Cyclisme

Sergio Higuita, futur crack ?

Si la saison dernière a vu l’apothéose d’Egan Bernal sur la Grande Boucle, la saison 2020 pourrait voir un autre Colombien marquer de son empreinte le cyclisme mondial. En effet, dans la lignée d’un début de saison impressionnant, Sergio Higuita est en train de réaliser un Paris-Nice très intéressant. En attendant les premiers reliefs,…

Révélation et avènement

Formé chez Manzana Postobon, Sergio Higuita impressionne très vite les observateurs du cyclisme. Ses performances ne passent pas inaperçues et de nombreuses formations World Tour sont sur les rangs pour enrôler le jeune Colombien. C’est chez les Américains d’Education First que Higuita signe son premier contrat professionnel. Mais la formation de Jonathan Vaughters décide de le prêter dans un premier temps chez les Espagnols d’Euskadi.

A 21 ans, le Colombien impressionne dès que la route s’élève. Né à plus de 1 500 mètres d’altitude, le Sud-américain possède des atouts génétiques et environnementaux indéniables pour la montagne. Capable de répéter constamment des efforts soutenus, Sergio Higuita semble avoir de la caisse. Sur la Vuelta, il a réussi à signer quatre Top 10 entre la 2ème et l’avant-dernière étape. Cela reste encore à confirmer, mais le coureur d’EF paraît être redoutable sur les courses par étapes.

Le natif de Medellin montre très vite qu’il a bien sa place au plus haut niveau mondial. Des places d’honneur sur les classiques espagnoles de début de saison devant des valeurs sûres du World Tour, meilleur jeune du Tour de la Communauté de Valence, 7ème du Tour d’Andalousie, 5ème sur le Tour d’Algarve, etc… En bref, Sergio Higuita ne perd pas de temps. Et Education First non plus, puisque, grâce à l’aval de l’UCI, la formation américaine rapatrie son protégé et l’aligne dans la foulée sur le Tour de Californie.

Tadej Pogacar et Sergio Higuita, ici sur le Tour de Californie, incarnent le futur du cyclisme mondial.
Crédit photo : @AmgenTOC

Et l’histoire est la même que sous les couleurs d’Euskadi : Sergio Higuita brille et conclut sa première course World Tour à la 2ème place devant Richie Porte, Tejay Van Garderen ou Rigoberto Uran, excusez du peu ! Ces perfs’ impressionnantes incitent EF à l’aligner sur la Vuelta, son premier Grand Tour. Le Colombien entame ce Tour d’Espagne dans le rôle de coéquipier au service de son compatriote Rigoberto Uran. Mais ce dernier va abandonner dès la 6ème étape, laissant le champ libre à Higuita. Dans la continuité de ce qu’il fait depuis le début de sa première saison pro, le coureur de EF brille, la montagne étant son terrain de chasse favori. C’est d’ailleurs sur une étape de montagne qu’Higuita va glaner son premier succès sur un Grand Tour, lors de la 18ème étape. Le coureur de 22 ans s’impose en solo, devant Roglic et Valverde après un raid de 42 kilomètres. Propre.

Sergio Higuita terminera 4ème meilleur jeune d’une Vuelta à la densité impressionnante de pépites.
Crédit photo : AFP

Un début de saison canon

En 2020, Sergio Higuita ne perd pas ses bonnes habitudes de 2019. Début février, il devient champion de Colombie devant Egan Bernal et Nairo Quintana. Et le coureur de EF enchaîne à domicile en remportant le Tour de Colombie, durant lequel son équipe impressionne. En effet, la formation américaine occupe à elle seule le podium du classement général.

Un mois plus tard, c’est sur les routes de Paris-Nice que le Colombien reprend la compétition. Au départ de Plaisir, les coureurs ne vont pas en prendre beaucoup. Vent, pluie et bordures vont animer les deux premières étapes, faisant perdre à de nombreux favoris de précieuses secondes. Et à ce petit jeu, le favori qui s’en sort le mieux n’est autre que Sergio Higuita. Sa faculté à résister aux bordures et aux accélérations des flahutes malgré sa petite taille (1m59) impressionne. La présence de Sep Vanmarcke, spécialiste du genre, est une aide précieuse. Mais l’imbroglio entre Stefan Küng et Thibaut Pinot montre encore une fois l’importance du placement dans ces situations. Toujours bien placé, voilà la clé de la réussite de Higuita sur ce Paris-Nice : le Colombien n’a pas quitté le Top 20 des trois premières étapes.

L’interrogation du contre-la-montre levée

Sur le contre-la-montre de Saint-Amand-Montrond, il était intéressant de voir la performance du Colombien. Sans grande référence sur l’épreuve chronométrée, il n’avait réalisé que quatre chronos la saison passée dans des contextes totalement différents. Capable de se hisser dans le Top 10 quand il jouait le général comme sur le Tour d’Alentejo, c’était la première fois qu’il se frottait à certains spécialistes de l’épreuve. Mais c’était surtout son temps par rapport aux autres prétendants à la victoire finale qu’on attendait. Et le coureur de 22 ans n’a pas déçu. 24ème, il a fait mieux que Thibaut Pinot, Vincenzo Nibali, Romain Bardet. Seuls Dylan Teuns et Julian Alaphilippe lui ont pris du temps (10 secondes). 5ème du classement général, Higuita va aborder les prochaines étapes avec l’étiquette de favori.

En effet, le Colombien fait partie des grands favoris à la victoire finale. Les quatre dernières étapes, aux profils compliqués, pourraient lui sourire. Très bon descendeur, en témoigne son succès sur la Vuelta, la descente de la côte d’Aspremont vers Nice, lors de la dernière étape, pourrait lui permettre d’aborder les derniers instants de « La course au soleil » avec sérénité.

Suite de la saison

Après Paris-Nice, Sergio Higuita prendra le départ du Tour du Pays Basque afin de finaliser sa préparation pour les Ardennaises, ses premiers objectifs de la saison. Le coureur d’Education First devrait enchaîner la triplette Amstel-Flèche Wallonne-Liège-Bastogne-Liège. Ensuite, le Colombien devrait couper quelques temps afin de préparer son premier Tour de France. Entre Tadej Pogacar (21 ans), David Gaudu (23 ans), Egan Bernal (23 ans) Pierre Latour et Miguel Angel Lopez (26 ans), cette Grande Boucle pourrait marquer une rupture avec la « vieille génération » incarnée par Chris Froome et Richie Porte.

Attention tout de même à ne pas se brûler les ailes. Ces dernières années, de nombreux jeunes Colombiens ont performé chez les Espoirs et durant leurs premières saisons pros sans parvenir à confirmer par la suite. On pense évidemment à Carlos Betancur, vainqueur de Paris-Nice en 2014 et auteur d’une saison 2013 monstrueuse, qui n’a plus jamais su être au niveau par la suite.

Sous ses couleurs de champion de Colombie, Higuita rayonne ! Crédit photo : Nicolas Vereecken
Crédit photo : @EFprocycling
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :