Football Ligue 1

Fallait-il vraiment arrêter la Ligue 1 ?

La nouvelle a rapidement enchanté les fans de football. La Bundesliga reprendra ses droits le samedi 16 mai. Petit à petit, ce sont les autres principaux championnats européens qui devraient également se poursuivre, après plus de deux mois d’arrêt. Cependant, ce ne sera pas le cas en France. Le championnat de Ligue 1 est terminé et les avis divergent.

Figer le classement selon le ratio points pris par match. C’est la décision de la Fédération Française de Football. La FFF a décidé de s’aligner sur les conditions sanitaires énoncées par le gouvernement français. Notre chère Ligue 1 ne reprendra pas. Sage décision pour certains, idiote pour d’autres surtout quand la reprise des autres championnats est en bonne voie. La sagesse vaut-elle mieux que les pertes sportives et économiques ? Cette décision est-elle prématurée et ridicule si les autres championnats reprennent ? Au contraire, le football français a-t-il raison de mettre un terme à sa saison ?

Une injustice sur le plan sportif ?

Paris champion de France, Amiens et Toulouse relégués, Lyon absent des coupes d’Europe… C’est ainsi que se termine cette édition 2019/20 du championnat de France, dix matchs avant son terme. Si le sacre parisien était presque acquis et que Toulouse pratiquait déjà la distanciation sociale au niveau du classement, d’autres clubs peuvent se sentir lésés.

Lyon termine septième et sera absent de la scène européenne pour la première fois depuis 23 ans. Si l’OL fait parler de lui car son président Jean-Michel Aulas défend les intérêts de son équipe, ce n’est pas le seul club qui peut avoir des regrets. Seulement quatre points séparaient Nice (5ème) et Nantes (13ème). Autant dire que la lutte pour l’Europe était loin d’avoir rendu son verdict. Même sentiment pour Lille, qui visait une seconde qualification en Ligue des Champions consécutive et qui termine à un point de Rennes.

Dans la lutte pour le maintien, Amiens est le grand perdant. Le club picard pointait à quatre points derrière le barragiste Nîmes et se retrouve relégué sans avoir pu lutter jusqu’au bout. La ligue 1 avait encore beaucoup à nous offrir et les conséquences de classement peuvent s’avérer terribles.

De lourdes pertes économiques

Il semble évident que l’arrêt du championnat avant son terme aura de graves conséquences économiques pour certains clubs. Encore plus cette année quand on sait que les droits TV augmenteront l’année prochaine avec le nouveau diffuseur Mediapro. Les clubs relégués ne pourront pas bénéficier de cette nouvelle couverture, en plus du bouleversement économique qu’implique une relégation. Bernard Joannin (Amiens SC) et Jean-Michel Aulas (OL) ont décidé de porter réclamation devant les tribunaux, pas tant pour l’arrêt des championnats, mais surtout pour ces conséquences économiques. Si le premier conteste sa relégation, le second estime que son club méritait mieux qu’une septième place. Ce classement empêchera à Lyon de toucher les primes et les revenus liés à une qualification européenne.

En réalité, c’est l’ensemble des clubs de la Ligue 1 qui peuvent souffrir de l’arrêt du championnat. Outre la perte des revenus liés à la billetterie et au marketing, les droits TV ne seront pas versés pour cette fin de saison. Effectivement, les diffuseurs Canal + et beIN Sports ont décidé de se rétracter. Cela représente un manque à gagner pour la Ligue de 200 millions d’euros qui devaient être distribués entre les clubs de L1.

Les pertes globales s’élèveraient à 400 millions d’euros selon Vincent Chaudel, directeur de l’observatoire économique du sport. Cela représente un quart de l’ensemble des revenus de la saison. Les équipes de la ligue se retrouvent alors amputées d’une source principale de revenus. La grande majorité des clubs s’appuie sur ces rentrées d’argent pour assurer leur survie économique, lorsque celles-ci ne sont pas garanties par la richesse de son propriétaire. Aucun club n’est cependant en proie à une faillite, pour le moment. La LFP est parvenue à contracter un prêt d’un montant avoisinant 220 millions d’euros garanti par l’État. C’est l’équivalent de la somme qu’a déboursé le PSG pour s’acheter Neymar que devront se partager les différents clubs de Ligue 1.

Toujours plus de retard

Arrêter son championnat pendant que les autres le reprennent, c’est en quelques sortes tuer l’économie du foot français. Le fossé qui sépare déjà la France de ses voisins allemands ou anglais pourrait encore s’agrandir si ceux-ci venaient à reprendre le football. Ils toucheraient ainsi la totalité des revenus liés aux droits TV, qui sont déjà bien plus importants qu’en France. La baisse des revenus se ferait ressentir sur les mercatos des clubs français. Certains arriveraient sur la scène européenne avec un retard encore plus conséquent sur leurs voisins la saison prochaine. Et comment valoriser ses talents pour les vendre à bon prix dans ces conditions ?

Lyon prêt à céder Houssem Aouar cet été | Goal.com
Lyon vendra Houssem Aouar cet été. Qu’en sera-t-il pour tous les autres talents de notre Ligue 1 ?
Crédits : Getty Images

Sur le court terme, l’UEFA envisagerait de terminer la Ligue des champions au mois d’août. Les deux derniers représentants français, le PSG et l’OL, arriveraient alors totalement hors de forme. Il serait presque impossible de rivaliser athlétiquement face à des clubs avec deux mois de football dans les jambes.

Cela reste pour le moment de l’ordre hypothétique. L’UEFA n’a pas encore officialisé la reprise de la Ligue des Champions. Le championnat allemand reprendra à coup sûr ce week-end. Rien n’est encore décidé dans les autres pays, où certaines équipes sont pour le moment seulement de retour à l’entraînement.

La voix de la raison

Et si pour une fois la France avait le mérite de faire différemment de ses voisins ? On ne peut pas en vouloir aux instances du football français de ne prendre aucun risque pour le moment. Alors même que la reprise de l’école fait débat en France, pourquoi vouloir absolument la reprise du football ? Empêcher l’apparition d’une deuxième vague du virus est actuellement la priorité, cela même s’il faut faire passer la Ligue 1 au second plan et retarder sa reprise.

On demande à voir comment va se passer la Bundesliga ce week-end, mais de nombreux doutes planent encore. Qu’en sera-t-il de l’état physique des joueurs et de la qualité du football ?  Le protocole sanitaire mis en place risque surement de nuire au spectacle. La fin de saison à huis clos sera forcément bien triste et interdire les célébrations va également contre l’esprit festif de ce sport. Le manque de rythme pour la reprise pourrait avoir ses effets. Les entraînements ont repris, certes. Mais par petits groupes seulement dans un premier temps. Dans un sport collectif et de contact, cela frôle le ridicule. Cette préparation n’avait rien d’idéal après une si longue période de pause. Le faible nombre d’entraînements jusqu’ici et la différence d’intensité avec les matchs pourraient augmenter le nombre de blessures. Surtout si les matchs se jouent avec de plus courts intervalles.

Image
Des supporters en carton, sans mauvais jeu de mot.
Crédit : Twitter @Bundesliga_EN

Les joueurs sont des êtres humains avant tout. Même si le football nous manque et doit sans aucun doute leur manquer aussi, il faut également penser à leur santé. Les joueurs ne seront pas totalement protégés. Multiplier les déplacements et les rencontres avec des adversaires augmente la possibilité pour eux de contracter le virus. Tomber malade peut avoir des conséquences graves pour la suite de la carrière des joueurs. Wilhelm Bloch, docteur allemand, explique que les dommages de cette maladie sur le corps des athlètes ne sont pas encore connus mais pourraient s’avérer irréversibles. Les tests que subiront les joueurs ne sont pas fiables à 100% et le protocole ne pourra pas totalement les protéger.

En 2. Bundesliga (deuxième division allemande) par exemple, l’équipe de Dresde compte actuellement plusieurs joueurs positifs au virus. Le reste de l’effectif placé en quarantaine, le club est forfait pour la reprise du championnat. Un scénario qui pourrait bien se reproduire dans d’autres clubs.

Comment empêcher également les supporters de se retrouver ensemble devant la télé pour voir le match ? Le football est un sport de partage et pousse les foules à se réunir, ce qui n’est pas forcément la meilleure idée dans l’immédiat. Forcément, nos esprits de fans de foot ne peuvent qu’être heureux de la reprise de la Bundesliga dès ce week-end. Mais arrêter la Ligue 1 n’est pas une mauvaise décision d’un point de vue sanitaire. Seul le temps nous dira si la fin prématurée du championnat était la bonne solution !

Crédits photo : Maxppp
Picard Arthur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :