Divers

A Legend is Born : Sébastien Loeb

Neuf fois champion de la World Rally Championship (WRC), la plus haute distinction pour un pilote de Rallye. 178 départs pour 79 victoires et 118 podiums, Sébastien Loeb est sans nul doute le plus grand pilote de rallye de l’histoire. C’est un fait indéniable, il a tout gagné. Mais où a-t-il gagné pour la première fois en WRC ? Les Olympistes retracent pour vous la carrière de Sébastien Loeb depuis sa toute première victoire.

Son duo avec son copilote monégasque Daniel Elena est légendaire. Ces deux hommes sont les plus titrés de l’histoire. Sacrés bonhommes ! Même si aujourd’hui, Sébastien Ogier peut prétendre à être le meilleur pilote de rallye, avec six titres, il n’a fait que suivre les traces de son compatriote. Loeb s’est imposé comme le meilleur pilote rapidement en prenant la relève du seul pilote de rallye français champion du monde, Didier Auriol en 1994.

Des débuts prometteurs

L’année 2001 marque le début de la compétitivité pour Loeb. À bord de sa Citroën Xsara Kit-Car et accompagné par son copilote de toujours, le Français remporte six étapes des dix courses du championnat français et est sacré champion pour sa première fois. Il succède à Philippe Bugalski vainqueur en 1998, 1999 et 2000. Ce dernier aura une fin tragique en 2012, décédé lors d’un accident de Rallye.

Sa Citoën Xsara arpentant Monte-Carlo
Crédit Photo : Motorsport

En parallèle, il participe temporairement au championnat WRC professionnel ainsi que sur son championnat junior. Cette compétition est une toute nouvelle échéance dans les plannings des jeunes pilotes. Sébastien Loeb y participe et écrase la concurrence. Sa Citroën Saxo S1600 est trop rapide donnant l’impression réelle de supériorité du Français sur son principal concurrent, l’Italien Dallavilla. Il devient donc le premier champion du monde Junior WRC. Une ligne de plus dans le palmarès.

C’est donc tout logiquement, qu’il est invité pour piloter sa voiture des championnats de France, aux championnats mondiaux. Il participe à l’étape italienne de Sanremo, qui va écrire sa légende. Il se révèle au yeux du grand public des sports automobiles. Lors de sa toute première course mondiale, il signe une seconde place derrière l’autre pilote français Gilles Panizzi. Déjà à l’aise en drift le bougre alsacien.

« Je m’attendais à faire un bon résultat » Loeb après le Rallye de Sanremo

Sans une seule once d’insolence, mais plutôt de réalisme, il s’affirmera comme l’un des meilleurs pilotes dès sa deuxième année.

Le Rallye d’Allemagne de 2002, la consécration

En 2002, Sébastien Loeb participe donc pour la première fois au championnat WRC à 100%. Il ne participera ni au Junior WRC ni à l’édition française. Il a senti à Sanremo qu’une place était à prendre et pouvait ramener à la France des titres. Mais revenons à notre questionnement initial.

De nombreuses personnes pensent que le Rallye de Monte Carlo fut sa première victoire. Ils auraient eu raison, mais le destin décidera autrement. Ce week-end, le sort avait dans un premier temps donné raison à Loeb. Les favoris de la saison que sont Gilles Panizzi, Thomas Bugalski et Thomas Radström sont victimes de problèmes moteurs. Pour la toute première course, le néo-pilote professionnel domine de bout-en-bout la manche et sort de sa Xsara à Monaco en tant que vainqueur. MAIS l’équipe japonaise Subaru, arrivée deuxième avec son pilote finlandais Tommi Mäkinen, porte plainte auprès des commissaires. Ces derniers donnent raison aux Japonais car l’équipe française avait changé les pneus de la Citroën dans une zone non-autorisée. Il faudra revenir pour Loeb pour gagner sa première course. Il en conservera un goût amer.

« Cela ne change rien pour moi, je sais que j’ai gagné »

Il ne lâche rien. Malgré une étape ratée en Suède, il ne finira jamais en-deçà du Top 10. Il arrive en Allemagne, en octobre 2002, regonflé à bloc. Il veut gagner, tout le monde le sait. Sur les routes étroites et sinueuses allemandes de la Rhénanie-Palatinat, Sébastien Loeb est le maître de son destin. Malgré les différents revêtements de route, malgré la pluie dans certains périmètres, il parvient à surclasser tous les autres pilotes. Cette fois-ci ni plainte ni changements de pneus illicites lui empêcheront de soulever le trophée. Il fera preuve d’une grande régularité en Allemagne, ne ratant sans aucune exception cette étape et la remportant pendant huit années d’affilée.

2002, une tête d’enfant, mais un patron dans l’âme
Crédit Photo : Citroën WRC

La suite logique

Malgré une victoire en 2002 ainsi que de très bons résultats, il ne parviendra pas à faire partie du Top 5 des meilleurs pilotes. En 2003, il touche au Graal monégasque mais doit s’incliner au championnat face au Norvégien Petter Solberg. Mais bon, Sébastien Loeb n’est pas un champion pour rien. Son mental, son abnégation ainsi que sa soif de victoires le poussent à travailler davantage et à s’entourer des meilleurs. Il restera tout de même fidèle à Citroën et son copilote. De 2004 à 2012, il règne sans partage sur sa discipline. Il rend mythique ses fameuses voitures : Xsara, C4 ainsi que DS3. Monsieur Loeb a fait rentrer la France dans une autre dimension. Certains Français étaient déjà présents aux avants-postes, mais le pilote est rentré dans la LÉGENDE.

Un neuvième titre chez lui, en Alsace
Crédit Photo : Libération

En 2013, il n’apparaît que sur quatre étapes. Tout le monde sent sa fin proche. L’heure est passée pour le pilote français. Mais la passation de pouvoir à son homonyme Sébastien Ogier sera magnifique perpétuant la tradition du Rallye français. Même s’il repasse une tête en 2015, 2018 et 2019 (chez Hyundai), il ne peut rivaliser avec les plus grands. Mais au-delà de ces dernières saisons, l’empreinte Loeb est puissante dans le monde des sports automobiles. Nous, Français, nous avons tous entendu à la radio, vu à la télé les exploits de Sébastien Loeb. D’un vague souvenir à des émotions intemporelles, nous avons tous le nom « Sébastien Loeb » dans un coin de notre cerveau.

Crédit Photo : AUTOcult
Thomas FRAISSE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :