Football

El Clasico : un Real efficace pour reprendre les commandes

Soirs de classiques sur les terres du football européen. Derby en France, Clasico en Espagne, les rivalités étaient de sortie en ce dimanche. Votre choix s’est peut-etre porté sur notre chère et tendre ligue 1, ce qui est compréhensible. Les Olympistes reviennent alors pour vous sur le choc de la 26e journée de Liga.

Real Madrid – Barcelone. El Clasico. Ces mots sont suffisants pour faire saliver tout fan de football sur la planète. Outre la rivalité historique qui opposent ces deux équipes, l’enjeu de ce match était plus que jamais conséquent. Nous ne sommes que le premier mars et la rencontre avait déjà des airs de finale. A ce stade de la saison, les blaugranas devancent les Madrilènes de seulement deux points. L’occasion pour le Real de dépasser son adversaire ou au contraire de se laisser distancer. Un véritable tournant pour la saison des deux équipes qui avaient beaucoup à prouver, et devaient même se rattraper. En effet, Real et Barca ont chacun livré des prestations décevantes en Ligue des Champions cette semaine. Une défaite pour Madrid, un match nul pour le Barca, il fallait remettre les pendules à l’heure.

Une première mi-temps agitée

Les coachs des deux équipes ont décidé de reconduire les mêmes dispositifs que pour leur match en milieu de semaine. Un 4-3-3 avec Isco sur l’aile droite pour Zidane. Un 4-4-2 losange avec le duo Messi-Griezmann en pointe. Avec un jour de repos en moins, la première mi-temps n’est pas vraiment à l’avantage des Madrilènes.

Les occasions franches ne pleuvent pas durant ces 45 premières minutes mais le rythme du match est plaisant. Quelques phases de possession mais surtout un jeu de transition de part et d’autre qui permet de faire bouger la partie. Plusieurs fois Vinicius Jr. part dans le dos de la défense du Barca, bien aidé par les bonnes remises de Karim Benzema qui réalise un bon match dans le rôle de pivot. Le feu-follet brésilien ne parvient cependant pas à faire la différence en s’approchant des buts et peine à trouver les bonnes solutions une fois lancé. Gérard Piqué et Samuel Umtiti réalisent des grosses performances pour compenser les errements de Semedo et Alba.

Si la possession est équilibrée, les plus grosses occasions sont à attribuer à Barcelone. Griezmann au point de pénalty tire trop haut, Arthur puis Messi viendront eux buter sur le gardien belge, Thibaut Courtois. Les débordements des latéraux du Barca apportent de la vitesse alors que le jeu se concentre trop au centre. La défense du Real n’est que trop peu inquiétée lors des phases de possession de son adversaire. Le Barça est cependant capable de trouver la faille à tout moment et parvient à profiter des quelques espaces laissés pour se procurer donc les plus belles occasions.

Image
Arthur aurait pu ouvrir le score mais Courtois a pris le dessus dans ce un contre un.
Crédits: FC Barcelona

Le Real assassin en seconde période

La seconde période est totalement différente. Le Barça est étouffé par la pression madrilène. Si la possession est légèrement en faveur des Blaugranas en seconde période, ils ne se procurent qu’une seule véritable occasion. Martin Braithwaite tout fraîchement entré en jeu rate son face à face avec Courtois alors que le score était encore vierge. Peut-être le tournant du match puisque dans la foulée Vinicus vient ouvrir le score à la 71ème minute. À nouveau, la défense barcelonaise est trop laxiste sur le côte droit. Semedo et Braithwaite laissent partir dans leur dos le Brésilien qui vient crucifier Ter-Stegen. Piqué ne peut cette fois-ci rien faire et dévie malencontreusement le ballon dans ses buts.

Barcelone est impuissant en seconde période et ne parvient pas à trouver la faille dans la défense des joueurs de Zidane. Bloqué dès le retour des vestiaires, le Barca subit les assauts de  son adversaire et le but de Vinicius vient concrétiser un temps fort de son équipe. Isco puis Benzema étaient passés tout près de l’ouverture du score quelques minutes auparavant. Le match se rééquilibre par la suite et les remplacements effectués par Quique Setien ne changeront rien. Résigné, le Barca ne parvient pas à sonner la révolte. Sur son seul ballon touché, Mariano Diaz achève Barcelone dans le temps additionnel. Une nouvelle fois, le but provient d’une accélération sur un côté, Umtiti ayant été abandonné par Jordi Alba.

Avec cette victoire, le Real fait coup double. L’équipe de Madrid reprend l’avantage au nombre de victoires dans les Clasico. 180 matchs, 73 victoires pour le Real contre 72 pour Barcelone. Le Real dépasse également son adversaire au classement, qu’il devance désormais d’un point. Le sprint final est lancé et la lutte s’annonce passionnante.

Image
Une minute de jeu, un but pour Mariano Diaz.
Crédits: B/R Football

Un Barca « Messi dépendant » ?

Provoqué par Courtois avant le match, Messi n’est cette fois pas parvenu à répondre sur le terrain. « Pour moi, Messi, c’est un joueur comme un autre. Est-ce que je fais des cauchemars à cause de lui ? Non, pas du tout ! Nous l’avons étudié, comme c’est le cas pour un joueur du Celta ou de Levante. Il n’y a aucune différence pour nous. » déclarait le portier belge. Frustré à l’image de son carton jaune après un tacle sur Marcelo, l’Argentin était trop discret et son seul tir cadré a été repoussé par Courtois. Si Barcelone a été si peu dangereux en attaque, c’est donc également parce que sa star était dans un jour sans.

Image
Lionel Messi frustré était trop seul face au Real.
Crédits: B/R Football

De là à parler de dépendance. On n’en est pas loin. Auteur d’un quadruplé le week-end dernier, il n’a rien pu faire pour aider son équipe hier. Et son équipe n’a pas paru en mesure de répondre sans son aide. Que ce soit avec Ernesto Valverde ou Quique Setien, le constat reste le même. Privé de Luis Suarez et d’Ousmane Dembélé, le collectif barcelonais semble trop se reposer sur les exploits de La Pulga.

Crédits photo: REUTERS/Juan Medina
Arthur Picard

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :