Divers

Le H et le PSG se quittent bons amis

Amateurs de spectacle, le handball ce n’est pas seulement l’Équipe de France. Et pour preuve, ce jeudi, le HBC Nantes recevait le Paris SG pour le compte de la 17ème journée de Lidl Starligue. Une rencontre entre les deux premiers du championnat de France, dans une H Arena bouillante, qui a livré toutes ses promesses. Retour sur cette belle soirée, où le H (le surnom du club nantais) aura tenu en échec, sans complexe, les stars du PSG (29-29)

Un choc qui mériterait plus de reconnaissance

Les jeudis soirs devant RMC et La Ligue Europa vous lassent ? Vous en avez marre des purges proposées par l’AS St-Étienne et le Stade Rennais face aux modestes clubs ukrainien d’Oleksandria ou roumain de Cluj ? Essayez BeIn et la Lidl Starligue. On vous promet tout sauf de l’ennui. Des stars en veux-tu, en voilà, du spectacle à foison et des émotions à perdre la raison. Alors oui, le nom – Lidl Starligue – n’est pas ronflant, mais après être passé par la Ligue 1 Conforama que vous reste-t-il à perdre ?

Résultat de recherche d'images pour
Et oui David, la Lidl Starligue ça donne des ailes
Crédit Photo: 20 minutes / SIPA

Ce jeudi, c’était donc le premier du championnat, le PSG, qui se rendait chez son dauphin, le HBC Nantes. Dommage, vous avez raté le choc de l’année ! Hier, à Nantes, c’était la crème du gratin mondial qui s’affrontait sur le parquet de la H Arena. Mikkel Hansen, les frères Karabatic, Sander Sagosen, Cyril Dumoulin,… au total 18 titres européens, 18 titres mondiaux et six médailles d’or olympiques étaient réunis sur les bords de Loire pour une affiche de gala entre deux cadors européens.

Paris pour affirmer sa supériorité, Nantes pour conforter sa deuxième place

Parfait sur le plan national depuis le début de la saison le PSG comptait, avant la rencontre, 16 victoires en autant de matchs joués en Lidl Starligue. L’occasion donc pour les stars parisiennes d’asseoir encore un peu plus leur suprématie nationale et de se rapprocher du titre qui ne semble déjà plus pouvoir leur échapper. À trois jours de la dernière journée de Ligue des Champions (réception de Zagreb dimanche) le moment serait également mal venu de tomber face au H, mais dans l’ambiance survoltée du Palais des Sports de Beaulieu rien ne paraissait acquis d’avance pour les Parisiens.

Côté nantais, le son de cloche n’était pas tout à fait le même. Malgré un bon début d’année 2020 et des performances encourageantes, notamment en championnat, le H reste sous la menace de Nîmes au classement. À la faveur de leur victoire 30-28 sur Dunkerque, mercredi soir, les Nîmois avaient, en effet, repris la deuxième place aux Nantais avant le choc de ce jeudi. Après leur défaite ce week-end en EHF Cup face aux Allemands de Magdebourg, les Ligériens se devaient donc de réagir.

On nous avait promis un combat, L. Karabatic et O. Nyokas pourront témoigner, il a bien eu lieu
Crédit Photo: Corentin Pingeon/Hand News

Une première mi-temps spectaculaire

Hier soir vous vouliez du suspens ? Vous en avez eu, et pas que sur TF1 avec Léo Matteï ! A Beaulieu, dans la bouillante H Arena les inconditionnels supporters nantais ont poussé leurs joueurs pendant 60 minutes sans jamais baisser en intensité. Un soutien infatigable qui a permis aux Nantais d’être les premiers cette année à tenir en échec le PSG. Et ce n’est pas le jeune Aymeric Minne qui dira le contraire: «Il y a des chances qu’on lâche le match sans ce public, mais aujourd’hui avec leur soutien on ne pouvait pas lâcher autant pour nous que pour eux».

Tout avait bien commencé pour le H qui menait déjà 4-0 après trois minutes de jeu. Minne, Balaguer et Nyokas y allaient de leur but et enflammaient le public ligérien qui n’avait même pas eu le temps de se chauffer la voix que leur équipe débutait déjà tambours battants. C’est dans cette ambiance électrique que Raul Gonzalez Gutierrez, l’entraîneur parisien, posait son premier temps-mort après seulement trois petites minutes de jeu. Fantomatique, Vincent Gérard (0 arrêt sur 8) laissait sa place à Rodrigo Corralles et la rencontre s’équilibrait (10-6 au quart d’heure de jeu).

Résultat de recherche d'images pour
La défense parisienne a souffert hier face à la niaque nantaise
Crédit Photo: Ouest-France

C’était ensuite au tour des gardiens de faire parler la poudre, Dumoulin impressionnant répondait à l’espagnol Corrales frappes après frappes. «Être porté comme ça, il n’y a rien de mieux, nous avouait l’international français après-match, j’en ai eu des frissons». Un petit relâchement des Nantais permettaient cependant aux Parisiens de revenir progressivement en fin de première mi-temps (16-15). C’est sous des applaudissements mérités que les deux formations regagnaient donc les vestiaires après avoir proposé un spectacle de haut-vol, à l’image des kung-fu victorieux de Nicolas Karabatic (PSG) et Aymeric Minne (HBC Nantes).

Une fin de match au scénario Hitchcockien

En seconde mi-temps, les deux équipes vont jouer au chat et à la souris, l’écart n’excédant jamais les deux buts. Emmené par un Sander Sagosen en feu (11/13 aux tirs), le PSG semblait mieux malgré les piètres prestations d’Hansen (1/5) et Remili (1/4). Côté nantais le sept de départ répondait présent, avec les bonnes prestations de David Balaguer (4/4, 3 interceptions) et Olivier Nyokas (6/7) notamment.

Dans une fin de match haletante, Paris échouait à profiter des pertes de balle nantaises, et c’est le H qui se présentait à une dizaine de secondes de la fin devant le but de Corrales (29-29). Les 5 902 spectateurs poussaient derrière les Violets, mais Nicolas Tournat, le pivot nantais butait sur l’excellent portier espagnol qui permettait aux parisiens de préserver leur invincibilité en championnat.

Au terme d’une sublime partie, Nantais et Parisiens se quittaient donc bons amis, les deux formations semblant satisfaites du résultat. Aymeric Minne nous confiait tout de même «être frustré d’avoir eu la balle de match sans avoir su la concrétiser», bien que «l’important c’est aussi de ne pas avoir craqué face à une équipe comme ça et montrer que l’on peut faire jeu égal avec ce qu’il se fait de mieux en Europe» complétait son coéquipier Cyril Dumoulin.

Résultat de recherche d'images pour
Le jeune Aymeric Minne, à 5/9 aux tirs hier, à tout du futur grand
Crédit Photo: Ouest France

Côté Parisien, ce premier accroc en championnat ne décevait pas, bien au contraire, «c’est difficile de venir ici, le nul est une bonne performance de notre part, commentait après-match Luka Karabatic, on aurait pu rompre après notre début de match mais on ne l’a pas fait, on peut même avoir quelques regrets sur quelques situations en fin de match, mais c’est un bon point».

Et la suite …?

Parisiens et Nantais retrouvent la Coupe d’Europe ce week-end. Ce sera à Magdebourg pour les Ligériens où ils devront essayer de répéter leur prestation d’hier pour espérer obtenir un bon résultat en terre allemande. Le jeune Aymeric Minne, ambitieux, avoue maintenant avoir pour objectif «de tenir sur tous les tableaux le plus longtemps possible», en espérant surfer sur la dynamique de ce bon résultat.

Les joueurs de la capitale sont, eux, d’ores et déjà tournés vers la Ligue des Champions et la réception de Zagreb ce week-end. Mais Luka Karabatic l’assure «le mois de mars sera très important avec les huitièmes de finale de Ligue des Champions, mais aussi le Final Four de Coupe de la Ligue au Mans».

Crédit Photo: Hand News
Mathis CHARRIEAU

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :