Football Ligue 1 Sport en Nord

Le LOSC décroche sa première victoire à Reims

Duel d’Européens au stade Auguste Delaune. Pour cette deuxième journée de Ligue 1, le LOSC se déplace à Reims pour chercher sa première victoire de la saison. Un objectif partagé par l’équipe-hôte, qui reste sur un match nul (2-2) à Monaco la semaine dernière. Au terme d’un match plutôt fermé, ce sont les Lillois qui se sont imposés sur le score de 1 à 0.

Le dimanche, à 13 heures, c’est un horaire plutôt inhabituel en Ligue 1. Mais les 4000 supporters autorisés dans les tribunes ont répondu présent. De son côté, Christophe Galtier a décidé d’organiser sa formation en 4-4-2, avec une attaque menée par les recrues David et Yilmaz, appuyés par un milieu dense composé de Bamba et Ikoné sur les côtés et de André et Xeka en récupération. Le Stade de Reims était quant à lui organisé en 4-3-3 en l’absence de leur joueur phare Boulaye Dia, probablement sur le départ.

Les Lillois imposent leur jeu…

Après un début de partie compliqué face au bloc haut rémois, les Nordistes sont peu à peu rentrés dans le match, sans grande réussite. Si le milieu Xeka-André a plutôt été en réussite avec de bonnes passes vers l’avant pour Xeka et un gros pressing de l’ancien rennais, les deux attaquants David et Yilmaz ont quant à eux, été en échec.

Les deux nouvelles recrues peinent encore à s’adapter au jeu lillois. Bien tenu par Faes et Abdelhamid, l’attaquant turc a eu très peu de ballons à se mettre sous la dent. Quant au Canadien, ce dernier a beaucoup décroché pour toucher davantage de ballons. Mais en vain car à part une belle frappe en seconde mi-temps, Jonathan David n’a jamais réellement effrayé Rajkovic. Le jeune attaquant manque encore d’automatismes avec ses coéquipiers, et il ne semble pas être au maximum physiquement.

Malgré cela, c’est sous domination lilloise que se déroule la partie ; mais celle-ci est stérile. David et Yilmaz peinent à être décisifs, ce qui devient vite frustrant pour la formation lilloise : l’impression de fluidité entre milieu et attaque a du mal à se transformer en but. Solides en défense, les Rémois parviennent à annihiler les actions dangereuses, mais ils ne parviennent pas non plus à s’échapper de leur camp.

Et concrétisent enfin

Il faut attendre la 32ème minute pour enfin assister à la concrétisation de la faible maîtrise du LOSC. Le but de Jonathan Bamba est par ailleurs représentatif de la physionomie du match. Sur une perte de balle très haute dans le camp lillois, le jeu est renversé vers Yilmaz dans l’axe. Il décale sur le côté gauche vers Bamba qui crochète Maresic et envoie le ballon dans le petit filet de Rajkovic, impuissant. Ainsi, après avoir maîtrisé le jeu mais sans conséquence, le dernier geste est enfin fructueux. C’est le premier tir de la rencontre.

De leur côté, les Rémois n’ont pas su exploiter les espaces laissés par le LOSC derrière la défense, pêchant dans le dernier geste. Une contre-attaque rémoise aurait pourtant pu, au vu de l’organisation nordiste, aboutir à une situation plus dangereuse.

Une deuxième période fade

Au retour des vestiaires, les joueurs de David Guion imposent un tout autre rythme. Menés par Cafaro, dont les percées mettent la charnière Fonte-Botman en difficulté, ils se procurent deux occasions dans les cinq premières minutes. Quelques instants plus tard, sur une initiative de Cafaro encore, ils parviennent même à tromper la défense lilloise par un bon jeu de passes aux abords de la surface. Mais le but de Touré est refusé pour un hors-jeu de son passeur, Cassama.

Kutesa (Reims) face à Jonathan Ikoné
L’attaquant rémois Kutesa en duel avec Jonathan Ikoné          Crédit photo : @StadeDeReims

On commence alors à croire à un retournement de situation initié par les Rémois. Beaucoup plus justes offensivement, ces derniers profitent notamment d’un manque de concentration du LOSC pour inquiéter Maignan. Mais les Nordisres reprennent vite le contrôle de la rencontre et le rythme commence  peu à peu à ralentir.

Avec beaucoup de déchets des deux côtés du terrain, le match devient rapidement saccadé. Des largesses techniques inquiétantes et un manque d’efficacité, qui sont de mauvaise augure pour les deux clubs en vue de la Ligue Europa. Les nombreux changements n’apportent pas non plus  le bouleversement espéré : le match est définitivement fermé.

Des individualités remarquées

Une rencontre comme celle-ci permet aussi de s’intéresser plus en détail aux individualités. Côté Rémois, le Belge W. Faes a fait une belle impression en défense centrale. Avec plus de 3 tacles, 3 interceptions et près de 70% de réussite lors des duels, il s’est montré rassurant. Cassama a lui aussi effectué un match intéressant : à l’origine de nombreuses offensives, il a été omniprésent dans le jeu rémois, auteur de nombreuses passes vers l’avant.

Le bilan est plus mitigé concernant les recrues du LOSC. Jonathan David, dont on attendait beaucoup après son premier match la semaine dernière contre Rennes, ne s’est pas montré très présent. En difficulté pour obtenir des ballons, il a souvent permuté avec Ikoné pour se retrouver plus près du milieu de terrain. Mais il n’a pas été souverain dans les duels et n’a pas optimisé ses touches de balles. Yilmaz, quant à lui, est auteur de la passe décisive pour Jonathan Bamba. Il a également été un peu plus présent dans le jeu. Il faut aussi noter que la physionomie du match imposait une certaine mise à l’écart des attaquants de pointe, moins sollicités que Bamba et Ikoné sur les côtés, par exemple.

Finalement, au terme d’un match maîtrisé dans l’ensemble, les joueurs de Christophe Galtier repartent de Champagne avec leur première victoire. Dans deux semaines, ils affronteront Metz à domicile, après la trêve internationale.

Crédit photo – @ActuFoot_
Agathe FERRIERE

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :