Basket-ball NBA

Kevin Porter Jr. : le retour du Jedi

Après trois semaines d’absence, KPJ profitait de cette fin de mois de janvier pour retrouver les parquets. Le petit nous avait manqué et on commençait presque à s’ennuyer sans lui, heureusement le retour aux affaires n’a pas tardé. Kevin revient, gare aux gros malins.

Début 2020 à l’infirmerie

Le début d’année fut une grosse frayeur pour le rookie des Cavs. Une première rencontre face à Toronto, 13 points mais un très très cheum 6 sur 17 au shoot. Match face aux Hornets deux jours plus tard pour une partie à 9 unités. Vient alors la réception de Minnesota, pour affronter les loulous des Wolves. Jusqu’à lors, tout semble normal. Cleveland perd cette rencontre et prend un écart de 15 points, rien de spécialement étrange donc.

Cela serait sans compter sur un terrible événement survenu au cours du troisième quart-temps. Kevin reçoit la gonfle et tente un drive en sortie d’écran mais se heurte à Robert Covington. À ce moment là, ça fait bim bam boum dans ses genoux et le gaucher reste au sol. On craint alors le pire dans l’Ohio et le scénario noir d’une fin de saison prématurée hante l’esprit désabusé de supporters effarés. Désolé, c’est un fan de l’Olympique Lyonnais qui rédige cet article. Dieu soit loué, KPJ est un dur et ne souffre que d’une entorse au genou droit, quelques semaines de repos suffiront.

« Aieaieouille », hommage à Kaaris
Crédit image : Radio.com

He’s back

Le 28 janvier sonna alors le jour de grâce, retour sur les terrains pour Kevin Porter Jr. Trois semaines de fanfaronnades sur Instagram, ça commençait à faire beaucoup et il nous tardait de revoir le jeune arrière à l’œuvre. Celui-ci a semblé plutôt affûté, quatre matchs depuis son retour pour 15,5 points de moyenne, dont des pointes à 21 et 19 face à NOLA et aux Warriors.

Kevin repart donc comme en l’an 40, il n’a pas oublié comment scorer et reste toujours actif en défense. Il ne se fait pas prier pour planter quelques threes, même contesté il utilise sa longue envergure pour shooter par dessus le défenseur une fois ce dernier à l’arrêt. Avec la second unit, il profite de Larry Nance Jr. pour prendre des tirs de loin en sortie d’écran ou jouer le pick and roll. Cette association a bien fonctionné lors de la bonne perf’ au scoring de KPJ face aux Pels.

Haut les mains

Mais en dépit de ces belles promesses, l’ancien de USC n’a pas été impardonnable depuis son retour. Face aux Raptors, le rookie pose 13 pions à 55,6% au tir et réalise plutôt une belle prestation, permettant à son équipe d’être dans le coup en fin de game. Or, sur l’ensemble de la partie, Kevin perd 7 ballons au total, dont deux dans le money time, menant les Cavaliers vers une nouvelle défaite.

Ce n’est pas la première fois de la saison que KPJ perd des ballons importants en fin de match et cela constitue un axe important de sa progression. Rassurez-vous, John Beilein a tenu à le rassurer dès la fin du match, rappelant que ces moments faisaient parti de la progression d’un jeune joueur. Kevin Love a également soutenu son coéquipier en conf’ d’après match, tenant des propos similaires à son coach. L’intéressé lui-même s’est exprimé, convaincu que la leçon lui serait utile.

Première blessure de sa jeune carrière en NBA pour Kevin Porter JR., mais rien de grave bien heureusement. Un retour sur la lancée de ses performances de fin d’année dernière, le talent ne s’est manifestement pas envolé. La progression du jeune joueur se poursuit donc et le revoir sur les parquets fait bien plaisir. Cleveland peut souffler, son petit chouchou est de retour !

Crédit image : @Cavs

AD

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :