Tennis

Open d’Australie : Résumé des quarts de finale

Le premier Grand Chelem de la saison se poursuit sur les courts de Melbourne. L’étau se ressert, les matchs se font moins nombreux mais la qualité de ceux-ci n’en est que meilleure. Alors que les premiers tours avaient déjà été riches en spectacle, ces quarts de finale n’ont pas dérogé à la règle. Certains favoris se sont baladés, d’autres ont pris leur temps, certains ont même chuté à la surprise générale. Les Olympistes font le point avant le début des demi-finales.

Djoko par KO, Dream Thiem

« J’ai beaucoup joué au tennis, mais je n’ai jamais joué contre Tennys » déclarait Roger Federer avant de retrouver l’Américain Tennys Sandgren mardi matin. C’était en effet la première confrontation entre Tennys et le Suisse. Sandgren, centième au classement ATP, s’était déjà hissé en quarts à Melbourne deux ans auparavant. Son parcours cette année est tout aussi impressionnant, éliminant entre autres Matteo Berrettini (8ème mondial) ou Fabio Fognini (12ème). Les espoirs sont permis face à Roger Federer qui a eu du mal lors des tours précédents. Sandgren ne déméritera pas. Cinq sets, un tie-break, sept balles de matchs dans un quatrième set épique… L’Américain a eu les occasions mais c’est finalement l’éternel Roger qui se qualifie à nouveau en demi-finales à Melbourne. Score final 6-3, 2-6, 2-6, 7-6, 6-3 en 3h28 de jeu.

Face à lui en demi-finale, un véritable obstacle… c’est Novak Djokovic. Le Serbe déroule en Australie. Un seul petit set perdu au premier tour, jamais plus de trois heures passées sur les courts… C’est cette fois-ci, c’est Milos Raonic qui en a fait les frais. Une victoire en trois petits sets 6-4, 6-3, 7-6 où Djoko n’aura été inquiété que dans la troisième manche, avant de dérouler lors du tie-break qu’il remporte 7-1. C’est un rouleau compresseur qui se présentera alors face à Federer. Le Suisse qui ne s’est plus imposé en Grand Chelem face à Djokovic depuis Wimbledon en 2012 ne part pas favori. Il faut dire que Nole arrivera bien plus frais physiquement et que Federer ne réalise pas le meilleur tournoi de sa carrière. Le spectacle promet d’être au rendez-vous, à moins que Djoko ne soit une nouvelle fois sans pitié.

Résultat de recherche d'images pour
Djoko ému aux larmes n’a pas oublié de rendre hommage à Kobe Bryant. Crédits: Getty Images

Dans l’autre partie du tableau, Alexander Zverev s’est fait une petite frayeur. Expéditif depuis le début du tournoi, il a perdu le premier set de sa quinzaine face à Stan Wawrinka. Le Suisse qui a réalisé la surprise en éliminant Danil Medvedev au tour précédent déroule dans le premier set qu’il remporte 6-1. Zverev, septième mondial, semble dans la déroute mais va rapidement se ressaisir, tandis que la fatigue de son adversaire va se faire ressentir. 6-3, 6-4, 6-2 et trois sets express pour prouver que ce premier set n’était qu’une simple erreur de parcours. L’Allemand se qualifie pour sa première demi-finale en Grand Chelem, lui qui se dit décontracté depuis le début du tournoi. Zverev semble armé pour décrocher le titre. Il a d’ailleurs promis d’offrir ses gains pour aider à la reconstruction du pays en cas de victoire à Melbourne.

Qui pour l’en empêcher ? Le dernier quart de finale opposait ce matin Rafael Nadal, numéro un mondial, à Dominic Thiem. On vous annonçait des surprises, en voilà une. C’est bel et bien l’Autrichien qui s’est imposé dans cette confrontation, qui aura été d’une intensité rare. 7-6, 7-6, 4-6, 7-6… Trois tie-breaks, un match extrêmement serré, Thiem sera au rendez-vous des demi-finales. Un exploit quand on voit la qualité de jeu de l’Autrichien ? Pas vraiment. C’est surtout la première fois qu’il parvient à s’imposer face à Rafa en Grand Chelem après cinq tentatives. Impressionnant de combativité, Thiem a livré une performance d’anthologie car Nadal n’est pas passé à côté de son match. Tout le mérite revient donc à l’Autrichien. Le Big 3 ne sera pas au complet dans le dernier carré et l’Espagnol pourrait perdre sa place de numéro un mondial.

Résultat de recherche d'images pour
Les mèches blondes à la Cristiano Ronaldo, et si c’était ça la clé du succès ? Crédits: AFP

Barty et Halep solides, Muguruza de retour

En WTA, il y a eu moins de suspens. Les quatre matchs se sont en effet disputés en deux sets, les qualifiées pour les demi-finales ne laissant aucune chance à leur adversaire. La plus impitoyable, c’est Simona Halep, tête de série numéro quatre. 6-1, 6-1 et 54 minutes de jeu, l’Estonienne Kontaveit est seulement passée pour dire bonjour. La Roumaine, annoncée comme une des favorites du tournoi, confirme et n’a toujours pas perdu le moindre set à Melbourne. Elle aura à cœur de remporter son premier titre à l’Open d’Australie. Face à elle, une ancienne numéro un mondial, Garbine Muguruza (image à la une). L’Espagnole s’est imposée 7-6, 6-3 face à la Russe Pavlyuchenkova. Elle retrouve les demi-finales pour la première fois depuis Roland-Garros en 2018 où elle s’était inclinée contre… Simona Halep. La joueuse de 26 ans se battra elle aussi pour un premier titre à Melbourne.

De l’autre côté, pas de réelle surprise non plus. La numéro une mondiale et grande favorite du tournoi sera au rendez-vous. Effectivement Ashleigh Barty s’est imposée 7-6, 6-2 face à Petra Kvitova dans le choc de ces quarts de finale. L’Australienne poussée par son public a eu du mal dans le premier set où elle a été breakée. Elle a ensuite déroulé dans le second et tient son rang pour ce qui sera sa première demi-finale à Melbourne. Il n’y avait pas eu d’Australienne dans le dernier carré depuis 1984.

La joueuse de 23 ans sera opposée à une joueuse encore plus jeune et également novice à ce stade de la compétition, Sofia Kenin. Il y aura donc un nouveau nom inscrit au palmarès de l’Open d’Australie. Pour Sofia Kenin, 21 ans, c’est même la toute première demi-finale en Grand Chelem. L’Américaine s’est imposée 6-4, 6-4 face à Ons Jabeur. La quinzième joueuse mondiale aura fort à faire face à Barty qui semble déterminée à offrir le sacre au public australien.

Résultat de recherche d'images pour
Sereine l’Australienne. Crédits: Manan Vatsyayana
Crédits photo: GEPA pictures/ Matthias Hauer / Icon Sport
Arthur Picard

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :