Tennis

Open d’Australie 2020 : Federer, le rescapé du bûcher australien

Merci Roger d’accomplir ce que tu fais. Et lorsque tu dis « Si je joue encore au tennis, c’est aussi pour vivre des matchs épiques comme celui-là. », nous aussi nous te regardons pour vivre des matchs d’une telle intensité. Quel paradoxe ou plutôt quel culot de faire grimper la température autant que ça sur le court de Melbourne dans un sud-ouest de l’Australie déchiré par les flammes. Qui plus est face à un joueur local qui a parfois vu la lumière au bout de ce duel explosif. Pour que l’histoire soit incroyable, il faut deux adversaires au sommet de leur art. Et John Millman (47ème joueur mondial), a été éblouissant. Mais, pour surprendre une légende comme le Suisse, il en faut un peu plus.

Un match accroché de bout-en-bout

Il s’en est fallu de 2 points, 2 petits points pour que Roger Federer passe à la trappe dans un dernier set à rebondissements. Le Suisse est un rescapé. Mais avant ça, le spectacle était déjà majestueux. L’Australien John Millman est entré sur le court avec une idée : Jouer sans aucunes crispations. Cette stratégie a bien fonctionné dans le premier set puisqu’il a surpris son adversaire (6-4). Débordant d’envie, il s’est incliné dans le tie-break (7-6) lors d’un deuxième set où sans être brillant, Roger Federer a été plus en réussite. En montant à la volée, il a gêné l’Australien qui n’a pourtant pas démérité. Mais dans le 3ème set, le Suisse est plus offensif et l’emporte (6-4). On pense alors qu’il va dérouler mais il n’en est rien.

Crédit Photo : Fox Sports Asia

Le set suivant est tout autant accroché avec de l’intensité et un public en feu. Au finish, c’est bien John Millman qui rend dingue le scénario de ce match en poussant le Suisse à un cinquième set (6-4). L’Australien a poussé Roger Federer dans ses derniers retranchements, jusqu’à mener 8-4 dans le super tie-break (en 10 points). Mais, Roger a alors profité de la fébrilité de son adversaire dans le money time pour conclure avec six points d’affilée dans ce tie-break sous haute tension.

Roger l’éternel

Crédit Photo : Le Parisien

Grâce à un jeu de jambe parfait, le Suisse ne paraît que rarement débordé. Il a parcouru moins de 2 mètres que son adversaire du jour sur les échanges de plus de 8 coups. Il est le joueur avec la plus grande palette de jeu du circuit. John Millman peut en témoigner. Entre coups droit liftés presque giflés du fond de court pour repousser ses opposants, revers slicés obligeant une flexion de jambe ou encore volées efficaces faisant se lever le public, le Suisse sait tout faire. 46 points remportés au filet sur l’ensemble de ce match, il est sur le court tel un acrobate virevoltant semblant flotté au-dessus du sol. Petit bémol sur ce match, 82 fautes directes. Mais, on peut aussi les mettre au crédit de la régularité et de la résistance de l’Australien même si cette statistique nous rappelle que Roger est humain.

Un humain certes, mais différent des autres. Comment faut-il faire pour continuer à espérer lorsque l’on est au bord du gouffre? Le Suisse a apporté une réponse : « Mais à 8-4, il ne reste plus beaucoup d’air pour respirer. Est-ce qu’il faut prendre des risques ? Oui, mais sans franchir la limite. L’équilibre est compliqué à trouver. Mais j’ai connu ces situations, en ma faveur ou ma défaveur. Celui-là est unique parce que c’était un super tie-break, que j’ai réussi à retourner la situation, que l’ambiance était géniale. C’était fou, c’était sympa. C’est un énorme soulagement. » Bref, il a fait du Roger Federer et cela fonctionne depuis 20 ans.

John le courageux

Si les vainqueurs moraux existaient dans le sport, John Millman aurait un beau trophée à exposer sur sa cheminée. Ce vendredi, l’Australien a poussé Roger Federer dans ses derniers retranchements. Même s’il n’a rien à se reprocher, il peut être déçu. Etat d’esprit irréprochable tout le long de la rencontre, il a surtout rivalisé avec le Suisse raquette à la main. 40 coups gagnants pour seulement 48 fautes directes, il a signé une performance solide en fond de court qui a déstabilisé Roger Federer. Il a tout donné mais lui a peut-être seulement manqué ce grain de folie pour vaincre la légende face à lui.

Crédit photo : L’Equipe

« Il reste que la défaite fait toujours mal surtout avec ce scénario, j’aurai préféré perdre le super tie-break 10 points à 5 » a dit l’Australien lors de la conférence de presse après le match. La défaite fait toujours mal à chaud mais le temps d’une soirée, John Millman a fait oublier les incendies de son pays. Maigre consolation mais face à un joueur tel que Roger Federer, l’Australien ne pouvait que prendre l’eau.

Crédit Photo : BBC
Jules BOURGAT

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :