Calendrier de l'Avent Sports d'hiver

Jour 8 : Le miracle australien

Hiver 2002, Jeux Olympiques de Salt Lake City, Steven Bradbury pompier volontaire en Australie devient le nouveau médaillé d’or du 1000 mètres short track. Après un parcours renversant qui le hisse jusqu’en finale, celui-ci arrive à remporter le titre face aux meilleurs de sa catégorie.

Faire un sport d’hiver en Australie ce n’est pas très courant, alors être champion olympique ça l’est encore plus. En effet Steven Bradbury pratique le patinage de vitesse depuis l’âge de 12 ans dans l’État de Queensland en Australie. Au fil des années le sportif obtient un bon niveau national mais insuffisant au niveau international. Alors qu’il dispute ces premiers JO en 1990, il fait beaucoup promouvoir son sport en Australie sans être parmi les meilleurs. Les années passent et le patineur n’arrive toujours pas à se qualifier pour une moindre finale internationale en individuel. Malheureusement il connaît plusieurs terribles blessures qui l’obligeront à rester en dehors de la piste pendant de nombreux mois.

Salt Lake City

Il dispute alors déjà ces quatrième Jeux Olympiques sans avoir réellement rempli ces objectifs. À 29 ans c’est sûrement sa dernière chance. Il ne se qualifie que pour une seule épreuve: le 1000 mètres. Il atteint donc les quarts de finale. Sur quatre coureurs, il doit finir au moins deuxième pour se qualifier. L’Australien n’est pas favori mais a une chance d’atteindre les demi finale.

La course commence mais Bradbury reste en quatrième position. Il est toujours en course pour la qualification mais n’est pas en bonne posture. Lorsque que le dernier tour arrive, il occupe toujours la dernière place. Plus il se rapproche de la ligne d’arrivée, plus son rêve de finale s’éloigne. Mais dans le dernier virage deux patineurs se bousculent : l’un tombe et l’autre reste debout. Steven finit donc troisième et il est éliminé. Cependant, une vérification opère. En effet, suite à la collision entre les deux coureurs lors du dernier virage, le coureur ayant fini deuxième est disqualifié pour obstruction. L’Australien est en demi-finale !

Deux places, une finale

Déjà un scénario improbable qui l’emmène en demi-finale et il est encore loin de s’imaginer la suite des événements. Le voici donc en demi-finale, Steven est clairement l’outsider mais ne se décourage pas. Il est à une course d’atteindre son rêve : une finale olympique ! Cependant, cette fois-ci il ne fait pas face à quatre coureurs mais cinq pour seulement deux places qualificatives. Le coup de feu retentit,  les dés sont jetés. On arrive au dernier tour, Steven ferme la marche. Soudain, un deuxième miracle surgit. Un premier coureur tombe à cinquante mètre de l’arrivée puis comme un air de déjà vu deux coureurs tombent dans le dernier virage. Bradbury est deuxième. Il n’en revient pas, il décroche sa première finale olympique dans sa carrière mais c’est aussi la meilleur performance olympique pour un patineur australien. Le petit poucet s’installe chez les plus grands.

Photo prise lors du passage sur la ligne d’arrivée de Steven Bradbury qui remporte la médaille d’or. Crédit Photo: Getty Images

Une finale et une médaille

Tout les astres sont alignés pour le coureur de Queensland. Alors qu’il se hisse en finale comme par magie. Il n’ a jamais été aussi proche de remporter une médaille olympique. Mais cette fois-ci il n’a aucune chance. En effet en face de lui, les meilleurs patineurs de la planète.

Jour de match. La course commence et comme à son habitude l’Australien occupe la dernière place. Au devant de la course une bataille acharnée pour la médaille d’or, mais Bradbury n’est pas de taille pour bagarrer cette place. Le dernier tour est entamé et Steven occupe un retard trop conséquent. Il a vingt mètres de retard. Mais encore une fois un fait surréalistes intervient. Alors que les quatre autres coureurs disputent la première place dans le dernier virage, suite à un accrochage, un jeu de domino s’effectue et les quatre favoris tombent les uns après les autres à dix mètres de l’arrivée. Bradbury échappe une nouvelle fois à la chute et passe la ligne en solitaire. Il devient le nouveau champion olympique. L’Australien est très confus par cette victoire surprise digne de sa compétition. Lors de la remise des médailles, Steven Bradbury essuie les critiques et répond :

« Je sais très bien que je n’étais pas le meilleur mais gagner une médaille d’or ça reste extraordinaire et je ne vais pas la rendre ! »

Crédit Photo: Getty Images
Julien Caron

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :