Cyclisme

Le cyclisme face au confinement

Comme tous les sports, le cyclisme doit faire face à la crise sanitaire qui touche le monde entier en ce moment. Entre les courses annulées ou reportées et les règles de confinement, le monde de la petite reine doit s’adapter à une situation inédite.

Des courses annulées ou reportées à la pelle

Tro Bro Leon, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Amstel Gold Race,… La liste des courses annulées ou reportées est longue. C’est simple, toutes les courses UCI jusqu’à la fin du mois d’avril n’auront pas lieu à cause de l’épidémie de coronavirus.  Certaines courses n’avaient été annulées que par les deux guerres mondiales. Cette situation drastique pousse les équipes à prendre des mesures inédites. En effet, de nombreuses équipes ont poussé leurs coureurs à faire une pause dans leurs entraînements. C’est le cas par exemple à l’UC Monaco, comme nous l’explique Edouard Bonnefoix, un des coureurs de la formation monégasque : « C’est une situation spéciale pour tout le monde. Le directeur sportif et le président ont été clairs, ils ne voulaient plus qu’on s’entraîne à l’extérieur. » Ce dernier a pu participer aux courses du début du mois, en Espagne notamment. Mais ensuite, les choses se sont envenimées et les annulations se sont enchaînées….

Edouard Bonnefoix a eu la chance de disputer deux courses en Espagne au début du mois, durant lesquels son équipe s’est bien comportée.
Crédit photo : Ana Dominguez Vilchez

S’adapter ou faire face à la polémique

Que ce soit en Espagne, en France, en Italie ou en Belgique, le message est le même : restez chez vous. Ainsi, nombreux sont ceux qui en profitent pour recharger les batteries : « Je vais faire une coupure pendant une grosse semaine car il n’y aura pas de courses avant juin à mon avis » relativise le coureur de l’UC Monaco. Néanmoins, pas question d’abandonner totalement le sport : « Je vais alterner les activités, entre home-trainer, gainage et course à pied. L’objectif est de garder la fraîcheur sans prendre trop de poids« 

De par les circonstances actuelles, le home-trainer est en train de devenir l’outil star des pelotons, et plus particulièrement l’application Zwift. Cette appli permet aux utilisateurs d’home-trainer de s’immerger dans un monde virtuel dans lequel l’utilisateur peut côtoyer des cyclistes, professionnels ou simples amateurs, du monde entier. Cela permet de casser la monotonie et l’ennui du home-trainer.  Avec près de deux millions d’utilisateurs, elle fait désormais partie à part entière des outils indispensables aux cyclistes. Et le monde professionnel ne fait pas exception. Récemment, la formation Mitchelton-Scott a réuni quelques-uns de ses coureurs pour une course virtuelle. De son côté, Vincenzo Nibali a disputé les 57 derniers kilomètres de Milan-San Remo avec d’autres coureurs pros comme Alberto Bettiol mais aussi avec plus de 4 000 amateurs.

Vainqueur de Milan-San Remo en 2018, le Transalpin est confiné chez lui.
Crédit photo : Instagram @vincenzonibali

Mais, malgré la gravité de la situation sanitaire, certains n’hésitent pas à prendre leur vélo pour continuer à pédaler en extérieur. C’est le cas par exemple de Thomas De Gendt qui s’est farci une sortie de 300 kilomètres « en honneur de Milan-San Remo ». Néanmoins, le coureur belge respecte la consigne de son pays. En effet, les autorités de son pays ont autorisé les gens à faire du sport avec maximum une autre personne. A la différence de la France, les Belges peuvent s’éloigner de leur domicile dans le cadre d’une activité physique.

En compagnie de son coéquipier Jasper De Buyst, Thomas De Gendt a rendu hommage à la Primavera à sa façon.
Crédit photo : Capture d’écran Strava

Mais de son côté, Tim Wellens en a décidé autrement. Le Belge, domicilié à Monaco où les mesures de confinement sont les mêmes qu’en France, est sorti en extérieur pour rouler. La polémique a commencé à enfler notamment par l’intermédiaire de Lilian Calmejane. Le Français a qualifié l’attitude du coureur « inacceptable » et « honteuse » sur Twitter. Le porte-parole de la formation de Tim Wellens a réagi en annonçant que la vidéo sur laquelle Wellens s’entraîne a été réalisée avant les mesures de confinement.  Néanmoins, la présence d’une attestation de déplacement sur la vidéo a remis en doute ces propos. « Je trouve ça moyen, il y a des règles on les respecte. Si tu ne sors pas tu ne seras pas en retard par rapport aux autres, si tu sors une fois tu ne seras pas en avance. Mais ce qui me choque le plus, ce sont les cyclotouristes qui vont faire 30 bornes deux fois par semaine durant le confinement alors qu’ils font 30 bornes par mois habituellement. » a réagi Edouard Bonnefoix.

Crédit photo : Zwift
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :