Football Ligue 1 Sport en Nord

Bloc contre bloc, Lille et Rennes se quittent dos à dos

Selon un sondage réalisé en 2019, 90 % des Français sont attachés au patrimoine culturel français. Alors avec Stéphane Guy au micro, Laurent Paganelli au bord de la pelouse et le retour de la Ligue 1, les Français ont de quoi être heureux.  Pour cette première journée de la saison 2020-2021, le LOSC et Rennes ont partagé les points (1-1). 

Bloc contre bloc

Un Lille-Rennes en première journée de Ligue 1 commence doucement aussi à entrer au patrimoine français. Il s’agit de la cinquième confrontation entre les deux clubs en ouverture de championnat, soit le match le plus fréquent en lever de rideau de Ligue 1 au 21ème siècle. Et pour commencer cette nouvelle saison, Christophe Galtier avait décidé d’aligner un 4-4-2. L’objectif était de contourner le bloc rennais très dense dans l’axe.

En effet, Julien Stéphan avait composé un 4-3-3 qui s’est transformé en phase défensive en 4-5-1 avec Steven Nzonzi devant la charnière centrale. Ce dernier a dégagé une grande sérénité et jouait un rôle essentiel dans le système de Stéphan. Le champion du Monde 2018 avait pour objectif de contenir Jonathan Ikoné, plaque tournante des transitions lilloises, mais aussi de presser Benjamin André le premier relanceur nordiste, avec le soutien de Benjamin Bourigeaud et Martin Terrier. Le mot d’ordre de Julien Stéphan était d’empêcher les transmissions des Dogues dans l’entre-jeu et de récupérer très vite le ballon. Cela a très bien fonctionné pendant les 40 premières minutes. Il a fallu 28 minutes aux Lillois pour toucher leur premier ballon dans la surface adverse.

losc / rennes
Les Rennais se sont appliqués à récupérer très vite le ballon en jouant sur le surnombre autour du porteur du ballon. Ici, il y a 6 Rennais pour 4 Lillois autour du ballon.

Bison Futé indiquait donc rouge dans l’axe, d’autant plus que les ailiers des deux côtés n’ont pas hésité à dézoner. Jonathan Bamba en est l’exemple le plus criant. Le joueur de 24 ans s’est retrouvé très souvent proche de Jonathan Ikoné, que ce soit dans les phases défensives ou offensives. Cela permettait à Reinildo d’avoir un boulevard devant lui. Le latéral mozambicain a multiplié les allers-retours. L’objectif étant de passer par les latéraux pour contourner l’axe. Cela n’a pas fonctionné puisque Reinildo n’a effectué qu’un seul centre durant 40 minutes.

A l’instar de leur adversaire, les Bretons sont passés par les côtés pour attaquer le but lillois. Les récupérateurs rennais ont très souvent relancé sur leurs latéraux. Faitout Maouassa a ainsi réalisé un match impressionnant. Entre ses qualités de percussion et son sérieux défensif, le joueur de 22 ans a délivré une prestation complète. Son alter-ego Brandon Soppy a lui aussi impressionné du haut de ses 18 ans, réalisant une deuxième mi-temps très intéressante.

2 cartons rouges qui changent tout

Mais ces deux organisations ont volé en éclat en fin de première mi-temps. En effet, le carton rouge de Sacha Boey à la 35ème minute a très vite été suivi par le but de Jonathan Bamba. Désorganisés par l’expulsion de leur latéral, les Rennais n’ont pas eu l’occasion de faire un changement de suite. Conséquence, Benjamin Bourigeaud s’est retrouvé à marquer Bamba, laissant l’axe moins dense. Xeka ne s’est pas laissé prier pour délivrer plein axe une très belle passe pour l’ailier nordiste. Ce dernier a aussi profité du bon travail de Jonathan David pour écarter les deux centraux rennais afin d’inscrire son premier but en Ligue 1 depuis le 28 août 2019.

Xeka à la passe, Bamba à la finition. Crédit photo : @losclive

Quelques minutes plus tard, ce sont les Lillois qui se sont fait punir par Clément Turpin. En effet, Reinildo, encore lui, a fauché par derrière Raphinha pour remettre les deux équipes à égalité numérique. De fait, la seconde mi-temps a été d’un tout autre acabit que la première. Les deux équipes se sont retrouvés dans un 4-4-1 assez flexible. Les hommes de Christophe Galtier ont misé en vain sur les contre-attaques.

De leur côté, les Rennais ont été plus patients, misant sur un jeu de passe orchestré par Eduardo Camavinga, sorti du banc à l’heure de jeu. Son entrée a été un tournant du match puisque le milieu de 17 ans a fait parler sa qualité technique afin de faire reculer les Dogues. La clé du match était sûrement là. En effet, seuls les transmissions et le jeu de passes pouvaient faire la différence face à deux défenses solides. Xeka l’avait bien montré en prmière mi-temps sur le but lillois. S’appuyant sur une paire Fonte-Botman impeccable, Christophe Galtier s’est sûrement reposé sur sa maigre avance d’un but. Mais, comme d’habitude, cela ne suffit pas et les Rennais ont égalisé grâce à un but de Damien Da Silva sur corner.

Sans complexe, Eduardo Camavinga a métamorphosé le jeu rennais. Crédit photo : @staderennais

Les Nordistes se sont faits souvent punir dans cette situation avant la trêve. Le match en main, le bloc redescend, laissant ainsi le ballon à l’adversaire. Résultat, le LOSC fait resurgir ses démons de l’an passé et repart sans la victoire après avoir ouvert le score.

Bilan

Pour leur reprise, après 5 mois d’arrêt, le LOSC et Rennes ont offert un match intéressant. Les deux équipes ont proposé une première mi-temps plaisante mais peu spectaculaire (seulement un tir cadré). Durant le premier acte, elles ont répondu présentes physiquement, offrant des duels impressionnants. Côté nordiste, Renato Sanches a encore montré toutes ses qualités physiques et techniques sur le côté droit de l’attaque. Pour son premier match officiel avec le LOSC, Sven Botman a apporté de très bonnes garanties. Le Néerlandais de 20 ans risque sûrement de faire oublier Gabriel très vite.

Renato Sanches a montré qu’il était au point physiquement. Crédit photo : @losclive

De son côté, Julien Stéphan a pu admirer une nouvelle fois tout le talent d’Eduardo Camavinga. Son entrée a été le game-changer du match, permettant à son équipe de repartir avec le point du nul. Outre Camavinga, le plus jeune entraîneur de Ligue 1 peut s’appuyer sur un vivier de jeunes joueurs talentueux : Faitout Maoussa (22 ans), Martin Terrier (23 ans), Raphinha (23 ans) et Brandon Soppy (18 ans) seront des joueurs importants de la saison européenne de Rennes.

Crédit photo : @losclive
Matthieu Heyman

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :