Foot Ligue 1 Sport en Nord

Le LOSC rate son entrée

Après leur victoire 3-2 à Montpellier au terme d’un scénario improbable pour clôturer l’année 2020, les Lillois se savaient attendus hier soir au stade Pierre Mauroy. D’ailleurs, c’est bien le SCO d’Angers qui, dès le début du match, s’en va marquer deux buts coup sur coup, par l’intermédiaire de son défenseur Romain Thomas (5′, 10′). Retour sur une bataille tactique qui a permis aux hommes de Stéphane Moulin de faire chuter les Dogues chez eux. 

Des Angevins qui avaient faim

Avec cette victoire face à Lille, le SCO d’Angers signe une performance remarquable : c’est leur deuxième victoire d’affilée face à un « favori » du championnat, eux qui avaient battu l’OM lors de la journée précédente (2-1). Pourtant sur le papier, ce sont bien les Lillois qui gagnaient les paris, invaincus à domicile depuis le début de la saison. Mais c’était sans compter sur ce début de match époustouflant de la part des Angevins.

Deux corners obtenus, puis deux buts en l’espace de cinq minutes signés Romain Thomas, qui infligent une sérieuse claque aux Dogues. Le premier fait suite à un ballon mal dégagé par Thiago Djalo : le défenseur du SCO est à l’affût et arme une frappe qui surprend Mike Maignan. Il marquera le second d’une tête sur corner, délesté de son marquage par un Sven Botman en retard. Ce n’est pas la première fois que les Lillois encaissent sur un coup de pied arrêté. Un sérieux point faible à corriger d’urgence, car il a déjà coûté cher aux Nordistes.

Par la suite, les deux équipes vont décider d’imposer leur jeu, sans qu’aucune ne parvienne à prendre le dessus sur l’adversaire. Le LOSC tente de mettre le pied sur le ballon afin de se créer des occasions, mais le pressing mis en place par Stéphane Moulin empêche les Lillois de trouver le moindre espace. Malgré cela, cinq minutes avant la pause, l’attaquant Burak Yilmaz sème le feu dans la défense du SCO, et croise une frappe parfaite qui redonne un peu d’espoir à son équipe. C’est le huitième but de l’attaquant turc, grâce à la septième passe décisive du meilleur passeur de Ligue 1, Jonathan Bamba.

Une maîtrise du jeu signée Moulin

Même si la seconde période n’offrira aucun but, elle n’en fut pas moins sérieusement disputée. Remontés par la réduction du score de leur buteur, les hommes de Christophe Galtier reviennent avec envie sur la pelouse. Ils parviennent même à marquer au bout de trois minutes, d’une frappe de Yilmaz finalement refusé pour une main de David. Tout va désormais se jouer sur le plan tactique.

Les Angevins ferment chaque espace, pressent intensément, et se montrent dangereux notamment grâce à Thomas Mangani et Angelo Fulgini, qui distribuent et organisent parfaitement le jeu. À chaque touche de balle Lilloise, le joueur se retrouve immédiatement enfermé, ou du moins mis sous pression. Un type de pressing habituellement utilisé par… le LOSC, pris à son propre piège. De l’autre côté, les Dogues combinent et essaient d’accélérer en passant par les ailes, et en faisant dédoubler leurs latéraux. Il n’y aura finalement que peu d’occasions franches, si ce n’est la barre transversale de Burak Yilmaz sur coup franc (78′). Les changements apportés par Galtier s’avéreront justes, mais inefficaces (entrées de Weah, Soumaré, Bradaric et Lihadji).  La bataille tactique est remportée par les hommes de Stéphane Moulin, et le LOSC laisse échapper trois points précieux dans sa course pour la tête du championnat.

https://www.lequipe.fr/_medias/img-photo-jpg/burak-yilmaz-lors-du-match-amical-lille-brest-perdu-par-les-lillois-1-2-e-garnier-l-equipe/1500000001390073/0:99,1998:1431-624-416-75/78998
Burak Yilmaz, unique buteur lillois hier soir. Crédit Photo : E. Garnier/L’Équipe

Mangani – Fulgini, la recette du succès

Si le SCO doit son succès à son collectif organisé et très solide défensivement, deux joueurs sortent du lot : Thomas Mangani et Angelo Fulgini. Maîtres à jouer du milieu de terrain angevin, le relayeur et le meneur de jeu ont brillé et emmené leur équipe à la victoire. Associé à Lassana Coulibaly, Mangani s’est montré impérial dans sa zone. 6 duels gagnés (60%), 4 interceptions, et 78,57% de passes réussies. Il a à la fois protégé sa défense, et apporté du danger en relayant le jeu de son équipe vers l’avant. De plus, il est l’auteur du corner sur lequel Romain Thomas inscrit son second but.

Alors que son coéquipier brillait défensivement, Angelo Fulgini s’est montré intenable offensivement. Très remuant et distribuant le jeu de tous côtés, le numéro 10 a posé de sérieux problèmes aux Lillois. Ses 8 duels gagnés, 3 fautes subies et 78,95% de passes réussies en témoignent. Ce duo n’en est pas à son premier coup d’éclat. Avec des statistiques semblables, ils avaient été cruciaux dans la précédente victoire d’Angers face à l’OM. Un duo donc à surveiller pour le reste de la saison.

Des absences qui font mal

Habituellement dominée par le Paris Saint-Germain, la course au titre est plus que jamais disputée cette saison. L’Olympique Lyonnais, le PSG et le LOSC bataillent pour la tête de la Ligue 1 avec 39 points pour le leader lyonnais, et 36 points pour ses deux poursuivants. Bien que disposant d’un effectif fourni et d’une belle profondeur de banc, le LOSC a besoin de ses cadres pour rivaliser. Or, en ce moment, certaines absences pénalisent les Lillois.

Le premier sur la liste est le milieu Portugais Renato Sanches. Maestro du milieu de terrain, aussi doué à la récupération que techniquement, il formait avec Benjamin André l’un des meilleurs duo des milieux de Ligue 1. Son retour prévu dimanche contre Nîmes, devrait faire beaucoup de bien au LOSC.

Autre blessure et non des moindres, celle du latéral droit Zeki Celik. Alors qu’il revenait de 3 longues semaines d’absence suite à une blessure en Ligue des Nations, il a été contraint de ressortir du terrain après seulement 27 minutes de jeu contre Montpellier, gêné par son mollet gauche. Et il n’est pas exagéré de préciser que son importance était cruciale dans le système de Christophe Galtier. Percutant offensivement, solide défensivement, son jeu complet et sa combativité se font fortement ressentir, à un poste où Lille manque de remplaçants. En effet, Thiago Djalo est avant tout un défenseur central et manque d’expérience à ce poste, tandis que Jérémy Pied est également blessé.

Enfin, l’ailier droit Brésilien Luiz Araujo ne devrait plus tarder à revenir. Blessé pendant le mois de décembre, il est actuellement positif à la Covid-19 alors qu’il entrait en phase de remise en forme début janvier. Le groupe lillois devrait se retrouver au complet d’ici une ou deux semaines, pour repartir de l’avant.

Crédit Photo : Denis Charlet/AFP
Aymeric Leplat

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :