Basket-ball Sport en Nord

Les Red Giants piétinent Saint-Vallier

Ils ont manqué au public lillois, les revoilà ! Pour leur cinquième match de saison régulière de Pro B, les Red Giants affrontaient Saint-Vallier ce mardi 9 novembre. Invicibles à domicile mais en difficulté à l’extérieur, une réaction des hommes de Maxime Bézin était impérative suite à la leçon de basket infligée par Chalon (61-88) lors du dernier match.

Privé de ses deux pivots Essomé Miyem et Soriah Bangura pour blessures, le Lille Métropole Basket a revu la composition de son 5 majeur. Côté small ball, on retrouve sans surprise Raijon Kelly (n°50), Adonys Henriquez (n°3) puis Asier Zengotitabengoa (n°10) qui débute au détriment de Yohan Choupas, parti s’asseoir sur le banc. Sans leurs deux big men, Bézin a aligné le sublimissime Jean-Victor Traoré (n°5) et Thomas Hieu Courtois (n°33).

Les Giants sont en rythme et Traore mène la cadence

Il ne faudra pas plus d’une minute après le coup d’envoi sifflé pour que le public lillois soit concerné. Avec un trois points à 45 degrés inscrit sans difficultés puis une interception qui se transformera en shoot mi-distance après une attaque posée, Traore met en confiance ses coéquipiers. Les attaques sont directement marquées par leur construction : la balle circule partout, tout le temps. Le jeu transverse le terrain, à l’instar de Raijon Kelly qui trouve Traore à l’extérieur optant pour une extra-passe à Adonys Henriquez, qui termine façon double-pas à la mini-poussin afin de maintenir l’équipe dans un matelas confortable.

La lecture de jeu de Raijon Kelly, passeur décisif face aux Drômois. Crédit photo : Aglaé Courtial.

Dans cette rencontre, chacun trouve son rythme et laisse place au showtime au Palais Saint-Sauveur. Thomas Hieu-Courtois distribue et perturbe la défense adverse. Le banc réalise une sacrée perf’ en haussant le niveau d’agressivité en attaque comme en défense, et permet ainsi aux Red Giants (bien qu’en blancs ici) de prendre jusqu’à 12 points d’avance à 10/17 au tir dans le premier quart. L’effort collectif est central et le LMB propose un vrai basket, ce qui a de quoi rassurer et enthousiasmer les supporters qui chauffent vite la salle.

Pas de place pour les anciens !

Les deux équipes se connaissent bien, et pour cause. Trois anciens de l’école formatrice lilloise refoulaient le parquet du Palais des sports, sous un autre maillot cependant. Florent Tortosa et Marcos Suka-Umu retrouvaient le public qui a été le leur de 2017 à 2019. C’est alors tout naturellement que Bézin a voulu montrer à l’ancien coach des Red Giants, Philippe Namyst, qu’il est désormais le patron d’une équipe montée à bloc. Mais ce dernier connaît sur le bout des doigts les failles de ses anciens joueurs et a axé le jeu intérieur en élément central, avec un physique surprenant du New-Yorkais Rhoomes redoutable dans la raquette.

Une défense en place à l’image de Choupas en contestation sur Tortosa, ancien du LMB. Crédit photo : Aglaé Courtial.

C’est là que les lillois ont montré toute la force de leur jeu. Le match se gagne par la défense et ça, ils l’ont bien compris. Systématiquement, le jeu intérieur adverse s’est retrouvé enfermé en ligne de fond, croulant sous la pression défensive de la muraille Giant. L’organisation et la communication défensive a conduit à de nombreuses pertes de balles (21 au total) pour Saint-Vallier. Asier Zengotitabengoa et Lorenzo Thirouard-Samson (n°17), bien qu’arrière et ailier, ont montré une forme physique et une agressivité exemplaire en descendant défendre au poste-bas. Ainsi en difficulté quant à leur principal atout, Saint-Vallier devait se réinventer en deuxième période pour espérer avoir une chance d’instaurer un réel combat, talonnant tout de même l’équipe nordiste (37-29) à la mi-temps.

Le LMB poursuit son échappée et met à l’honneur un nouvel invité…

Avec une forte entrée en deuxième période, les joueurs déroulent à domicile sans diminuer leur intensité de jeu. Le coup de massue est signé Asier qui excelle des deux côtés du terrain, lorsqu’il prend gentiment le ballon dans les mains de Rhoomes : merci et bon retour, l’arrière lillois termine l’action par un tomar seul face au cercle. Et comme si cela ne suffisait pas, Yohan Choupas (n°6) reçoit la balle à mi-distance et met à profit ses qualités techniques pour se placer juste derrière la ligne des 3 points. Sur la tête de son adversaire, le LMB prend jusqu’à 20 points d’avance : manifestement, les joueurs ne veulent pas attendre pour déguster les petits fours en fin de match.

Portrait d’un jeune supporter lillois, pris par la ferveur du spectacle des Red Giants. Crédit photo : Aglaé Courtial.

Les Drômois se voient déjà remonter dans le bus, conduit par le collectif lillois tout entier. A 5 fautes d’équipe dans le troisième quart, les fautes de frustration s’enchaînent et permettent à Lille de s’envoler, inscrivant un propre 12/14 sur la ligne des lancers-francs. Sans se faire peur, Lille va s’imposer 85-66 dans cette rencontre qui fut d’autant plus spéciale pour un des joueurs. Ismael Kherzane (n°9) disputait ses 2 premières minutes de match de Pro-B aux côtés des Giants, à 19 ans seulement. « J’espère qu’il aura eu un peu peur » déclare son coach en conférence de presse, sans manquer de souligner sa détermination et son travail acharné. Espoir de la ligue, l’excellente formation lilloise compte bien développer les talents de ses jeunes joueurs, tous âgés de moins de 22 ans sur le banc.

Ismael Kherzane à l’honneur pour le clapping de victoire face au public lillois. Crédit photo : Aglaé Courtial.

« On n’arrive pas à trouver les mêmes automatismes à l’extérieur »

Bien qu’en montrant un visage agressif dans leur hémicycle, le LMB s’est incliné lors de ses deux premiers matchs de cette saison régulière à l’extérieur. « Si on a moins d’adresse à l’extérieur, il faut trouver plus d’automatismes à l’intérieur » nous dit le jeune espoir de 19 ans Louis Lefèvre après le match, admettant que le collectif ne joue pas à son niveau en déplacement.

Samedi prochain, le LMB retrouve Saint-Quentin chez eux pour le derby habituel. « Il faut qu’on ait un niveau de rigueur qui soit beaucoup plus important » en se concentrant sur « des occasions plus simples« , c’est le mot d’ordre de Maxime Bézin pour transposer leur efficacité à l’extérieur. On ne peut cependant que se tourner vers les prochaines affiches pour confirmer ou non les belles prouesses de la jeunesse lilloise et pour déterminer si Traore a réellement 18 poumons. N’oublions pas que cette équipe évolue et se construit depuis deux mois seulement avec un nouveau coach également.

Crédit photo: Aglaé Courtial
Enzo Tarantino

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :