Cyclisme

« À travers le Hageland » : enfin les pavés !

Et oui, vous ne rêvez pas, une des premières courses pavées de la saison va se dérouler un 15 août. Fini la pluie, le froid, la neige, place à la chaleur ! La course belge, « À travers le Hageland », qui se déroulera, ce samedi sonne en effet la reprise des classiques pour la suite de la saison. Avec le champion du Monde Mads Pedersen et le redoutable tchèque Zdeněk Štybar, la première course pavée de la reprise s’annonce mouvementée.

La Strade Bianche belge

Enfin ! Cinq mois que tous les amoureux du vélo attendaient la reprise des courses belges. Samedi, la course flamande « À travers le Hageland » sonne pour de bon le retour des classiques pavées. De quoi ravir tous les spécialistes qui seront motivés comme jamais pour rouler sur les routes non-goudronnées flamandes. Car entre les pavés, les chemins de terres et les ascensions, cette course n’a rien d’une balade de santé.

Créée en 2001, la classique belge a évolué d’années en années pour s’imposer comme une course renommée au sein du peloton. Cette année, Dwars door het Hageland (« À travers le Hageland » en français)  a même intégré l’UCI Pro Series Tour, le deuxième niveau du cyclisme international. Une étape décisive dans le développement de cette spectaculaire course d’une journée, de quoi espérer une intégration sur le calendrier World Tour dans les années à venir. 

Route - À Travers le Hageland devrait se dérouler le 15 août
Kenneth Vanbilsen (Cofidis) avait levé les bras l’année dernière sur la course belge. Crédit Photo : Team Cofidis

Pour cette année 2020, déjà si spéciale, l’organisation du « À travers le Hageland » a légèrement changé son parcours. Avec ce nouveau tracé, pas moins de vingt passages de routes non goudronnées sont au programme et des tronçons pavés devraient également offrir le spectacle nécessaire. Rajoutez à cela près de deux mille mètres de dénivelé répartis sur douze versants. Un beau spectacle en perspective s’annonce donc pour les passionnés de vélo.

Avec ce parcours si caractéristique, l’épreuve est désormais décrite comme les Strade Bianche belge. Il faut dire que les ingrédients sont les mêmes : des chemins forestiers et une arrivée sur sa propre Piazza del Campo, la Citadelle de Diest. Espérons tout de même que le climat pluvieux si caractéristique de la Belgique sera à l’honneur samedi pour apporter du piment à la course.

Mads Pedersen en favori

Pour cette édition 2020, « À travers le Hageland » présente un plateau qui n’aura jamais été aussi relevé. Même si la startlist envoie du lourd, le peloton peut-être rassuré; l’ogre Wout Van Aert ne sera pas présent ce samedi sur les routes belges. En effet, ce dernier est déjà beaucoup trop occupé à massacrer ses adversaires sur le Critérium du Dauphiné. Mais trêve de plaisanterie, revenons aux choses sérieuses.

Ce samedi, Mads Pedersen apparaît donc comme le principal favori pour lever les bras. Le Danois de la Trek-Segafredo a enfin décroché sa première victoire avec le maillot de champion du monde sur les épaules, la semaine dernière sur le Tour de Pologne. Un déclic, tant attendu par le coureur de 24 ans, qui pourrait appeler à d’autres victoires par la suite. Et il faut dire que le champion du monde apparaît déterminé pour remporter la course belge. Il a en effet demandé explicitement à son équipe d’être sélectionné pour le « À travers le Hageland ».

@News
Mads Pedersen, sur le Tour de Pologne avec son maillot de champion du monde. Crédit Photo : SudInfo

Mais attention, la course est loin d’être gagnée pour le champion du monde danois. Zdeněk Štybar apparaît aussi bien armé pour remporter cette première course pavée. Avec Florian Sénéchal et Alvaro José Hodeg pour aider le tchèque, la Deceuninck Quick-Step n’est pas venue pour faire de la figuration. La victoire sera l’objectif de la formation. Du côté des formations françaises, l’équipe Total Direct Énergie peut nourrir des ambitions pour la victoire finale. Avec les expérimentés, Adrien Petit, David Gaudin ou encore Pim Ligthart, la formation vendéenne pourrait bien venir jouer les troubles-fêtes.

Première classique pro pour Matis Louvel

Alors que certains coureurs arrivent avec des ambitions de victoire sur la course belge, d’autres sont aussi venus pour acquérir de l’expérience. C’est le  cas du néo-pro normand, Matis Louvel. Fraîchement arrivé cette année au sein de la formation bretonne Arkéa-Samsic, le coureur de 20 ans poursuit son apprentissage sur le circuit professionnel. Après avoir repris la semaine dernière sur le Tour de Savoie Mont-Blanc où il s’est « fait plaisir en prenant une échappée », Matis Louvel s’attaque ce samedi à se première Classique professionnelle.

Matis Louvel avec les couleurs d’Arkéa-Samsic en janvier 2020. Crédit Photo : Arkéa-Samsic

Et c’est avec motivation que le jeune normand arrive sur la course belge. « Je n’appréhende pas du tout. Au contraire, j’ai hâte d’y être ! C’est une course qui me correspond un peu mieux où je vais pouvoir davantage m’exprimer. J’ai hâte de voir ce que cela va donner. Après ça reste toujours des courses particulières, il y aura beaucoup de nervosité », nous explique Matis Louvel. Un profil de course que le jeune coureur de 20 ans apprécie particulièrement : « Il y a toujours une atmosphère différente par rapport aux autres courses. Avec le public nombreux sur le bord de route et sur les secteurs pavés, c’est vraiment sympa ! ».

Pour cette première classique, le coureur de 20 ans aura la chance de côtoyer le top niveau mondial. « Cette course sera super intéressante et enrichissante pour moi. On progresse toujours plus vite à côté des meilleurs. On regarde comment ils évoluent, comment ils se placent … En professionnel, les courses sont beaucoup plus cadenassées, ça part moins dans tous les sens« , révèle Matis Louvel. Pour ce dernier, Mads Pedersen apparaît comme le principal favori pour la victoire finale mais « ça restera une course assez ouverte car personne ne sait trop encore où il en est physiquement ».

Crédit Photo : Kramon
Thouault Eloi

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :