Tennis

Thiem, meilleure note de 2020

L’année 2020 fut difficile à bien des égards, mais il existe contre toute attente une personne sur Terre pour qui elle mérite d’exister. Un tennisman autrichien a enregistré cette saison comme l’une des meilleures de sa carrière et a pu réaliser au moins un de ses rêves. Les Olympistes vous proposent un retour sur la saison haute en rebondissements vécue par Dominic Thiem.

Thiem finissait l’année 2019 par une déprimante désillusion, alors qu’il a chuté au 1er Tour du dernier Grand Chelem, il brille à Londres en empêchant Djokovic de sortir du Groupe Borg et en s’imposant devant Federer. Ceci lui permet d’affronter Zverev au tour suivant et de rencontrer Tsitsipas en finale. Malheureusement pour lui, le Grec est encore plus en forme, et éliminant Federer au tour précédent en deux petits sets, il arrive confiant et vainc Thiem. C’est donc assoiffé que l’Autrichien débute l’année 2020.

Départ prometteur

Dominic Thiem impressionne lors du premier Grand Chelem de la saison en faisant vibrer le Melbourne Park les deux semaines. Il se qualifie pour les quarts de finale, en éliminant aisément Gaël Monfils futur-streamer français, et il rencontre un certain Rafael Nadal, alors n°1 mondial. Rafa ne lui fait aucun cadeau et les deux hommes se livrent un duel de titans. Il aura fallu plus de quatre heures de jeu et trois tie-breaks à Thiem pour remporter, pour la première fois de sa vie, trois sets dans un même match face à Nadal.

Moya:
Nadal soufflant quelques mots de félicitations à Thiem après leur rencontre. Crédit Image: Tennis World Italia

« Domi » brille encore aux tours suivants et passe face à Zverev dans un match intense de quatre manches lui offrant pour la première fois une place en finale de l’Open d’Australie. En face de lui, un Novak Djokovic à qui il n’a fallu que trois sets pour éliminer au tour précédent Roger Federer. En finale, le Serbe vacille, Thiem domine les trois premiers sets, malgré avoir perdu le premier. Il faiblit et perd les deux sets suivants. Il échoue donc une fois de plus, proche de la consécration, après avoir déjà perdu les deux années précédentes en finale de Roland-Garros.

Thiem et la crise sanitaire

L’Open d’Australie a été perturbé par des incendies importants autour de Melbourne qui ont semé l’inquiétude dans le monde tennistique. Une des joueuses a d’ailleurs abandonné lors de la phase de qualifications car il lui était impossible de respirer suffisamment pour continuer à jouer. Ceci n’était rien face au séisme que créa une certaine pandémie, bien peu médiatisée, dans le monde du tennis deux mois après. Jusque début juin, tous les rendez-vous sont manqués, l’Open d’Australie alors seule échéance importante du premier semestre 2020. Des Masters 1000 et Grands Chelems annulent ou annoncent un report sans certitude comme Wimbledon, Rome ou encore Indian Wells. Seule compétition à fixer un nouveau rendez-vous, Roland-Garros qui bouscule le calendrier initial.

Cette interruption fige Thiem en troisième position derrière Nadal et Djokovic. L’Autrichien améliore sa capacité physique en courant et enchainant les sessions sportives quotidiennes. Il affirme également avoir entretenu son mental afin de redémarrer dans les conditions les plus optimales. Il ne cache pas également qu’entre deux treks en montagne, il rejoint le commun des mortels sur Fifa 20.

Le restart tant attendu par les joueurs de tennis débute par des rencontres d’exhibition avant les premiers tournois. Thiem est l’un des plus présents. Le joueur autrichien a besoin de jouer très régulièrement afin d’obtenir de bonnes sensations sur le terrain. Il dispute sept exhibitions dont sa propre création le Thiem’s 7, dont il est finaliste. Il s’incline face à l’étoile montante russe Andrey Rublev. L’accumulation de matchs lui permet toutefois d’arriver en confiance dans les starting blocks de Flushing Meadows.

Le rêve de gosse

Tête de série n°2, Dominic Thiem profite d’un concours de circonstances favorables. Nadal et Federer sont les figures de proue des nombreux absents de cette édition. Un seul membre du Big 3 est présent et coup de théâtre, il est disqualifié du tournoi après avoir envoyé involontairement une balle sur une juge de ligne en 1/8e de finale. Les planètes désormais alignées, Thiem n’a plus qu’à dérouler.

Seule menace considérable, la présence de Daniil Medvedev, tête de série n°3, dans sa partie de tableau. L’Autrichien s’en débarrasse en demi-finale et s’offre sa première finale à l’US Open en tant que favori face à Zverev (n°5). Cette domination sera contestée dans les deux premiers sets remportés 6/2-6/4 par l’Allemand, mais « Domi » ne déçoit pas et s’accroche dans les deux suivants, qu’il remporte 6/4-6/3. Ce match se conclut par un set mythique entre les deux jeunes hommes que Thiem remporte 8/6 dans le tie-break. Il n’aura fallu que de deux points pour départager les deux hommes et offrir à Dominic son premier Major, pourtant objectif de Zverev également.

No.2 seed Thiem wins unique US Open | The Canberra Times | Canberra, ACT
L’Autrichien soulève son premier trophée du Grand Chelem devant les yeux de son homologue allemand, un titre tant convoité. Crédit Image: The Canberra Times

Une fin de saison plus modeste

À la suite de ce sacre et de son entrée dans la cour des grands qui lui a demandé de réaliser une quinzaine au top niveau, Thiem fait couler moins d’encre en fin de saison. Alors parmi les favoris de l’édition de cette année des Internationaux de France, il n’atteint pas les demi-finales. Après être arrivé deux fois d’affilée en finale de ce Grand Chelem face à Rafa et l’avoir déjà battu sur terre, il est attendu comme la relève. Mais cette année-là, le calendrier ne fait aucun cadeau et l’US Open d’il y a moins d’un mois se fait ressentir. Cette fois-ci l’Autrichien puise dans ses retranchements dès son 1/8e de finale contre le jeune Français Hugo Gaston. C’est donc un Dominic usé qui arrive sur le terrain face à Diego Schwartzmann au tour suivant. Il se fait battre en cinq sets, 6/2 dans le dernier symbolisant l’état de son physique.

Par la suite, le joueur de 27 ans décide de ne pas se présenter au Masters parisien, et se concentre sur le tournoi de Vienne, dans son pays natal. Sans briller, il est éliminé dès le 3e Tour par celui qui remporte le tournoi quelques jours plus tard, Rublev. L’Autrichien décolle néanmoins pour le dernier tournoi de la saison à Londres auquel il était attendu. Il faisait partie des favoris et n’a cette fois-ci que peu déçu. Sans difficulté, Thiem réussit à se qualifier pour la phase finale, avec un nouveau duel magnifique entre Nadal et lui. Il doit lutter au premier tour de celle-ci face au n°1 mondial qui lui laisse peu d’opportunités. C’est au terme d’une confrontation épique (7/5-6/7-7/6) que Dominic Thiem s’invite à la finale de l’ATP Finals. Il y rencontre le Russe Daniil Medvedev et doit s’incliner malgré avoir remporté la première manche.

L’heure de la relève

Andrey Rublev:
Thiem et Rublev se tapant la raquette, faisant office de serrage de main à l’ère du Covid. Crédit Image: Tennis World France

L’année 2020 marque le début de la fin du Big 3. Federer, 39 ans, ne devrait pas tarder à prendre sa retraite. Il ne répond déjà plus présent à beaucoup de tournois. Rafael Nadal est contraint de sacrifier des tournois importants pour assurer une démonstration de force annuelle à Roland-Garros. Le Serbe, lui, toujours n°1 mondial se voit souvent mis en difficulté par la jeunesse. Ces deux derniers joueurs de 34 et 33 ans éprouvent de la difficulté à rester en place. Dominic Thiem a vaincu les deux lors du dernier tournoi de 2020. Il comptabilise également 75% de victoires face au Big 3 ces deux dernières saisons.

Au niveau statistique, Thiem peut alors être considéré comme le nouveau Andy Murray afin de former un nouveau « Big 4 ». Mais ces cadres actuels voient monter la concurrence également autour d’eux. D’autres jeunes tels que Zverev, Tsitsipas et Rublev arrivent à tenir tête et s’imposer. On ne peut passer à côté de Medvedev également, qui finit la saison à un niveau impressionnant en remportant Paris-Bercy et le Masters de Londres. Le Russe a d’ailleurs récemment dépassé Federer à l’ATP. Dans les huit premiers mondiaux, quatre ont donc moins de 24 ans et trois plus de 33 ans. Thiem étant le seul joueur à réussir à s’affirmer au milieu de ce choc de générations. À voir, en 2021, ce que nous réservent ces jeunes qui ne manquent pas d’ambition.

Crédit Image: Radio Canada
Nils Gobardhan

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :