Basket-ball NBA

Zion Williamson : Enfin sorti de l’infirmerie !

Enfin ! On l’attendait depuis les premiers « highlights » qu’on avait vu de lui, depuis son entrée à Duke et son dunk depuis la ligne des lancers. L’un des premiers choix de draft les plus évidents et les plus hypés de l’histoire vient de jouer son premier match avant-hier soir. 

Un athlète spectaculaire mais coincé à l’hosto

Sans aucun doute le rookie le plus anticipé depuis LeBron James, et à juste titre. Il suffit de regarder ses matchs au lycée et sa saison universitaire à Duke l’an dernier pour comprendre pourquoi. Ce jeune colosse de 19 ans ne peut que vous captiver. Des qualités athlétiques hors normes pour un physique de géant, Williamson est un véritable OVNI. On parle quand même d’un beau bébé de 1,98m pour 129 kg. Mais le plus impressionnant, c’est que malgré ses mensurations pour le moins surprenantes, Zion possède une détente phénoménale. 1m01, rien que ça ! Depuis le King, aucun autre athlète n’avait eu ce genre d’aptitudes à leur arrivée dans la ligue. Alors forcément, lorsque l’on sait tout ça, on ne peut qu’être impatient de le voir à l’œuvre. Seulement, léger bémol : dès le début de la saison on nous a annoncé qu’il ne jouerait pas avant un moment. Le problème, une blessure au genou. Forcément, sauter aussi haut quand on pèse aussi lourd…ça vous brise les articulations. Williamson s’est donc vu obligé de cirer le banc des Pels pendant les quatre premiers mois de la saison.

gettyimages-1126969481.jpg

Crédit : okcthunderwire.usatoday.com

Une performance difficile à critiquer

Mais le voilà, frais comme un gardon, pour la rencontre d’hier soir face aux Spurs de San-Antonio. Et malgré la défaite des Pelicans, Zion a réalisé une performance remarquable. On aurait aimé, comme beaucoup, pouvoir critiquer ce match en relevant les points négatifs du jeu du jeune ailier (sûrement dû à la frustration que son absence du début de saison nous a provoqué, on doit bien l’avouer). Mais force est de constater que le numéro 1 de cette dernière cuvée a frappé fort, même très fort pour sa première fois. 22 points, 7 rebonds, 3 passes, avec un petit 8/11 au shoot et un parfait 4/4 à trois points. Une efficacité presque effrayante. Seul réel reproche que l’on peut lui faire : les 5 ballons perdus qui font un peu tache sur la feuille de match. On pourrait aussi soulever le fait qu’il n’a pas énormément contribué défensivement : aucun contre et aucune interception. Mais en même temps, il n’a joué que 18 minutes. Il a marqué autant de points que son coéquipier Brandon Ingram…en ayant joué deux fois moins de temps que lui !

Pour mettre sa performance en perspective, on peut comparer son « NBA debut » à celui de trois autres légendes dominantes de ce sport. Souvent comparé à LeBron mais aussi à un jeune Shaquille O’Neal, le rookie n’a pas démérité par rapport à ces génies de la balle orange. Le premier match du Shaq et déjà un double-double : 12 points, 18 rebonds et 3 contres. Quand au King, on est sur du 25 points, 9 passes, 6 rebonds et 4 interceptions. Du très, très lourd mais on voit que Zion s’en sort plutôt bien, même très bien quand il est comparé à ces deux superstars. Et même quand on regarde le premier match de Michael Jordan, la performance de Williamson n’est pas éclipsée. Dans son premier match, « His Airness » n’a marqué « que » 16 points, agrémentés de 7 passes et de 6 rebonds. Voilà…donc critiquer la performance de Zion serait tout bonnement de la mauvaise foi. Ça ne nous empêche pas de rester sceptique en l’attente des prochains matchs, mais on est bien obligé de reconnaître que Williamson nous a bluffé.

Quelques inquiétudes…

Néanmoins, même si son jeu en lui même est difficile à attaquer – les stats parlent d’elles-mêmes – c’est au sujet de son physique que nous exprimons des réserves. En effet, sa carrure de footballeur américain semble le gêner plus qu’autre chose sur le terrain. Il n’a pas l’air aussi à l’aise qu’il devrait l’être sur le parquet et on craint que son physique ne devienne un fardeau plus qu’un avantage dans la suite de sa carrière. Sans même parler de toutes les blessures potentielles qu’il encourt, c’est surtout en terme d’efficacité sur le terrain que l’on pense cela. Presque pataud par moments, le physique de la jeune star des Pels pourrait jouer en sa défaveur. Bien évidemment, on ne pense pas qu’il devrait réduire son poids de moitié, mais quelques kilogrammes en moins ne seraient probablement pas une mauvaise chose, surtout en terme de longévité pour Zion. Saura-t-il tous nous prouver que nous avons tort ? Ou sera-t-il obligé de suivre un léger régime WeightWatchers pour s’affiner un peu ? C’est impossible de réellement prédire cela car nous n’avons jamais vraiment vu un spécimen tel que lui. Il est bel est bien unique en son genre, que ce soit un avantage comme le pire des inconvénients. On va donc être bien obligé d’attendre un peu pour se forger un véritable avis. Cependant, une chose est maintenant certaine : Zion est bel et bien rentré avec fracas dans la grande ligue. Mais la question demeure : va-t-il pouvoir y rester ?

Crédit photo : parlons-basket.com
Jean-Baptiste Breen

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :