Basket-ball NBA

Nickeil Alexander-Walker : moins de vacances, plus de temps de jeu

New Orleans démarre bien 2020 et cet élan positif a plutôt porté Nickeil Alexander-Walker. Le Pelican avait bien besoin d’un petit coup de pouce pour quitter le nid et le banc. Comme beaucoup de rookies, le Canadien a profité habilement de blessure et pas de n’importe laquelle. Celle de Jrue Holiday.

Après le mois de décembre, NAW pouvait respirer le bon air de l’hiver mais pas celui de la sérénité. 11 matchs, à peine plus de 10 minutes par rencontre et des stats en baisse. Seulement 4.3 points et une adresse à trois-points qui le fuit : 33.3% contre 40% en novembre. N’oublions pas d’ajouter que Lonzo Ball s’est bien réveillé et vient renforcer une concurrence déjà féroce. Mais malheureusement pour les Pels, Jrue Holiday s’est blessé au triceps. Le meneur a manqué 7 matchs, laissant l’opportunité de s’exprimer à son rookie favori. Bonne nouvelle, Nickeil Alexander-Walker n’a pas bégayé.

Généreux, Alvin Gentry distribue les minutes

Avec Nickeil, tout peut aller très vite. Scotché sur le banc à Los Angeles ou Sacramento, le vent va tourner avec la blessure de Holiday. Une rafale qui propulse NAW sur le terrain. Pendant 8 matchs, le Canadien passe plus d’un quart-temps sur le parquet et hérite même de 20 minutes de bonheur par trois fois. Toujours aussi peu timide, il passe la barre des 10 pions contre le Jazz, les Bulls ou les Clippers. Contre Utah, il se paye même le luxe d’être la meilleure arme des Pels en entame de dernier quart. Alexander-Walker a enfin réussi à trouver de l’adresse (5/11 et 2/4 à trois points) et ses choix de playmaking ont régalé le Smoothie King Center. Chose rare : après une interception, Nickeil est monté au dunk au buzzer de la troisième période.

Mais si le rookie a donc bien participé à la victoire sur le Jazz, il a réalisé son match le plus complet contre les Bulls. En 20 minutes il inscrit 11 points à 50% de réussite au tir, gobe 4 rebonds et délivre 6 caviars. Le meneur prend parfois son temps pour rentrer dans ses matchs, les Chicagoans n’auront cependant pas pu compter là-dessus. NAW a fait preuve d’une dextérité incroyable à la passe dès son entrée en jeu. Il a fournit comme il se doit Jaxson Hayes, voyez plutôt :

Les deux rookies s’entendent comme des frères, notamment sur pick and roll, que les deux lascars se plaisent à conclure en alley-oop. Oui, Nickeil était bien à l’affiche des Top10. Il sera aussi sur celle du Rising Star Challenge… à l’inverse de son partenaire bouclé.

Encore trop friable

Alexander-Walker utilise décidément bien les écrans et distribue habilement le cuir. Son jeu en catch and shoot présente du potentiel. 34.4% à trois-points c’est encore juste. Pourtant Nickeil a déjà ses habitudes et un système type. Il se positionne dans le corner, un coéquipier vient down screen pour permettre au Canadien de remonter le long de la ligne à 3, puis le rookie est servi et n’a plus qu’à dégainer ou profiter des espaces pour envoyer de l’extra pass. On le répète encore : pour lui, la clé c’est la régularité. À l’université ses pourcentages étaient très bons, mais aujourd’hui, il ne dépasse même plus les 50% de réussite aux lancers sur janvier.

Les stats de NAW sur janvier : 12.7 minutes, 5.1 points (34,9%), 1.9 rebonds, 2.3 assists

D’autre part, le joueur de 21 ans reste limité par son physique. Il est souvent mis en difficulté dans la raquette et contient difficilement les meneurs les plus physiques. La mentalité, Nickeil l’a, mais ses 93 kilos ne font pas peur à grand monde. Le succès va passer par la salle de musculation et chaque haltère soulevé pourrait emmener le Canadien vers un rôle toujours plus important.

Des petits pélicans prometteurs

Gentry a fait face aux blessures en ouvrant son banc. Preuve qu’il n’est pas réticent à faire appel aux jeunes. Zion est de retour, Lonzo s’épanouit enfin, Ingram va découvrir les joies du All-Star Game et surtout… selon les rumeurs, Jrue Holiday ne devrait pas s’éterniser en Louisiane. Le meneur est adoré mais les rumeurs se font de plus en plus insistantes. La chaleur de Miami ou les bourrelets de Jokić seraient prêts à l’accueillir. Bref, si NAW réussit à trouver une ouverture, il pourrait bien faire partie du projet des Pels sur du long terme.

Regardez en haut à gauche. Nickeil peut avoir le sourire.
Crédit photo : Twitter @NBAAllStar

New Orleans montre de belles choses depuis fin décembre. Grâce à leurs neuf victoires en 2020, les Pelicans portent leur bilan à 20 wins pour 29 défaites. Rien de bien excitant mais la dynamique est bonne et les playoffs n’appartiennent plus au domaine du fantasme. D’ailleurs NOLA a croqué de l’ourson il y a peu. Des Grizzlies qui occupent actuellement le dernier strapontin pour la postseason et qui comptent 4 victoires de plus que NAW et consort.

Les hommes d’Alvin Gentry peuvent nourrir des ambitions. Reste à voir si Nickeil Alexander-Walker aura les moyens de s’exprimer. La franchise de la Louisiane a peut-être enfin résilié son abonnement aux blessures et notre Canadien ne pourra plus compter que sur lui-même.

Crédit photo : AP / Sam Hodde
Marius VEILLEROT

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :