Football Ligue 1

Rendez-nous notre Ligue 1 !

Cela fait plus de 40 jours que notre Championnat chéri est à l’arrêt. Celui qui anime nos week-end, qui fait capoter nos combinés ou encore qui nous fait rager sur MPG. Souvent décriée, force est de constater que notre Ligue 1 nous manque cruellement. En ces jours compliqués, accordons-nous pour stopper nos critiques à son égard et pour enfin l’apprécier à sa juste valeur.

Loin d’être le championnat le plus intéressant sur le papier, la Ligue des Talents a toujours su nous réserver des surprises. Que cela soit par des matchs de dingues, comme le 5-5 entre Lyon et Marseille, ou par l’éclosion de grande jugador comme Kylian Mbappé, notre protégé n’a rien à envier à ces voisins. Oui, la plupart de nos clubs n’ont pas le budget de Manchester City. Oui, nos clubs n’ont pas le passé de l’AC Milan, ni la classe du Barça ou du Real. Et alors ? La Ligue 1 ? C’est un peu comme notre femme. Il y en a sûrement des plus jolies, mais quand celle-ci n’est plus là, on se rend compte vraiment à quel point on l’aimait.

Nicolas Pallois s’apprêtant à envoyer une saucisse en touche – (Crédit Photo : Arnaud Duret)

Elle nous énerve mais on continue de la regarder. Comme tout être, elle a ses qualités et ses défauts, mais restons concentrés sur ses vertus. Certes, au niveau du suspens on est loin d’un grand thriller. Disons qu’il y a plus de chances de voir une pandémie paralysant l’économie mondiale éclater, plutôt que de voir une autre équipe que le PSG être sacrée championne. Parlons de sa lutte pour le maintien, acharnée jusqu’à la dernière journée. Elle nous offre chaque année un ultime multiplex de folie. Il y a aussi la surprise de l’année. Vous savez cette équipe inattendue qui s’invite à l’Europe après avoir gagné 1-0 environ 15 fois durant la saison. Enfin, il y a nos arbitres. Toujours prêts à faire régner l’ordre sur le terrain et à lâcher un tacle assassin s’il le faut.

Ils font de notre Ligue 1 un championnat à part entière

Qui dit Ligue des Talents, dit commentateurs de renom. Depuis qu’il commente l’affiche du dimanche soir, Stéphane Guy ne cesse de nous faire vibrer par ses qualités oratoires et ses analyses toutes aussi pertinentes les unes des autres. (Souvent accompagné par Habib Beye ou Éric Carrière, celui qui présentait J+1 il y a quelques années, a su révolutionner son poste). Il ne faut pas oublier l’homme de terrain Laurent Paganelli. Avec Stéphane Guy, il fait la compétition de qui sortira la masterclass de la soirée. Pour cela, le polyglotte de Canal+ n’hésite pas à s’immiscer dans la vie privée des joueurs et du staff. Le meilleur exemple reste la question posée à la femme de Rod Fanni lors du dernier match de la saison 2016-2017. Incompétent ou incompris, quand on aime la Ligue 1, on aime Paga et Stéphane Guy. Ou pas.

De son côté, le TFC est lui aussi un acteur important en L1. Avec un jeu aussi écœurant que celui du FC Metz, ce qui fait la différence entre les deux équipes est la capacité de Toulouse à toujours se sauver. Quand Metz fait l’aller-retour chaque année pour dire bonjour aux copains de Ligue 2, le TFC trouve une solution miracle afin de rester dans l’élite. Vous voyez, Toulouse c’est un peu comme le professeur dans la Casa de Papel. On pense toujours qu’ils vont sauter mais à chaque fois leur génie les maintient en vie. Même quand ils sont sûrs de descendre, une pandémie menace le championnat de se terminer par une saison blanche. Chanceux ou talentueux, quand on aime la Ligue 1, on aime le TFC. Ou pas.

Gradel célébrant son transfert pour Guangzhou – (Crédit Photo : toulousefc.com)

On pourrait évoquer tout un tas d’autres exemples mais cela en deviendrait lassant. C’est pourquoi parler du PSG est un bon moyen pour terminer ce point. De tous les enfants de notre Ligue bien aimée, le PSG est le vilain petit canard. Chaque année, il est charrié à cause de son niveau en compétitions européennes (qui laisse à désirer). Depuis l’arrivée de QSI, elle est devenue l’équipe à abattre, celle que l’on critique. Sauf que depuis plus de 40 jours, on ne peut plus la critiquer. On le sait que toi Marseillais, toi Lyonnais, cela te manque d’insulter ton ami parisien. Trop fort ou juste trop riche, quand on aime la Ligue 1, on aime le PSG. Ou pas.

La solution à Jean-Michel

Face à cette situation particulière, Jean-Michel Aulas proposait au début du confinement une saison blanche. Petite précision : selon lui les qualifiés européens de la saison 2018-2019 seraient ainsi qualifiés pour les compétitions de l’année prochaine. Malin ce Jean-Michel quand on sait que Lyon était 7ème avant l’arrêt de la Ligue 1. On l’aime bien JMA ce trolleur, mais cela ne serait pas juste pour des clubs que l’on n’a pas vu depuis longtemps en Europe. Nice, Reims seraient perdants, mais que dire de nos amis marseillais. Imaginez-les une seconde enchaînant une deuxième année consécutive sans Europe. Et puis, soyons honnête, on en a tous ras-le-bol de voir Saint-Étienne se faire soulever par toutes les villes du Caucase.

JMA qui trolle Eyraud sur Twitter – (Crédit Photo : AFP/ GREG BAKER )

Donc Jean-Michel, si tu veux disputer la LDC, remporte-la cette année. Mais Aulas est une icône du Championnat de France. Mauvais perdant ou simplement amoureux de son club, quand on aime la Ligue 1 on aime Jean-Michel Aulas.

Crédits Photo : demivolee.com
TW

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :