Football

La Renaissance d’Anthony Martial

Très en jambes cette saison, Anthony Martial peut remercier son entraîneur pour toute la confiance qu’il lui a accordée. Car s’il est en forme en ce moment, cela n’a pas toujours été le cas ces dernières années pour l’ancien monégasque.

Après avoir fait ses classes aux Ulis, joué à Monaco et rejoint la Premier League très jeune, le natif de Massy a vite été comparé à Thierry Henry. Le meilleur buteur de l’Équipe de France n’a mis que quelques matches à s’acclimater en Angleterre. De son côté, Anthony a eu une adaptation plus délicate. À l’époque de son arrivée en provenance de Monaco (50M + 30 bonus), le jeune ailier a eu du mal à assumer toutes les attentes placées en lui. Il a manqué de régularité ce qui l’a relégué petit à petit à un statut de joueur de rotation. Quelques bad buzz extra-sportifs ont également terni sa réputation dans les médias.

Cependant après quatre saisons et demie à Manchester, l’international français évolue enfin au niveau espéré. Mais surtout, il est devenu un élément indispensable de l’équipe. Et cela, Ole Gunnar Solskjaer n’y est pas pour rien.

Anthony ne fait plus la moue

Loin d’être un titulaire régulier sous l’ère Mourinho, Anthony prend son mal en patience. Frustré par son temps de jeu, barré par Rashford ou encore par des recrues comme Sánchez, Martial se questionne sur son avenir au club. Après le départ du coach portugais, sa femme, Mélanie Da Cruz, dévoile même à l’Équipe tout le mal-être d’Anthony lors cette période à ManUtd : « On le voyait s’effondrer ».

Tout ne s’est pas bien passé entre ces deux là – © Getty Images

Pourtant, l’ailier gauche est loin d’être ridicule lors de ses apparitions. Il marque, fait des passes décisives mais manque de constance. Avec du recul, il n’en veut pas à José Mourinho pour ces histoires de temps de jeu. Il ne l’a d’ailleurs jamais critiqué publiquement. « Cela peut vous arriver. Mais tu dois juste lui montrer que tu mérites d’être sur le terrain », disait-il aux micros de RMC en février dernier.

Anthony est un brave type. Il a parfois été nonchalant, que ce soit sur le terrain ou à l’entraînement. Mais il ne faut pas oublier qu’il a fait tout ça en étant jeune et donc un peu insouciant des retombées. Avec le départ du Mou’ en décembre 2018, le Français a d’abord retrouvé le sourire, puis bien entendu, du temps de jeu.

Solskjaer et l’Art Martial

À sa prise de fonction, Ole Gunnar ne change rien au poste du Français. Anthony joue les premiers matches sous Ole en tant qu’ailier gauche. Le Norvégien doit avant tout assurer l’intérimaire et n’effectue que quelques changements dans le 11, comme le retour dans le milieu de Paul Pogba. Cependant, sous Solskjaer, ManUtd revit et l’ancien Red Devil est prolongé au poste d’entraîneur.

Si la fin de saison se termine calmement pour Martial et Manchester (6ème de PL), le tournant pour le premier intervient à la reprise du championnat en août. L’entraîneur décide d’en faire le 9 de l’équipe. Et ça paie. Martial empile les buts et permet à Rashford de prendre l’aile gauche laissée libre par son repositionnement. Les deux combinent beaucoup ensemble sur le terrain. Anthony profite aussi de la grosse forme de Mason Greenwood pour se créer des espaces dans le dos des défenseurs. Avec sa vitesse le Français a cette faculté à prendre la profondeur pour aller finir ou servir un coéquipier. À eux trois, ils forment un trio plus prolifique que Salah-Firmino-Mané. On peut ajouter à cela l’excellent Bruno Fernandes pour en conclure qu’Anthony est très bien entouré. Cela ne peut que lui être bénéfique pour maintenir sa bonne forme.

Mais comme l’a dit Ole en conférence de presse, Martial peut encore beaucoup progresser : « Il a beaucoup mûri dans son attitude à l’entraînement. Je pense que l’on va le voir à son meilleur dans les années à venir ».

Solskjaer n’y est pas pour rien dans le renouveau de Martial ©Getty Images

Un Anthony Martial en pleine bourre

Entre buts de renard et buts de malade comme le dernier face à Bournemouth, Martial est en pleine bourre cette année. Avec 20 buts et 6 passes décisives en 39 matches, il est en train de réaliser sa saison la plus prolifique. À titre de comparaison, il avait marqué 27 buts et réalisé 18 passes décisives en 106 matches sous les ordres de Mourinho.

Attention tout de même à garder cette régularité car Solskjaer n’a pas fermé la porte à l’arrivée d’un nouvel attaquant. « Si vous pensez bénéficier d’un droit divin pour disputer tous les matches. Si vous pensez être si bon qu’on ne regardera pas d’autres joueurs pour éventuellement vous remplacer, vous vous trompez », avertissait Ole Gunnar après le triplé de Martial face à Sheffield. De quoi garder les pieds sur Terre.

Oh Dédé ?!

C’est la question que tout le monde se pose. Les prestations de Martial vont-elles amener Deschamps à revoir le rôle du Mancunien en sélection ? Si la réponse peut sembler logique pour certains, elle est loin de l’être pour tout le monde. En effet, le cas d’Alexandre Lacazette reste le meilleur exemple.

Martial est un candidat direct au poste de N°9 des Bleus – ©Franck Five AFP

Pas de panique pour Anthony, Didier l’a bien à l’œil. « Il fait partie depuis un bon moment des joueurs qui sont susceptibles d’être convoqués et de venir avec nous », déclarait DD en conférence de presse avant le confinement. D’autant qu’avec son repositionnement en pointe, Martial devient une alternative plus qu’intéressante pour l’Équipe de France. Il a un profil très différent d’Olivier Giroud, mais cela ne l’empêche pas de garder des ballons et d’en gagner dans les duels aériens. Comme le dit son coach en club, c’est un joueur qui progresse de jour en jour à son nouveau poste. Il doit juste développer une obsession pour les buts afin d’éliminer des gestes superflus qui le privent de meilleures stats (déjà très bonnes).

Lui qui n’a plus disputé de match avec les Bleus depuis mars 2018 sait qu’il est sur la bonne voie. Mais que cela soit en club ou en sélection, il doit désormais maintenir un niveau de jeu élevé. Anthony Martial n’est plus un gamin. À 24 ans, il lui reste une belle page à écrire avec l’Équipe de France et les Red Devils. Nul doute qu’il possède toutes les qualités pour y arriver.

Crédits Photo : Getty Images
Théo Wargnier

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :