Basket-ball Sport en Nord

L’ESBVA éliminée en 1/8 de finale d’EuroCup

Après sa victoire mardi soir lors du match aller (73-83), Villeneuve s’est effondré ce mercredi lors du match retour (59-85). Les Polonaises de Lublin ont refait leur handicap de 10 points et seront en 1/4 de finale. C’est une énorme désillusion pour les Nordistes.

Au sortir du déplacement à Lublin lors du match aller (joué finalement à Villeneuve d’Ascq pour raisons sanitaires), coach et joueuses étaient pourtant unanimes : « On a gagné la première mi-temps, on aborde le retour comme si il y avait 0-0 ». L’ESBVA s’était imposée avec un léger matelas de sécurité (+10) et pouvait tout juste se permettre une entame de match délicate, comme il en a pris la faucheuse habitude depuis quelques semaines.

C’est ainsi que ce mercredi soir, pour le back to back, Villeneuve a bien raté son entame. Le problème étant que la machine ne s’est jamais vraiment lancée. Avec son cinq majeur Gomis-Diaby-Ygueravide-Anderson-Djaldi-Tadbi d’entrée de jeu, Villeneuve espérait creuser l’écart au plus vite afin de tuer tout suspense. Il n’en fût rien.

« Ce n’est pas une grande soirée, une soirée cauchemardesque même soupire Rachid Meziane. Beaucoup de choses nous ont manqué. On le sent rapidement qu’on est pas adroites. Il aurait fallu mettre en place des choses défensivement dès le début ». La déception du technicien nordiste est grande, à la hauteur que cette double confrontation laissait d’espoir. « Ce back to back, c’est quelque chose qu’on avait envie de rendre agréable. Ce soir j’ai les boules pour le travail fait, pour les filles, le club pour l’organisation qu’à nécessité cette double confrontation ».

Un manque d’adresse rédhibitoire

En effet, il n’y a quasiment même pas eu match. Avec une maladresse assez incroyable (22/70, dont 10/35 à trois points), Villeneuve n’a pas été en mesure de conserver son avance acquise à l’aller. Dans le premier quart, les coéquipières de Caroline Hériaud tentent de se parler, pour régler les déséquilibres et corriger les errements. En vain. Signe que la soirée ne tourne pas dans le bond sens, Jolene Anderson manque son shoot à 3 points, à son spot.

Les Polonaises ont maitrisé le rebond, offensif et défensif. Villeneuve a été submergé et n’a jamais été en mesure de réagir dans ce secteur. Crédit photo : Hugo Saez

Déjà à la fin du premier quart, les Polonaises avaient l’avantage (7-12) et n’allaient plus le lâcher. La vitesse mise sur les transitions rapides des visiteuses, sous l’impulsion de la meneuse Stanacev et son centre de gravité extrêmement bas, fait très mal à la défense villeneuvoise. Plus que la manque de rigueur défensive, marqueur de cette équipe, c’est le manque d’adresse offensive qui a empêché Villeneuve d’y croire.

Symbole de ce déchet assez inhabituel, la shooteuse Jolene Anderson termine les deux premiers quarts … à 0 % de réussite. A la 12e, Lublin avait d’ores et déjà refait son retard de l’aller et menait 9-20. A la pause, les murs du vestiaire nordiste ont probablement dû trembler. Les principales shooteuses de Villeneuve reviennent même sur le parquet 7 bonnes minutes avant la fin de la mi-temps pour shooter, reprendre des repères.

Menée 22-35 à la mi-temps, l’équipe de Rachid Meziane était déjà dans le dur. « Lublin a marqué des paniers importants. Ça ne suffit pas de marquer, il faut enchaîner les situations. On a eu du mal a être efficaces en attaque et solides en défense. Le manque d’adresse fait douter la shooteuse et aussi l’équipe en conséquence. On a pas sur sortir de l’engrenage » reprenait le technicien.

Ygueravide pour garder un semblant d’espoir

Ce qui n’a pas permis aux Villeneuvoises de croire à l’exploit, c’est aussi la constance dans le niveau de jeu des Polonaises. Malgré le score qui enflait au fil du 3e quart notamment, Lublin est resté très concentré sur son plan de jeu, ne déjouant et ne surjouant jamais. Sous l’impulsion de l’Américaine Kamiah Smails (6/12 dont 3/6 à 3 points), Lublin restait très sérieux pour conforter son écart. Le pari de la défense plus haute et agressive des Nordistes sur le début de 3e quart n’a eu que très peu d’effets : les Polonaises maintenaient leur rythme au scoring, aussi bien à 3 points qu’à l’intérieur où elles ont régné en reines.

Kamiah Smails a porté son équipe ce mercredi avec une belle adresse et surtout une présence défensive impressionnante. Crédit photo : Hugo Saez

« Aujourd’hui (mercredi) on a joué plus physique, avec beaucoup plus d’intensité. Villeneuve d’Ascq est une équipe d’expérience, la consigne était de rester focus » analysait Smails. Sandra Ygueravide a bien tenté de porter son équipe, avec quelques réussites notamment à 3 points, comme pour maintenir un semblant de suspense. Une réaction trop isolée et timide pour espérer bousculer réellement cette solide formation polonaise. Aucune de ses coéquipières n’a été en mesure d’emmener l’équipe suffisamment dans son sillage (voir Etoiles du match).

L’écart stabilisé à +20 à l’entame des dix dernières minutes et Lublin contrôlait la fin de match sans le moindre problème. Le public d’un Palacium trop peu garni a lui aussi essayé de jouer son rôle. « Il nous manque peut-être ce sixième homme qui est d’habitude ici. C’est un regret » soufflait Meziane. « On a eu plus d’énergie qu’hier, on a joué avec plus d’agressivité en défense notamment » reprenait à contrario le coach polonais Szewczyk. « J’espère qu’on va en tirer les bons enseignements, on perd un peu de notre fil conducteur qui était le notre jusqu’à présent : une équipes avec une belle assise défensive. Je pense que c’est mental, on a voulu aborder ce match comme un 0-0. Plus le match avançait plus on voyait que c’était compliqué » concluait Meziane.

Il faudra vite relever la tête côté ESBVA, après la trêve internationale qui permettra à certaines joueuses de penser à autre chose en sélection et digérer cette déconvenue (Hériaud avec les Bleus). La prochaine échéance, le 19 février face à l’ASVEL, donnera le ton de la fin de saison nordiste.

Les étoiles du match

5 étoiles: Kamiah Smalls

L’Américaine est la joueuse qui a passé le plus de temps sur le parquet. Et quand on regarde la copie livrée, on comprend rapidement pourquoi. Avec 18 points (50% au shoot), 9 rebonds et 7 passes, Smalls a été précieuse. Et puis que dire de sa rapidité ballon en main et son activité en défense, qui ont fait d’elle une joueuse clé de la rencontre.

4 étoiles: Martina Fassina

La jeune joueuse italienne ne s’est pas laisser impressionner par l’évènement. Meilleure marqueuse de la rencontre avec 21 points, Martina Fassina a guidé son équipe dans les moments importants, où Villeneuve pouvait croire à la remontée. À côté de ça, 6 rebonds et 4 passes viendront compléter sa solide prestation.

3 étoiles: Aleksandra Kuczynska

La meneuse de Lublin a gagné son duel face à Caroline Heriaud. Elle a apporté de la vitesse au jeu de son équipe et a souvent fait les bons choix en contre-attaque. Ses déplacements dignes d’un serpent de mer entre les rochers ont dynamité la rencontre. Ses 9 passes, 7 rebonds et 17 points (malgré 38,5% au shoot !) témoignent de son apport pour l’équipe.

Crédit photo: Hugo Saez
Thomas Palmier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :