Divers Sport en Nord

TLM : Un sans faute plein d’espoir

Ce vendredi 17 octobre, le club de volley tourquennois rencontrait le Gazélec Football Club d’Ajaccio Volleyball. Ce match est le dernier match à domicile où le TLM Volleyball pourra jouer à 20h. En effet, avec le couvre feu annoncé dans la métropole de Lille, le club prévoit d’avancer ses matchs à 17h afin que le public puisse venir. Retour sur une rencontre que l’on pensait gagnée d’avance pour Tourcoing.

Avant cette rencontre, le club du Nord pointait à la deuxième place du classement de Ligue A masculine. Les Corses étaient eux en fond de classement avec trois défaites en trois matchs. Une opposition complète alors que les Tourquennois ont gagné tous leurs matchs depuis le début de la saison. On imaginait donc un 3-0 assez facile pour les Nordistes, mais peut être se sont-ils vus trop grands. Ainsi, le premier set a été arraché de justesse par le TLM (27/25) et Ajaccio a réussi à décrocher le deuxième set (23/25). Au final, lors des deux derniers sets, le club de Tourcoing a fait la différence et s’est donc imposé 3 set à 1.

Un manque d’automatisme criant

La préparation du TLM a été perturbé par de multiple facteur, dont la Covid-19. Lors de la phase de préparation, onze membres de l’équipe ont été contaminés. Avec cinq nouvelles arrivées dans l’effectif pro et trois autres dans le centre de formation, les joueurs devaient impérativement enchaîner les matchs de préparation. Et bien loupé, le club n’a eu que deux matchs amicaux avant le début du championnat. Au vu des résultats, on se dit qu’ils n’en avaient pas vraiment besoin. Pourtant, c’est une autre histoire sur le terrain. Le coach brésilien Mauricio Paes avoue après le match  » On manque encore d’automatisme et de communication. On ne peut pas tout mettre sur la Covid, lors du match de la semaine dernière il y avait plus d’automatisme que cette semaine ce n’est pas normal, il faut encore travailler ».

Mauricio Paes et son capitaine Lauricio Palonsky. Crédit photo : Aglaé Courtial

Ce manque d’automatisme n’est pas le seul manque de l’équipe. Lorsque l’on regarde de plus près il y a un véritable manque de communication entre chacun. Alors que le GFCA menait dans le second set, les joueurs du TLM ont commencé à ne plus se parler, il n’y avait plus cette cohésion d’équipe normalement visible au volley. On ressentait les tensions jusque dans la tribune presse. Ce manque de communication peut être dû aux différentes nationalités de chacun. Ainsi l’équipe est composée de Portugais, Serbe, Français ou encore Cubain. Le capitaine, Luciano Palonsky, est lui Argentin. Pour Mauricio Paes c’est un des gros problèmes de l’équipe « On a des joueurs de plein de nationalités, sur le parquet il y a tellement de langues différentes ».

Les recrues, hommes du match

L’homme du match et attaquant Julio Cardenas découvre le championnat français et ça lui va à merveille ! Actuellement dans le top 5 des meilleurs réceptionneurs-attaquants, le jeune cubain de 19 ans devrait faire beaucoup de mal à ses prochains adversaires. Même si c’est Cardenas qui a remporté le trophée d’homme du match, on aurait pu le donner à chaque recrue. À commencer par le nouveau capitaine argentin, il a su pousser son équipe en n’hésitant pas à pousser quelques gueulantes méritées. Pour un joueur qui découvre le championnat on ne peut que lui dire bravo. Il y a aussi un autre Argentin qui est arrivé cette année et qui interpelle particulièrement, Matias Sanchez. Le passeur d’1,73m a réussi des blocs impressionnants tenant même tête au géant Ivan Kolev ( 2m ). Comme quoi, la taille ne compte pas !

Matias Sanchez face à son pointu Sasa Starovic. Crédit photo: Aglaé Courtial

Deux autres recrues ont fait un travail impressionnant. D’abord Augustin Loser, qui porte d’ailleurs très mal son nom, il a été décisif notamment dans le troisième set. Alors que les deux équipes étaient à égalité (10/10) le joueur a enchaîné les attaques permettant à son équipe de faire le break. L’autre recrue n’est pas inconnu au fan de volley, il s’agit de Daryl Bultor. International français, il est arrivé en provenance de Montpellier. Sa force physique a été très appréciée dans les moments où l’on sentait que la tactique n’était pas forcément là. On a pu aussi voir un jeune du centre de formation, le numéro 4, Julien Legrand, en alternance constante avec le libéro actuel Julien Lemay. Une passation de pouvoir en cours ? C’est une rumeur qui court et qui paraît de plus en plus probable. En effet, le Français de 37 ans pourrait bien mettre fin à sa carrière à la fin de saison.

La passation de pouvoir. Crédit photo : Aglaé Courtial

Le défi de Cannes

Après un match, qui malgré quelques approximations, a été largement gagné par les Nordistes, c’est Cannes qui les attend la semaine prochaine. Premier du championnat avant la quatrième journée, Cannes représente ce qui se fait de mieux en volleyball français. Que ce soit les femmes ou les hommes, les Cannois sont toujours de véritables adversaires. Pour autant Mauricio Paes ne veut pas y aller avec de l’appréhension. Le coach attend d’abord de voir ce que fera Cannes contre Cambrai qui, pour lui, est une équipe difficile à battre. Le match se tenant ce samedi à 20h, le Brésilien regrette de ne pas pouvoir y aller à cause du couvre-feu imposé dans la MEL.

Un jeu de service à revoir. Crédit photo : Aglaé Courtial

Ce voyage à Cannes pourra être le révélateur de tous les dysfonctionnements déjà évoqués. Il faudra aussi ajuster le jeu de service plutôt médiocre lors de ce match. C’est le premier gros affrontement des Tourquennois. Pour Paes « il faut se concentrer sur l’objectif des playoffs à la fin de la saison, même si on perd à l’aller il faudra gagner au retour « . Le club ne cache pas son objectif principal : les playoffs à la fin de la saison. Luciano Palonsky confie alors « on a pour but les playoffs, on est en haut du classement, on a beaucoup d’espoir d’y aller ».

L’anecdote du match

Alors que le troisième set se déroulait plutôt bien, l’arbitre arrête le match. Tout le monde est surpris par cet arrêt de jeu incongru. C’est alors que l’on voit la table de marque s’agiter, le public se lever. On apprend alors que le deuxième arbitre est parti en courant car il était malade. C’est alors un spectateur qui le remplace. Fait de jeu inattendu, l’homme venu voir un match se retrouve un sifflet à la bouche. Mention spéciale pour son pull nounours qu’on valide !

Une tenue d’arbitre originale. Crédit photo : Aglaé Courtial

Il y a de quoi rêver, avec un sans faute depuis le début de saison, le TLM s’impose comme un des leaders du championnat. Reste à voir s’ils tiendront le choc contre Cannes la semaine prochaine.

Crédit photo : Aglaé Courtial
Maïlys David

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :