir un temps de retard sur la défense adverse. A la pause, les Flammes mènent logiquement 22-46. « A la mi-temps j’ai décidé d’être optimiste en disant aux joueuses que certaines choses n’allaient pas se reproduire : leur taux d’adresse insupportable, le notre incompréhensible disait le coach Rachid Meziane. On savait que des choses allaient se réguler ».

Une deuxième mi-temps en miroir inversé

C’est alors que, comme par magie, l’adresse au shoot est revenue, la défense haute et agressive a été efficace et Charleville s’est mis à manquer plus de tirs. Sur la ligne des lancers, aussi, Villeneuve est bien plus efficace. En défense, les Nordistes ont fait le choix sur le second acte de délaisser volontairement les corners pour laisser shooter et être présentes au rebond : ça a fonctionné puisque les shoots en rupture loin derrière la ligne des trois points, qu’affectionnent Barkani, ne rentrent plus. Petit à petit, l’écart fond, les visiteuses ne marquent plus et Villeneuve est euphorique, porté par une Janelle Salaun transfigurée et une Johanne Gomis plus fringante que jamais. « Très vite elles ont été à 4,5 fautes donc on tremble moins sur la ligne des lancers, à l’image de Caro (Heriaud) » ajoute cette dernière. De 35-53 au milieu du troisième quart à 52-57 à dix minutes de la fin : cinq minutes euphoriques qui ont liquéfié les Flammes et transcendé Villeneuve. C’est cette même Jo Gomis qui, à cinq minutes de la fin, donne pour la première fois de la soirée l’avantage à son équipe (62-61) sur un panier à trois points décisif (elle finit la rencontre à 5/9 dans ce secteur).

Première victoire contre un très gros client

Le scénario de la première période se répète, à l’exact inverse. Plus aucune solution pour Charleville en attaque, des possessions trop vites rendues et surtout un Villeneuve bien plus agressif et en confiance, porté par un public qui comme lui, s’est réveillé à la mi-temps. Les shoots les plus délicats rentrent et l’ESBVA se paie même le luxe de profiter des derniers instants, grâce à une petite marge suffisante. 57 points inscrits en seconde période et Villeneuve l’emporte 78-74.

Sous l’impulsion d’une Johanne Gomis (ballon en main) chirurgicale à 3 points, Villeneuve a livré une copie quasi parfaite en seconde période. Crédit photo : Paul Marcille.

Loin d’être un hold-up, les Nordistes sont allées se le chercher. Un succès tant comptablement (Villeneuve est troisième ex-aequo avec Charleville et Basket Landes) que mentalement. En effet, c’est la première fois cette saison que l’ESBVA accroche un membre du top 4. « On nous attendait depuis un certain temps contre une soi-disant grosse écurie. Je suis fier de cette victoire face à une grosse équipe, un concurrent direct à ce qu’il peut se passer pour la suite » notait Rachid Meziane. « On a joué tout le monde les yeux dans les yeux, on va continuer comme ça et il y a bien un moment où ça va payer. On est une équipe ambitieuse, j’ai envie d’y croire » concluait Johanne Gomis.

Avec les ressources mentales qu’elles ont montré samedi, rien de tel pour aborder la dernière ligne droite de la phase régulière avec le plein de confiance !

Les étoiles du match

5 étoiles : Johanne Gomis

Une évidence, tant Johanne Gomis a été le fer de lance de la « remontada » villeneuvoise. La capitaine termine le match avec 20 points, tous inscrits en deuxième mi-temps mais aussi 4 passes décisives et 2 rebonds. Surtout, elle a rentré deux shoots « clutch » à trois points qui ont enflammé le Palacium. Déterminante et toujours enclin à encourager ses coéquipières, elle mérite largement le titre de « femme du match ».

4 étoiles : Janelle Salaun et Jacinta Monroe 

Pour ces 4 étoiles, difficile de départager ces deux joueuses. Jacinta Monroe a fait un match extrêmement propre à l’intérieur de la raquette. Du haut des 1m96, elle a récupéré 8 rebonds mais surtout elle termine le match avec 20 points et un joli 7/9 au tir. Une victoire des Ardennaises lui aurait donné l’étoile manquante.

De son côté Janelle Salaun a fait un match exactement à l’image de l’ESBVA. Assez discrète et maladroite en 1ère mi-temps, elle s’est remise la tête dans le bon sens et a fait un splendide second acte. A la bataille au rebond, elle a réalisé une superbe claquette. Elle a aussi été plus à l’aise avec son shoot et termine la rencontre avec 15 points et 6 rebonds.

3 étoiles : Caroline Heriaud et Nia Coffey

Aux côtés de Johanne Gomis, l’autre patronne des Nordistes c’est Caroline Hériaud et elle l’a encore une fois démontré. En délicatesse avec son shoot en 1ère mi-temps et frustrée par le manque de solution, elle a ensuite guidé son équipe vers la victoire avec 6 passes décisives et 13 points.

Du côté de Charleville-Mézières, Nia Coffey a signé une très belle feuille de stats qu’il ne faut pas oublier de mentionner. Elle n’a pas eu son moment où elle a pris feu, mais avec sa patte gauche, elle termine tout de même avec 17 points mais aussi 7 rebonds.

Crédit photo : Paul Marcille
Thomas Palmier avec Paul Marcille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :