Football

Le défi des diffuseurs télés : créer l’ambiance dans des stades vides

Alors que la plupart des événements sportifs se disputent à huis-clos, on peut s’étonner d’entendre encore les chants de supporters à la télévision. C’est en fait tout un travail savamment orchestré par les diffuseurs pour créer une ambiance virtuelle.

En mai 2020, le sport fait son grand retour. Les spectateurs ne demandent alors qu’à retrouver l’atmosphère unique de ces événements télévisés. Mais pandémie de coronavirus oblige, les tribunes sont vides et tristement silencieuses. Les diffuseurs télés cherchent alors différentes combines pour simuler l’ambiance d’un stade animé par les supporters.

C’est Sky Allemagne qui instaure le premier dispositif du genre, dès la reprise du championnat allemand de football en mai. Les techniciens de la chaîne mettent alors en place un système de “double bande-son”. Une première couche audio constitue un fond d’ambiance plutôt neutre diffusé tout au long du match. Cette piste est obtenue en remixant l’atmosphère sonore enregistrée lors des rencontres précédentes entre les équipes, avec le soin de supprimer les bruits perturbateurs comme les contacts de balle et les coups de sifflets de l’arbitre. Et si l’opposition des deux formations est inédite, les chants des supporters de chaque club sont mélangés et arrangés pour obtenir une nouvelle piste. Les producteurs du son disposent en plus de samples utilisables lors des situations spécifiques comme les buts, les occasions et les décisions arbitrales. Ils peuvent alors les adapter en direct à chaque action pour reproduire la réaction du public dans de tels cas.

Sky Allemagne, précurseur dans l’art d’ambiancer. Crédit photo : Imago images

À chacun sa technique

Le même procédé est repris par Bein Sport pour la retransmission française de la Bundesliga, puis par l’UEFA à l’occasion du “Final 8” de la Ligue des Champions en août. Mais certaines chaînes télévisées utilisent d’autres méthodes pour créer artificiellement l’atmosphère d’un stade. Les diffuseurs anglais de la Premier League, tout comme Movistar en Espagne, s’associent par exemple à EA Sports pour récupérer les banques de données sonores d’anciens jeux vidéos FIFA. La ligue de football allemande est allée encore plus loin grâce à l’application mobile “MeinApplaus.de”. De chez eux, les fans peuvent s’y enregistrer en train de chanter, d’acclamer ou de siffler. Ces bruits sont ensuite diffusés directement par la sonorisation du stade. Un procédé également mis en place par la société Yamaha au Japon, via leur application “Remote Cheerer”.

Quant aux médias espagnols, ils vont jusqu’à couvrir les tribunes d’une image virtuelle de spectateurs, dont l’effet spécial n’offre qu’un rendu aplati peu convaincant. L’idée des fans du Borussia Mönchengladbach est bien plus réaliste : des milliers de supporters du club font installer des pancartes en carton à leurs effigies pour remplir les gradins. La solution la plus simple restant tout de même de braquer les caméras sur le terrain en prenant soin de ne laisser voir qu’un minimum des tribunes vides.

Les supporters du Borussia Mönchengladbach, ou plutôt leurs alters-egos cartonnés. Crédit photo : BELGA

Des initiatives controversées

En définitive, les diffuseurs cherchent par tous les moyens à faire oublier que le stade est vide. Mieux plonger les téléspectateurs dans l’ambiance du match, c’est mieux les captiver. “Une bonne idée” grâce à laquelle “on ne se rend plus compte du huis-clos” a commenté le chroniqueur de l’Équipe Raymond Domenech, lors du Klassiker entre Munich et Dortmund, le 25 mai dernier. Au contraire, la B.A.F.F (un regroupement des associations de supporters allemandes) n’apprécie pas du tout que la ferveur des fans soit artificiellement remplacée, et le fait savoir sur Twitter : « C’est précisément ce à quoi s’opposent toutes les organisations allemandes de supporters. Les matchs sans fans ne sont rien. [C’est] une anomalie qui doit être traitée comme telle. Les clubs se sont laissés prendre en otage par le diffuseur – qu’ils assument l’absence d’atmosphère.« 

Alors, est-ce que toutes ces mesures en valent vraiment la peine ? Tout dépend de l’intérêt principal que chacun trouve dans le visionnage d’un match à la télévision. Si certains y cherchent avant tout une atmosphère animée, d’autres considèrent le silence des tribunes comme une nouvelle expérience enrichissante. En effet, cette situation particulière offre aux passionnés l’occasion inédite d’entendre les consignes de l’entraîneur à ses joueurs ou les discussions avec l’arbitre. Alors pour contenter tout le monde, de nombreux diffuseurs choisissent tout simplement de couper la poire en deux. C’est-à-dire laisser le choix aux téléspectateurs entre deux versions, avec ou sans ambiance virtuelle.

Crédit photo – iStock
Milàn Strahm

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :