Tennis

Gaston: objectif émergence

Les semi-exploits avant la gloire. En 2020 à Roland-Garros, puis cet été à Gstaad, les évènements laissent entrevoir un possible avenir doré pour Hugo Gaston. Celui que l’on a considéré comme le futur du tennis français, et qu’on a désiré comme le futur Noah ou le futur Nadal le temps d’un Roland-Garros, peut-il prétendre être le futur de quoi que ce soit (ne serait-ce que de Tsonga) ?

La panne

« J’ai envie de rentrer dans le Top 100 le plus rapidement possible. Mais pour cela, il va falloir regagner des matchs. Encore une fois, je ne vais pas m’exciter et je sais que cela va repartir ». Voilà ce que déclarait Hugo Gaston après avoir été éliminé au premier tour du Challenger de Quimper par son compatriote Grégoire Barrère, fin janvier. Car oui, à la suite d’un Roland-Garros magnifique il y a moins d’un an, la réussite n’a pas fait que sourire au Toulousain. Après avoir impressionné le public face à Nishioka, Wawrinka et Thiem, le Français a peiné à reprendre du poil de la bête. Avant cette défaite à Quimper, il avait déjà déçu à Bercy et aux qualifications de l’Open d’Australie où le niveau était trop élevé.

Le Toulousain Hugo Gaston n'a pas fait le poids contre Pablo Carreño Busta en Masters 1000 - ladepeche.fr
Malgré une barbe naissante qui laisserait penser l’inverse, Gaston manque d’expérience sur le circuit professionnel. Crédit photo: La Dépêche

Gaston ne fait aucun éclat sur le circuit Challenger alors qu’il le considère humblement comme le sien. Il ne parvient pas à se démarquer alors que son tennis le lui permet. Mais ne désillusionne pas non plus alors que sa médiatisation soudaine le lui autoriserait. Juste après son Roland prometteur, il réalise à Hambourg un tournoi nuancé. Vainqueur de la tête de série n°5 Nagal, il ne parviendra pas à se hisser en quarts. Malgré une double déception à Quimper, où il semble impuissant face à Barrère puis Federico Gaio (Quimper 2, la semaine suivante), Gaston s’offre une demi-finale à Cherbourg disposant notamment de Peter Gojowczyk (ex-n°39 mondial). Malheureusement pour lui, Lukas Rosol ne lui laissera que très peu l’occasion de s’imposer. L’expérience et la puissance du service du Tchèque étouffent le Français, défait en demi.

Cette période de vide se poursuit au printemps 2021. S’enchainent les défaites lors de l’ATP 250 de Montpellier et celui de Marseille ainsi qu’au Masters de Miami… Même en Challenger, le Toulousain commence à faiblir et à perdre le contrôle : à Split 2, au Challenger de Rome, à Biella 5, ainsi qu’à Aix-en-Provence. Pourtant tête de série, Gaston ne passe jamais le deuxième tour de ces tournois. Le premier rayon de soleil de l’année est sa finale au Roma Garda Open. Mais c’est Pellegrino qui l’emporte à domicile, relevant sévèrement le niveau après avoir perdu la première manche. Décevant beaucoup les spectateurs à Roland-Garros, Hugo ne convertit pas l’essai qu’il avait inscrit l’édition passée (le comble pour un Toulousain). Cela ravit toutefois certains Français (le fanclub de Richard) car il trébuche d’entrée de tournoi face à l’expérimenté et majestueux joueur de terre battue Richard Gasquet. Pas de chance pour ce dernier qui tombe au tour suivant face au maître des lieux (cette fois-ci sans ironie) : Rafael Nadal. Rebelote lors des qualifs de Wimbledon, la porte se ferme dès le premier tour pour le vingtenaire…

Roland-Garros (H) - « Je n'étais pas vraiment moi-même », regrette Hugo Gaston, éliminé au 1er tour de Roland-Garros
Tout comme la balle précédente qui passe juste à côté de la ligne, l’Occitan passe juste à côté de son match face à Gasquet. Crédit photo : Yahoo Sport

Redémarrer la machine…

Il lui fallait un bon Challenger pour se remettre en jambes et reprendre ses esprits. À l’image de la météo cet été, le soleil a tardé à apparaitre dans le ciel du jeune Français. Quoi de mieux pour provoquer le destin que le Challenger de Iasi (Roumanie) où il est tête de série n°1. Sur le court, le Toulousain se fait plaisir. Il ne manque pas non plus de le faire durer. Après avoir passé ses deux premiers tours en trois manches, Hugo Gaston sera emmené au jeu décisif par ses adversaires en quart comme en demie. Aucun match n’est facile, la preuve en est : le Français est défait par Zdenek Kolar en finale au bout de 2h30 d’affrontement. Mais Gaston aura au moins saisi cette occasion pour retrouver le goût de la victoire.

https://www.tennis-tourtalk.com/wp-content/uploads/2021/07/219705050_337727647852160_7500949239876958070_n.jpg
Finaliste malgré sa condition de favori, le discret Toulousain esquisse un sourire. Crédit photo: Tennis Tour talk

Excellente rampe de lancement, ce Challenger affirme que Gaston n’est pas incapable de briller et de s’imposer quand il le veut. Manque plus qu’à concrétiser en professionnel à l’ATP 250 de Gstaad (Suisse), sur terre. Comme expliqué plus tôt, mis à part Roland-Garros 2020, l’Occitan n’est pas encore parvenu à enchainer beaucoup de victoires sur le circuit. Alors que personne ne l’attendait, Hugo Gaston sort de sa période difficile et impressionne en Suisse. Après avoir passé le premier tour assez aisément, il se confronte à de solides joueurs déjà implantés sur le circuit professionnel. La tête de série n°5 du tournoi, ex-33e mondial et spécialiste de la terre, Federico Delbonis, l’attend dès le deuxième tour. Mais l’Argentin passe à côté de sa première manche qu’il offre au Français sans remporter un seul jeu. La suite du combat est plus tendue. Solide, Gaston s’accroche mais laisse filer la deuxième manche dans le tie-break. Le second jeu décisif sera le bon. Proche de la défaite, le Français n’a pas perdu son mental et s’est accroché pour s’offrir cette perf’. Il rejoint donc Paire et Rinderknech, ses compatriotes, en quarts de finale du tournoi, attirant le regard des supporters tricolores.

Membre du Top 30 ATP depuis plus d’un an et en pleine ascension cette saison, Christian Garin (tête de série n°4) a de quoi faire trembler Gaston au tour suivant. Mais toujours serein et n’ayant rien à perdre, le Toulousain ne démord pas de son envie de gagner. Le match est intense et le Chilien varie son jeu à de nombreuses reprises pour trouver la faille du Français (qu’il trouve d’ailleurs en seconde manche). Les deux hommes se neutralisent et vont jusqu’au tie-break de la troisième manche. Après avoir sauvé quatre balles de match, le Français finit à 12-11 par ce qu’il sait le mieux faire, une amortie. Garin sera trop juste et ne pourra la renvoyer. Gaston peut hurler de joie et exulter. Cette deuxième victoire sur un Top 20 de sa carrière lui fait le plus grand bien. Le Toulousain est parvenu à éliminer Garin sur sa surface préférentielle. Ce dernier n’a en effet gagné des titres (5) que sur terre. Hugo est le seul tricolore à décrocher son billet pour le dernier carré où il rencontre Djere, la tête de série n°7, tombeur de Rinderknech. La France a une revanche à prendre…

… pour l’exploit

Alors qu’Arthur a dû batailler dur pour remporter une manche face à Laslo Djere, Hugo ne se fait pas prier. Après avoir perdu le premier set en étant dominée, la pépite toulousaine remporte les deux suivants grâce à son audace et ses variations de jeu. Toutes les armes sont de sortie lorsqu’il s’agit de vaincre un Top 50 et d’atteindre une finale dans un tournoi professionnel. En près de deux heures, l’Occitan parvient à s’imposer et défaire le Serbe pour ainsi rejoindre Casper Ruud, 14e joueur mondial, en finale. Inévitablement cette performance est la sensation de la semaine.

Personne ne l’attendait ici. Mais Casper Ruud n’est pas du genre à sous-estimer son adversaire. À l’image de Nadal, il joue contre le 155e mondial comme il jouerait face aux plus grands. Cette fois-ci, Hugo Gaston ne parvient pas à faire déjouer le destin et subit le match. Il passe à côté d’un titre et d’une première ligne à son palmarès, ce qui lui aurait valu beaucoup de reconnaissance. Néanmoins, le Français ne part pas non plus la tête basse. La marche était trop haute aujourd’hui mais son parcours reste remarquable. Gaston a, sans nul doute, pris encore plus de confiance en lui à Gstaad qu’à Roland-Garros. Pour preuve, après sa première finale ATP, il témoigne : « J’ai toujours su que j’étais capable de très bien jouer et d’enchaîner les bons matches contre de très bons joueurs. Je suis à ma place. Si j’ai battu trois top 100 ici, ce n’est pas du hasard. Je travaille dur à l’entraînement pour ce genre de choses. »

Si j’ai battu trois top 100 ici, ce n’est pas du hasard

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/1200x0/filters:format(jpeg):focal(1187x331:1189x329)/origin-imgresizer.eurosport.com/2021/07/25/3181384-65182948-2560-1440.jpg
Gaston maltraité et félicité par la même personne, son tombeur, Casper Ruud. Crédit photo : Eurosport

La quête continue de plus belle

Sa performance en Suisse cette semaine lui a fait gagner 22 places au classement ATP, ce qui fait de lui le 133e joueur mondial. Jamais Gaston n’a été aussi proche des portes d’entrée du Top 100. S’il affirme pour l’instant n’avoir comme objectif immédiat que de rentrer dans les 100, nul doute que dans un coin de sa tête réside l’envie d’un titre.

Son grand ami d’enfance, Ugo Humbert, est lui parvenu à remporter son premier titre en professionnel cette année, l’ATP 500 de Halle. De quoi surmotiver Gaston. Passé à rien de remporter un Challenger et un ATP 250 en deux semaines, Hugo peut rêver d’imiter Ugo, voire mieux. Brillant sur ocre, il ne sera toutefois pas le futur Nadal. Il peut néanmoins prétendre à un titre sur cette surface et pourquoi pas un Roland-Garros. Pour sûr, il a les capacités d’au moins imiter Tsonga, double demi-finaliste (2013 et 2015) Porte d’Auteuil. Reste à savoir si il saura marquer son nom à côté de celui de Yannick Noah. Le public français l’attend de pied ferme.

Roland-Garros - Hugo Gaston : Un grand bravo et, surtout, un immense merci - Eurosport
Gaston entrainant avec lui le peu de public venu le voir à Roland-Garros en 2020. Crédit photo: Eurosport

Les « Quatre Mousquetaires » expliquent leur manque de titres (seul Tsonga a remporté un Masters 1000) par le niveau de leur époque. Ils prétendent qu’évoluer avec Nadal, Federer, Djokovic et Murray leur a empêché de remporter des titres majeurs. Gaston ne pourra pas utiliser cet argument car ces joueurs se rapprochent de la retraite quand lui se rapproche de son meilleur niveau. Son avocat qui devra le défendre plus tard lorsqu’il n’aura toujours rien gagné, pourra toujours évoquer Tsitsipas, Thiem, Medvedev et Zverev. Actuellement, trois de ces jeunes joueurs sont des monstres sur ocre et parviennent déjà à tenir tête aux cadors. Mais Gaston a démontré en accrochant Dominic Thiem en 2020 qu’il pouvait rivaliser face aux meilleurs. La route vers un titre ne sera pas bouchée pour Hugo mais inévitablement semée d’embûches. Espérons que dans moins de cinq ans il l’atteigne. Tennistiquement et physiquement, il en est capable.

Crédit photo : Tennis Actu
Nils Gobardhan

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :