Calendrier de l'Avent Divers

Jour 20 : L’incroyable histoire de Tarzan

À trois jours de Noël, nous vous proposons de découvrir la fabuleuse histoire de Johnny Weissmuller. Des bassins à la jungle, retour sur cet incroyable destin.

Johnny Weissmuller s’est d’abord fait connaître dans les bassins. Né en 1904 en Hongrie, ses parents émigrent aux États-Unis alors qu’il n’a que sept mois. À neuf ans, il contracte le poliomyélite, maladie pouvant entraîner la paralysie. Son médecin lui conseille alors de pratiquer la natation pour pouvoir vaincre le virus. Johnny Weissmuller surmonte la maladie mais n’arrêtera pas la natation. Et il a eu raison ! En 1920, il bat le record du monde du 500m nage libre (épreuve qui n’existe plus aujourd’hui) en 6 min 42 soit 8 secondes de moins que l’ancien record.

En 1922, il bat un nouveau record du monde, celui du 100m nage libre. Le 9 juillet 1922 il devient le premier homme à passer en dessous de la minute dans cette épreuve. Deux ans après, aux Jeux Olympiques de Paris, il s’octroie quatre médailles dont trois en or avec le 100m nage libre, le 400m et le 4×200. Sa quatrième médaille sera une médaille de bronze en water-polo. Quatre ans après à Amsterdam, il garde son titre de champion olympique du 100m et du 4×200. En tout, Johnny Weissmuller aura remporté 52 titres de champion des États-Unis et battu 28 records du monde.

De légende des bassins à homme de la jungle

Pour beaucoup, Johnny Weissmuller est le plus grand nageur de tous les temps. Il n’est certes pas celui qui a le plus de titres, Michael Phelps restant le maître en la matière, mais il restera toujours le premier homme en dessous de la minute. En plus de cela, à l’époque il n’y avait que trois épreuves individuelles et qu’une collective alors qu’aujourd’hui un athlète peut nager sur huit épreuves. Qui sait ? Johnny Weissmuller aurait pu aussi exceller dans le 200m !  Tout cela aurait pu ne jamais avoir eu lieu. En effet, le nageur hongrois perd sa nationalité lors de la chute de l’empire austro-hongrois en 1918. Or, il lui faut une nationalité pour participer aux JO de Paris. Il emprunte alors l’identité de son frère Peter, né aux États-Unis. Sans cette usurpation d’identité, Johnny Weissmuller n’aurait donc jamais eu ce palmarès.

En 1929, il devient égérie pour une marque de sous-vêtements. Il entame alors une carrière de mannequin professionnel mettant fin à sa carrière sportive. Il voyage alors dans tout le pays avant d’être repéré en 1932 par la Metro-Goldwyn-Mayer. Après une première apparition dans Glorifying the American Girl, la société de production américaine a choisi le jeune mannequin pour devenir le premier Tarzan parlant du cinéma. Son cri devient mythique, il jouera ce rôle douze fois avant d’être jugé trop âgé pour continuer, il avait 44 ans à l’époque. Il continue sa carrière d’acteur en jouant dans seize films sur six ans avant de mettre fin à sa carrière à l’âge de 50 ans.

De légende de la natation à légende du cinéma, il n’y a qu’un pas. Johnny Weissmuller décède en 1984 à l’âge de 79 ans et sa légende marquera l’histoire du sport pour toujours.

Crédit photo : Arte
Maïlys David

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :