Cyclisme

C’est pas du Pippo

Dans la triste saison 2020 du Team INEOS, Filippo Ganna apparaît comme une éclaircie. L’Italien a été sacré champion du Monde du contre-la-montre. Depuis, il enfile les succès comme des perles sur le Giro au point de s’imposer comme le meilleur rouleur du moment. Analyse du phénomène Pippo Ganna.

La nouvelle référence du chrono

Il y a eu les longues dominations de Fabian Cancellara puis de Tony Martin. Aujourd’hui, l’exercice solitaire semble s’être trouvé un nouveau maître en la personne de Filippo Ganna. L’Italien a mis fin cette année au règne plus court de Rohan Dennis. En effet, Ganna a remporté cinq des six contre-la-montre auxquels il a pris part en 2020. Seul Remco Evenepoel, l’autre nouveau grand rouleur, l’a battu à San Juan. Plus que la quantité, c’est la qualité qui est révélatrice. Ganna a conservé son titre de champion d’Italie avant de conquérir le titre mondial. Il a aussi remporté le traditionnel chrono de Tirreno-Adriatico, tracé autour de San Benedetto del Tronto en effaçant Cancellara des tablettes. Ganna a roulé plus vite de 26 secondes que la légende suisse qui détenait le meilleur temps depuis 2016.

Ganna the new king of time-trialling as he takes world title | Cycling
Le bolide Filippo Ganna à l’assaut du titre mondial sur le circuit automobile d’Imola. Crédit Photo : Getty Images

Le coureur du Team INEOS prend une nouvelle dimension actuellement sur le Giro. Il vient d’y remporter les deux premiers contre-la-montre (le troisième aura lieu dimanche, jour de l’arrivée finale, à Milan). À Palerme, Ganna s’est emparé du maillot rose après avoir parcouru les 15,1 kilomètres du parcours à une moyenne stratosphérique de 58.831 km/h. Un nouveau record de vitesse moyenne dans un chrono d’un grand tour (le vent favorable et les longs faux-plats descendants l’ont favorisé). Ensuite à Valdobbiadene, Pippo a fait plier son coéquipier et mentor Rohan Dennis sur 35 kilomètres au cours d’une nouvelle démonstration de force. Entre les deux, il a remporté plus surprenamment une étape de montagne en franchissant un col de 1ère catégorie, certes roulant, en tête. Ses confrontations face Remco Evenepoel contre la montre promettent beaucoup. 2021 pourrait donc marquer le vrai commencement de leur rivalité si le Belge récupère de ses blessures.

L’école de la piste

À 24 ans, Filippo Ganna compte déjà cinq titres mondiaux à son palmarès. Les championnats du monde du contre-la-montre à Imola bien sûr mais aussi quatre titres sur piste. Avant de performer sur la route, Ganna s’est d’abord imposé comme le roi des vélodromes. Et ce dans une discipline en particulier : la poursuite individuelle. Sur cette épreuve de quatre kilomètres dont le but est de rattraper ou de se rapprocher le plus possible du concurrent s’élançant du point opposé du vélodrome, Ganna compte quatre maillots arc-en-ciel. Il en est même depuis février dernier le recordman du monde en 4 minutes 1,934 seconde. Rappelons que bon nombre de spécialistes du contre-la-montre ont également été champion du monde de poursuite. C’est le cas de Sir Bradley Wiggins, Taylor Phinney ou encore Stefan Küng.

Filippo Ganna breaks individual pursuit world record twice in a day | road.cc
2 records du monde dans la même journée pour l’Italien à Minsk (3 novembre 2019). Crédit Photo : Getty Images

Ganna représente également la Squadra Azzura aux épreuves de poursuite par équipe avec Simone Consonni (Cofidis) et Liam Bertazzo (Vini Zabu KTM), autres routiers-pistards. S’il se tourne de plus en plus vers la route, Filippo Ganna ne prévoit pas de délaisser la piste à court terme. Il visera la poursuite des JO de Tokyo en 2021 et affirme son envie de se lancer à l’attaque du record de l’heure de Victor Campenaerts. Il n’y a rien de surprenant dans cette démarche quand on sait que la piste permet une optimisation du rapport entre le coureur et sa monture et de développer des seuils aérobie et anaérobie supérieurs à ceux travaillés sur route.

Fuoriclasse

Ivan Basso est à la retraite. Vincenzo Nibali et Fabio Aru sont sur le déclin. L’Italie se cherche un nouveau fuoriclasse. Ce « champion » de grande classe pourrait être Filippo Ganna. Dans la Botte, on aime les champions classieux et charismatiques. Ganna a ces atouts. L’Italien est un coureur très élégant sur son vélo malgré son physique hors norme. 1m93 pour 82 kilos, c’est même un colosse. Pourtant, Filippo Ganna a réussi à s’approprier une position aérodynamique bien qu’elle soit atypique. L’Italien a obtenu un cadre sur mesure de la part de son équipementier Pinarello. Ses prolongateurs sont par ailleurs surélevés par rapport à ses concurrents. Cet aspect a été réfléchi pour lui permettre de ne pas souffrir d’un déficit en pénétration dans l’air. Son buste est toujours droit et ses bras plus haut que la moyenne lui permettent de former un angle (presque) droit avec ses avant-bras.

Ganna: I didn't want to take pointless risks in opening time trial of Giro d'Italia | Cyclingnews
La fameuse position Ganna et un cadre doré sublime. Crédit Photo : Getty Images

Pour obtenir, le rendement qu’on lui connait Ganna ajoute à cela des aptitudes physiques hors du commun et un grand sens de la course. Toutes ces caractéristiques lui permettent de rêver encore plus grand. L’Italien représente le présent et l’avenir du roster INEOS. À tel point, qu’on l’imagine déjà dans d’autres registres…

Trajectoire à la Cancellara ou destin à la Wiggins ?

Chez nos voisins transalpins, un parallèle est établi entre Filippo Ganna et Francesco Moser. Ce dernier était également champion du monde de la poursuite et imposant physiquement. Il a par la suite remporté, dans les années 1970-1980, des classiques dont trois Paris-Roubaix et le Giro. Dans le cyclisme moderne, il semble impossible pour Ganna de viser les deux tableaux. Il devra alors faire un choix cornélien : viser les classiques flandriennes comme Fabian Cancellara ou les grands tours à l’instar de Sir Bradley Wiggins. Le pari paraît moins difficile dans les classiques du Nord quand on sait que Ganna a remporté Paris-Roubaix Espoirs en 2016. Ces courses nécessitent de la puissance et Pippo en a. Il n’aurait pas à perdre du poids mais « juste » à apprivoiser les différents secteurs et monts pavés. Pour briller sur ces classiques, il faut de l’expérience et elle s’accumule au fil des participations.

Filippo Ganna in no hurry to explore GC prospects despite Giro d'Italia success | Cyclingnews
Ganna dans l’ascension du Valico di Montescuro. Crédit Photo : Getty Images

On ne connaît pas encore les limites de Filippo Ganna. Il est tentant de l’imaginer à son avantage sur les courses par étapes d’une semaine et à long terme sur les grands tours. L’Italien a terminé deux fois deuxième du Tour de San Juan. Ces résultats ne sont pas anodins : l’épreuve argentine est montagneuse avec des arrivées à plus de 2600 mètres d’altitude. Sur le Giro 2020, Ganna a remporté une étape de montagne, certes en étant dans l’échappée et sur des pourcentages roulants. Toutefois, il a dominé des grimpeurs du calibre de Thomas De Gendt et Einer Rubio. En revanche, sur les pentes plus raides, son poids pose problème. S’il veut briguer les Grands Tours, il lui faudra adopter un régime alimentaire. L’exemple type du rouleur devenu grimpeur est celui de Bradley Wiggins. Si ce spectaculaire changement de profil a mis près de cinq ans, il s’est opéré dans l’équipe de Ganna : INEOS (anciennement Team Sky). Il y a donc de quoi être optimiste !

Crédit Photo : Giro d’Italia
Aymeric Peze

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :