Divers

Biathlon : Du moins bon à l’excellence pour la France

Du 12 au 23 février avaient lieu les championnats du monde de Biathlon à Antholz en Italie. Les athlètes tricolores entendaient bien faire résonner « La Marseillaise » sur les podiums de l’événement. À ce jeu là, les garçons ont brillé. De leur côté, les filles ont eu plus de mal. Retour sur ces deux semaines de compétition riches en émotions.

La concurrence était peut-être trop rude pour les Françaises. Anaïs Bescond, Julia Simon, Justine Braisaz et Célia Aymonier n’ont quasiment jamais réussi à inquiéter leurs adversaires. En course individuelle comme en relais, elles ont souvent péché au tir et peiné à tenir le rythme des cadors sur les skis. Face à des Dorothea Wierer, Hanna Öberg ou encore Marte Olsbu Røiseland, il était compliqué de se faire une place sur le podium. Assez vite distancées lors de la poursuite, de l’individuel et du sprint, on y a cru jusqu’au bout sur la mass-start grâce à Julia Simon qui a fini par craquer sur le dernier tir. Un 18/20 qui lui a tout de même permis de décrocher une honorable cinquième place.

À noter que cette contre-performance est loin d’être anodine. En effet, les Bleues sont en difficulté sur les skis depuis le lancement de la saison. Elles n’arrivent pas à suivre la cadence imposée par Dorothea Wierer qui surnage la coupe du monde. De leur côté, Julia Simon et Justine Braisaz sont les Françaises les mieux placées dans ce classement. Respectivement 8ème et 9ème, elles comptent environ 300 points de moins que l’Italienne. Cette irrégularité ne les empêche pas de se glisser sur les podiums régulièrement, à l’image de Pokljuka, mais aussi d’être performantes lors des relais (féminins ou mixtes).

Le duo Jacquelin/Bescond a décroché la médaille de bronze sur le relais mixte simple. Crédits photo/IBU

Elles pourront toujours se consoler avec la médaille de bronze du duo A.Bescond/E.Jacquelin sur le relais mixte simple. Une course où Anaïs a très bien tiré, réalisant un 20/20 avec une balle de pioche.

La France a le sourire !

Et elle a de quoi ! Les garçons ont décroché l’or sur le relais masculin. C’est un titre historique, une première depuis 2001. Simon Desthieux, Martin Fourcade, Émilien Jacquelin et Quentin Fillon-Maillet ont dominé la course arrivant avec 21 secondes d’avance sur l’éternel rival norvégien. Seulement quatre tirs loupés pour l’ensemble de l’équipe et de très bonnes performances sur les tours de circuit ont rendu ce résultat amplement logique et mérité. Enfin, comme un symbole, c’était le seul titre qui manquait au palmarès de la légende Fourcade.

Les biathlètes français ont ramené 8 médailles sur ces championnats du monde. Le jeune Émilien Jacquelin (24 ans) a été époustouflant sur ces deux semaines. Le natif de Grenoble a brillé sur la poursuite en remportant son premier titre individuel en championnats du monde. Il y a mis la manière. En faisant un sans-faute au tir, il s’est retrouvé logiquement en bonne position pour le titre. Mais pour s’adjuger l’or, il a dû déposer J.T.Boe dans un sprint maîtrisé de A à Z. Et pour ne pas faire de jaloux dans la fratrie Boe, il a réglé Tarjei lors de la mass-start pour décrocher le bronze. Très adroit devant les 5 cibles et à l’aise sur les skis, il a montré que le futur de l’équipe de France était prometteur.

Le jeune Français a remporté son premier titre individuel sur la poursuite. Crédits photo: Maxppp – Jessica Gow

Quentin Fillon-Maillet a lui aussi impressionné. Il n’a fait que confirmer sa progression depuis quelques années. Pourtant, même s’il n’a pas obtenu de médaille d’or en individuel, le 2ème du classement général de la Coupe du Monde a prouvé qu’il était en forme. Second sur le sprint derrière la mitraillette russe Loginov, puis second sur la mass-start derrière le crack norvégien Johannes Boe, il a peut-être manqué d’un brin de lucidité sur le pas de tir pour décroché le Graal. En effet ce n’est pas sur les skis qu’il a perdu du temps. Avec J.T.Boe il est surement le plus rapide dans ce domaine à l’heure qu’il est.

Le clap de fin pour Martin ?

Tout est monté crescendo pour le Français. Une bonne perf’ sur le relais mixte, une première médaille de bronze sur le sprint ; tout cela annonçait de bonnes choses. Après la médaille en chocolat sur la poursuite, Martin avait rendez-vous avec l’individuel, une course qu’il perfectionne énormément. Il avait surtout rendez-vous avec son destin.

Il s’est élancé dans la seconde vague, ce qui lui a permis d’observer les difficultés que pouvaient rencontrer ses adversaires. La suite ? Un tir « quasi » parfait où il loupe sa dernière balle. Des temps de ski aussi bons que ceux de ses rivaux. Enfin, une concurrence dépassée à l’image d’un J.T.Boe qui n’a rien pu faire face à cette masterclass de notre chouchou. Martin Fourcade est ainsi sacré pour la 11ème fois lors des championnats du monde sur l’individuel, égalant par la même occasion le record de la légende norvégienne Bjorndalen. Il s’assure par la même occasion le petit globe de la discipline.

Martin a décroché son 11ème titre en individuel. Crédits photo: Getty Images

Quelques jours après, sur le relais masculin, il a ajouté le dernier titre qu’il manquait à son palmarès de titan. Il ne reste plus qu’à finir le travail sur les trois dernières étapes de coupe du monde et sa saison sera parfaite.

Ses larmes après le relais masculin ne nous ont pas laissé indifférent. Mais que voulaient-elles dire ? De la joie sans aucun doute mais peut être aussi le signe qu’une page du sport français est en train de se tourner. Alors continuera-t-il une année de plus ? Seul Martin nous le dira.

Toujours est-il que l’on peut remercier tous les membres de l’équipe de France pour ces mondiaux où ils ont, une fois de plus, fait vibrer les Français. Les Olympistes leurs souhaitent plein de réussite pour la fin de la Coupe du monde.

Crédit Photo : Twitter @biathlonworld
TW

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :