Football Ligue 1

Renato Sanches, un diamant à polir

10 juillet 2016. Renato Sanches remporte l’Euro 2016 avec la sélection portugaise à l’âge de 18 ans. Quelques semaines auparavant, le Bayern Munich avait recruté le futur meilleur jeune joueur du tournoi européen pour la somme de 35 millions d’euros. Golden Boy de cette même année 2016, l’avenir de Renato Sanches semblait tout tracé, mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

Le milieu de terrain ne s’est jamais jamais acclimaté au projet munichois. Trop jeune sûrement, les attentes resteront vaines. Avec le club allemand, Sanches n’a jamais disputé un match dans son intégralité. Et même un passage à Swansea pour se relancer n’y fera rien. La carrière du joueur formé au Benfica est au point mort en Bavière. « 5 minutes ne me suffisent pas » déclare alors le Bavarois, poussant ainsi ses dirigeants à trouver une solution gagnante-gagnante. Le club allemand souhaite aussi se séparer de l’ex Diabos vermelhos. Après des négociations de Luis Campos « en mode sous-marin » selon les dires de Gérard Lopez, Renato Sanches rejoint le LOSC pour 20 millions avec une ambition : rebondir et montrer son talent à l’Europe.

Un début compliqué

Recrue la plus chère de l’histoire du club lillois, Renato Sanches se sait attendu. Les transferts coûteux n’ont pas toujours réussi à s’épanouir au LOSC, en témoigne les passages de Marvin Martin et de Thiago Maia. Mais, à la différence de ces deux derniers,  le Golden Boy 2016 rejoint le Nord de la France dans l’optique de montrer son réel niveau et se relancer.

Lors de ses premiers matchs, Christophe Galtier aligne Renato Sanches au côté de Benjamin André devant la défense dans un 4-2-3-1 auquel le tacticien est attaché depuis la saison dernière. Mais le début de saison du club lillois est très irrégulier et Galtier commence alors à remettre en cause son système : le 4-2-3-1 se transforme régulièrement en 4-4-2. Au sein de ce dernier système, Sanches se retrouve ailier droit. Les performances du Portugais sont à l’image de son équipe : en grande difficulté à l’extérieur, il offre un visage intéressant au Stade Pierre-Mauroy. Beaucoup appellent à la patience, rappelant que le milieu de terrain est en manque de rythme après de nombreux mois sur le banc munichois.

Renato Sanches a connu un début de saison irrégulier, à l’image de son équipe.
Crédit photo : Julien Perez

Mais, le champion d’Europe va se blesser et être tenu loin des terrains durant près de 2 mois, un premier coup dur dans l’aventure lilloise du Golden Boy 2016 qui commençait à monter en rythme. Les supporters lillois redoutent alors le pire et la crainte d’un nouveau flop pour un transfert aussi coûteux se ressent.

À son retour, Christophe Galtier hésite encore entre un 4-4-2 permettant d’associer Victor Osimhen et Loïc Rémy à un 4-2-3-1 qui lui permet de jouer sur les contre-attaques et mettre en valeur Jonathan Ikoné en 10. Dans cette alternance, Renato Sanches se retrouve tantôt milieu récupérateur, tantôt ailier droit. Le Portugais montre ainsi une capacité d’adaptation très intéressante. La blessure de Timothy Weah ainsi que les performances irrégulières de Yusuf Yazici et Jonathan Bamba libèrent de la place dans le secteur offensif lillois rendant cette polyvalence précieuse pour Galtier. La montée en puissance de Soumaré permet aussi à l’entraîneur de pouvoir compter sur un pur récupérateur et ainsi être moins dépendant du Portugais dans ce secteur.

Lorsque André et Sanches composent le double-pivot lillois, les Nordistes s’imposent dans 86 % des cas.
Crédit photo : IconSport

L’entraîneur lillois fait confiance au Portugais qui commence à monter en puissance malgré des erreurs qui entachent toujours ses prestations.  Puis, le 13 décembre, Lille reçoit Montpellier, un match entre deux équipes de haut de tableau durant lequel Renato Sanches va réaliser une rencontre quasiment parfaite.

Le déclic face à Montpellier

Titularisé pour la quatrième fois depuis son retour de blessure au poste d’ailier droit, Renato Sanches et les siens accueillent Montpellier, une équipe en difficulté à l’extérieur. Ça tombe bien car les Lillois sont impériaux à domicile.

Durant une première mi-temps assez quelconque, le joueur portugais se démarque clairement. Il surnage et profite des largesses d’un milieu de terrain montpelliérain incapable d’intervenir face aux fulgurances du joueur de 22 ans. Chaque prise de balle est décisive et découle sur un dribble (10 réussies sur 13) ou une passe clé. Alors que la défense héraultaise s’est repliée à 1-1, seules les fulgurances du Portugais amènent le danger. Et, grâce à un enchaînement crochet-frappe mettant dans le vent un défenseur de Montpellier, Sanches marque en fin de match, libérant les Dogues. Ces derniers, orphelins de Nicolas Pépé depuis quelques mois, retrouvent un joueur aux caractéristiques proches, au même poste qui plus est.

Renato Sanches avait réalisé une perf’ XXL face à Montpellier en décembre.
Crédit photo : Michel Spingler/AP/SIPA

Ce match face à Montpellier est un véritable déclic dans la saison du milieu de terrain lillois. Sur les 10 rencontres suivantes, le Portugais en a disputé 9 dans son intégralité, chose qui ne lui été jamais arrivé dans sa carrière professionnelle. Durant ces 10 rencontres, le LOSC prend 18 points sur 30 possibles. Ce ratio est le meilleur de la part du club nordiste durant 10 rencontres consécutives cette saison en Ligue 1. Certes, la défaite en Coupe de France face à Épinal a été marquante et a été l’occasion pour Coach Galtier de changer beaucoup de choses, mais l’apport du Portugais durant cette période est indéniable. Le joueur de 22 ans est en passe de retrouver son niveau de 2016, pour le plus grand plaisir du club lillois.

Passé à droite, le meilleur jeune de l’Euro 2016 s’est pleinement intégré à la Ligue 1.
Crédit photo : Baptiste Fernandez/Icon Sport

Et maintenant ?

La pandémie actuelle a freiné la saison de Ligue 1, peut-être au pire moment pour le Lillois. On retrouvera donc le meilleur jeune de l’Euro 2016 avec le maillot du LOSC à partir du mois d’août, normalement. Le joueur de 22 ans ne devrait pas partir durant le mercato, à la différence d’autres cadres comme Victor Osimhen, Jonathan Ikoné, Gabriel et Mike Maignan.

Nul doute que Christophe Galtier s’appuiera sur le Portugais pour construire son équipe de la saison prochaine. À 22 ans, il compte déjà une solide expérience et semble s’être pleinement adapté au championnat français. De plus, les retours de blessure de Timothy Weah et de Yusuf Yazici pourraient être un moyen d’exploiter pleinement le potentiel de Sanches. Yazici, blessé depuis décembre, a montré par intermittence certes, une vision du jeu très intéressante. Combinée à la technique et la vitesse du Portugais, cette association pourrait faire des étincelles. Mais, Sanches a aussi montré qu’il était capable de briller dans l’entre-jeu au côté de Benjamin André qui sera encore présent la saison prochaine. À Christophe Galtier de décider à quelle place jouera l’ancien Munichois la saison prochaine. Car, à 22 ans, il lui reste peu de temps pour satisfaire les espoirs placés en lui depuis maintenant quatre ans. Tic, tac, tic, tac,…

Crédit photo : Getty Images
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :