Foot Sport en Nord

Le Mouvaux Lille Métropole Futsal s’impose dans la douleur face à Nantes

Pour le compte de la 14ème journée de D1 de futsal, le Mouvaux Lille Métropole Futsal recevait Nantes Métropole ce dimanche 14 février. Après s’être fait peur, les Nordistes ont finalement assuré l’essentiel en s’imposant 4-3. Une victoire qui leur permet de conforter leur place de leader.

Premier et toujours invaincu en championnat, le MLMF (Mouvaux Lille Métropole Futsal) se devait de poursuivre sur sa lancée face à des Nantais revanchards, battus 6-1 au match aller. C’est désormais chose faite. Au terme d’un match indécis, où les locaux auront eu du mal à trouver la clé, les joueurs de Beto se sont finalement imposés 4-3. Un succès essentiel, qui permet aux Mouvallois de reprendre quatre longueurs d’avance sur leur dauphin de l’ACCS Asnières-Villeneuve 92, vainqueur samedi 13-1 du FC Chavanoz, actuelle lanterne rouge du championnat.

Mouvaux recevait une jeune équipe nantaise ce dimanche, salle Espace Jean Richmond. Crédit Photo: Marine Caron

Au coup d’envoi, ce dimanche, le MLMF pouvait compter sur les retours de Kévin Ramirez et d’Edgar Varela, tous deux absents lors de la réception de l’UJS Toulouse la semaine dernière. En face, les Nantais se présentaient avec un groupe très jeune (23 ans de moyenne d’âge) suite aux absences de nombreux cadres (Cabarcas, Melaine, Macarro ou encore l’ancien international français Bensaber). Un manque d’expérience qui aurait pu se payer cash d’entrée de jeu. À peine le coup d’envoi sifflé, le ton était donné. Juan Zardoya, le portier nantais, devait s’employer à trois reprises en moins d’une minute pour éviter aux siens de concéder l’ouverture du score. Mais penser que la partie serait à sens unique, c’était se tromper. Lucas Diniz, capitaine du MLMF le savait: « Nantes c’est une équipe qui joue le futsal moderne, ça bouge dans tous les sens avec beaucoup de jeunes joueurs. On savait que ce serait compliqué ».

L’expérience lilloise face à la jeunesse nantaise

Bloc bas, les Nantais faisaient le dos rond en début de match et s’appuyaient sur un Joy Mingolo époustouflant. Omniprésent, aussi bien à la récupération, qu’à la relance, le capitaine canari a grandement contribué à la solidité défensive des hommes de Gacougnolle. Alors que Mouvaux peinait à se montrer dangereux, les Nantais procédaient en contre et manquaient de surprendre les Nordistes avec des ballons dans le dos de la défense. Il faudra finalement attendre un coup de pied arrêté (une touche) pour que le MLMF ouvre le score. D’une somptueuse louche, Lucas Diniz, le capitaine nordiste, pourtant peu à son avantage en début de match, servait Varela qui marquait d’une belle reprise de volée (1-0, 9′)

Mingolo, ici balle au pied, aura effectué une grosse première mi-temps avant de baisser le pied en seconde période. Crédit Photo: Marine Caron

La fin de première période sera du même acabit. Une physionomie de rencontre en attaque-défense qui ne permettra cependant pas à Lille de faire le break. Trop peu incisifs, les Lillois verront les Nantais se procurer quelques occasions grâce à leur jeu beaucoup plus vertical et rapide. Il faudra même un superbe réflexe de Forgiarini, sur sa ligne, pour sauver les nordistes (14′). Après match, le capitaine du MLMF reconnaissait « En première mi-temps, on a vraiment mal joué, on a eu quelques occasions mais on a pas su réellement maîtriser le jeu ». Fort logiquement, le Nantes Métropole Futsal profitera de l’apathie de la défense des joueurs locaux pour égaliser à quelques secondes de la mi-temps (1-1, 20′, but de Renatinho).

Le sauvetage de Forgiarini sur sa ligne en première mi-temps. Crédit Photo: Marine Caron

À la reprise, l’association Guina-Sanna va de suite permettre le réveil des joueurs de Beto. Très à l’aise techniquement et costaud défensivement, l’international brésilien, Tiago Guina a su mettre tout le monde d’accord. Véritable métronome, il a permis aux Mouvallois de gagner en verticalité dans le jeu, et de créer de nombreux décalages. C’est notamment lui qui est à l’origine du second but lillois, inscrit sur une superbe action collective (26′, 2-1 but de Sanna)

Une fin de match à suspens

Il faudra attendre le money-time et les dix dernières minutes de jeu pour voir le match s’emballer. Alors que Galan pensait avoir fait le plus dur en inscrivant le troisième but lillois, il ne faudra pas plus d’une minute à Iliès Chriraa pour recoller (3-2, 32′). Les espaces vont alors se libérer dans le dos de la défense nantaise. Et, à la 38ème minute, Ramirez pense sceller la victoire des siens d’une lourde frappe en dehors de la surface (4-2). Nantes joue alors son va-tout. Zardoya, le portier nantais est remplacé par un joueur de champ afin d’apporter le surnombre numérique en attaque.

Une stratégie payante. Si Mingolo, brouillon en deuxième mi-temps, rate d’abord l’occasion de revenir au score, l’international français Steve Bendali ne se fait, lui, pas prier. Il profite d’une erreur de relance de Guina pour égaliser (4-3, 39′). Virevoltant, l’ailier ligérien aura été l’un des hommes forts du NMF (Nantes Métropole Futsal) ce dimanche. Très bon dans le un contre un, Bendali aura aussi marqué par son abnégation défensive en première période. Il pourrait être un élément important de la sélection française pour les matchs de qualification à l’Euro prévus début mars.

Le prometteur nantais Ruben, ici entouré du duo lillois de cette rencontre, Guina-Sanna. Crédit Photo: Marine Caron

À 30 secondes de la fin, le score est donc de 4-3 en faveur des bleu marine de Mouvaux. Fébriles, les locaux rendent alors trop facilement le ballon et offrent une dernière possibilité d’égalisation aux Nantais. Heureusement pour Beto et ses hommes, Renatinho manquera l’occasion de revenir au score. « C’est un résultat un peu frustrant parce qu’on a eu la balle d’égalisation, concède Joy Mingolo, le capitaine nantais. Mais on a tout de même fait un match accompli avec une équipe rajeunie. C’est du positif pour la suite ».

Le MLMF tiendra-t-il la cadence ?

À neuf matchs de la fin du championnat, le suspens reste entier dans cette Division 1 de futsal. Si le titre devrait, sans aucun doute, se jouer entre le MLMF et l’ACCS Asnières Villeneuve 92, aucune des deux équipes n’aura le droit au faux-pas. Avec un match de joué en moins que les lillois, Asnières-Villeneuve peut encore croire au titre. Pour Lucas Diniz, l’objectif est clair: « Le championnat est long, il reste neuf matchs, on a de gros matchs devant nous… Mais nous on veut le titre ».

Pour cela le MLMF devra d’abord ressortir vainqueur de sa double confrontation à venir face au Sporting Club de Paris, actuellement 5ème du championnat (le 20 et le 24 février, rencontre de la 15ème journée de championnat et match en retard de la 5ème journée). « Ça va être un match compliqué. À Paris, la salle est petite, le parquet rend le ballon rapide. Il va y avoir de l’engagement, mais on sera prêt pour ce match. Je pense qu’on peut le faire » assure le capitaine mouvallois. C’est, en tout cas, tout le mal que l’on souhaite au club lillois.

Mathis Charrieau
Crédit Photo: Marine Caron

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :