Football Ligue 1 Sport en Nord

Les Canaris croqués par les Dogues

Enfin ! Pour la première fois de la saison, le LOSC a marqué plus d’un but. Grâce à un but contre son camp de Nicolas Pallois et un pénalty converti par Burak Yilmaz, les Dogues prennent provisoirement la tête du championnat. Pourtant, tout n’a pas été parfait côté lillois. Les Nordistes peuvent remercier le manque d’ambition nantais.

Et la lumière vint de Luiz Araujo

Surfer sur la bonne dynamique, voilà le leitmotiv invoqué par Christophe Galtier avant le match.  Les titularisations de Luiz Araujo, très bon face à Marseille, à la place de Jonathan Ikoné, et du duo Burak Yilmaz-Jonathan David n’ont donc pas surpris grand monde. Pour ces deux derniers, le coach lillois a multiplié les appels à la patience, rappelant qu’ils ne sont lillois que depuis quelques semaines. Leur titularisation a aussi un sens tactique : avec leur mobilité remarquable, Galtier espère faire bouger les deux lignes de 4 nantais. Avec douze occasions créées à eux deux depuis le début de saison, la bonne forme de Jonathan Bamba et Luiz Araujo est aussi l’œuvre des deux recrues lilloises.

En face, Christian Gourcuff a misé sur un 4-4-2, avec un milieu très étiré. L’objectif ? Ne pas trop s’exposer offensivement, et miser sur des fulgurances individuelles de Moses Simon et Marcus Coco face aux latéraux lillois, aux errances défensives courantes.

Le 4-4-2 nantais a posé des problèmes aux Lillois durant les premières minutes.

Au début du match, le milieu nantais a énormément gêné les relances lilloises. Benjamin André a eu beaucoup de mal à trouver ses coéquipiers derrière ce milieu, pourtant souvent étiré. La faute au manque criant de solutions intéressantes. Les ailiers nordistes ont lâché beaucoup d’énergie dans la récupération. Quasiment toutes les récupérations lilloises ont été le fruit d’une prise à deux entre un ailier et un joueur défensif comme André, Celik, Botman et Bradaric. De ce fait, les percussions vers l’axe, qui ont fait la réussite de Bamba et Araujo en ce début de saison se sont faites moins insistantes. Les offensifs lillois se sont souvent retrouvés près de la défense nantaise, attendant les ballons longs de la garde défensive.

Ici, seul Renato Sanches occupe l’entre-jeu lillois. André a souvent dû descendre vers sa défense pour se libérer de Kolo Muani. Le milieu nantais est positionné devant les ailiers lillois empêchant ainsi les transmissions courtes. Résultat, Botman sera obligé d’allonger le jeu. Mais Nicolas Pallois (1,9m) et Andrei Girotto (1,86) n’ont pas été gênés pour récupérer ces ballons. De plus, Jonathan David et Burak Yilmaz ne sont pas aussi rapides qu’ont pu l’être Rafael Leao ou Victor Osimhen. Ils étaient rarement au point de chute du ballon.

Ici, l’animation offensive lilloise ne propose rien. 6 joueurs lillois sont introuvables. Tous sur la même ligne, aucun décalage n’est créé.

En face, le canari est resté dans son nid douillet. Cette semaine, Christian Gourcuff a insisté sur la nécessité de retrouver une assise défensive convenable. Six buts encaissés sur les trois derniers matchs, c’est trop pour l’entraîneur breton qui espérait ramener un résultat du nord sans prendre de risques. L’objectif était ainsi de profiter des espaces dans le dos des latéraux lillois pour se retrouver en situation de supériorité numérique grâce à des attaques rapides.

Un objectif compliqué à atteindre face à des lillois qui n’ont pris que deux buts depuis le début de saison. Les ailiers nantais ont gagné trop peu de duels. José Fonte (89 % de duels remportés cette saison, aucun défenseur ayant disputé au moins dix duels ne fait mieux) a vite étouffé les accélérations de Kolo Muani. Les Verts et Jaunes n’ont touché que deux ballons dans les 18 mètres lillois durant les 25 premières minutes. Le parquet lillois a même été saisi pour des soupçons d’emploi fictif concernant Mike Maignan en 1ère mi-temps, c’est dire !

Les difficultés lilloises à créer le danger n’ont duré qu’une bonne vingtaine de minutes. La confrontation entre le 4-4-2 nantais et les volontés de créations lilloises a tourné à l’avantage des locaux. Au fil de la première mi-temps, les Dogues ont donc posé leur patte, et ont réussi à faire monter leur bloc. Les combinaisons dans l’axe se sont ensuite enchaînées et Luiz Araujo a fait parler de sa vista et de sa qualité technique pour rendre une nouvelle copie très propre. Professeur Galtier a sûrement apprécié. Une frappe qui apporte l’ouverture de score, et c’est la mention Très Bien qui s’offre au Brésilien. À 1-0 à la mi-temps, un changement tactique côté nantais était indispensable si Christian Gourcuff souhaitait ramener un bon souvenir du nord.

Depuis le début de saison, c’est une frappe tous les sept ballons pour Luiz Araujo. Personne en Ligue 1 n’atteint ce ratio.

Des ambitions nantaises bien maigres

Mais l’entraîneur nantais n’avait sûrement pas mis de sucre dans son café, tant il a semblé subir le match sans pouvoir en changer le cours. Les Nantais sont restés fidèles à leur 4-4-2. Les lillois ont contrôlé, et la position de Renato Sanches, en soutien du rideau offensif a fait mal aux Canaris. Les Verts et Jaunes ont dû sortir sur le Portugais pour l’empêcher d’organiser le jeu à sa guise. Les espaces se sont créés à 30 mètres des cages d’Alban Lafont, permettant d’assurer une domination territoriale nette.

Ici, deux nantais sortent sur Sanches, créant plus d’espaces pour Jonathan Bamba et a fortiori pour Domagoj Bradaric

Les Verts et Jaunes n’ont pas su prendre le jeu à leur compte et cela n’a pas gêné Christian Gourcuff, vite résigné. Il a fallu attendre l’entrée de Kader Bamba à la 73ème minute de jeu pour percevoir un véritable changement dans le jeu nantais. Les Canaris sont passés à quatre attaquants. Mais leur milieu à trois est resté très étiré, cassant toute initiative de construction de jeu. Le plan n’a pas fonctionné et les lillois en ont profité. Face à Rennes et Marseille, les Dogues avaient mal géré leur avance. Cette fois, José Fonte et les siens ont su géré la montre, évitant ainsi toute frayeur de dernière minute.

Les trois milieux nantais se sont vite retrouvés sans solution face à un milieu lillois rigoureux jusqu’au bout.

Le penalty de Burak Yilmaz est le trophée récompensant cette très bonne gestion. Critiqué pour son mauvais placement (5 hors-jeu lors de la première mi-temps à Marseille), le Turc n’a pas ménagé ses efforts durant le match multipliant les courses. Et, ironie du destin, c’est à la limite du hors-jeu qu’il récupère le ballon avec lequel il provoquera le penalty.  À 35 ans et 72 jours, il devient le joueur turc le plus âgé à marquer en Ligue 1.

Cette victoire permet au LOSC de prendre provisoirement la tête de la Ligue 1. Les Dogues réalisent leur deuxième meilleur départ sur les dix dernières saisons, en ayant affronté trois équipes européennes. Les hommes de Christophe Galtier prolongent leur très bonne série en Ligue 1 avec 8 matchs sans défaite et 12 matchs consécutifs en ayant inscrit au moins un but.

En face, Nantes n’a pas réussi à se défaire de sa bête noire (1 succès sur les 23 derniers matchs face à Lille). Christian Gourcuff n’a réalisé que trois changements, dont deux à la 88ème minute, alors que son équipe était menée et ne semblait pas capable de revenir au score. Le retour d’Imran Louza au milieu de terrain n’a pas été aussi marquant qu’ont été ses débuts. Le Canari n’a pas encore pris son envol cette saison, alors que le Dogue montre les crocs.

Crédit photo : @losc
Matthieu Heyman

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :