Cyclisme

Richie Porte, comme une évidence

Pour la 7ème saison consécutive, Richie Porte a remporté une étape du Tour Down Under. L’Australien s’est imposé devant son compatriote Robert Power et Simon Yates. Il en profite pour s’emparer de la tête du classement général. Son terrain de prédilection ? Willunga Hill (3km à 7,4% de moyenne) où Porte a levé les bras sur les six dernières arrivées ! Retour sur les succès du coureur de la Trek sur son tour national.

2014, la première

Pour sa troisième participation (Richie Porte avait disputé le Tour Down Under en 2011 sous les couleurs de la Saxo-Bank et en 2008 avec le maillot national), le coureur originaire de Tasmanie glane sa sixième victoire sous les couleurs de la Sky. Au départ de l’étape, Cadel Evans, Simon Gerrans et Diego Ulissi sont en tête du classement général. C’est d’ailleurs l’équipe du vainqueur du Tour 2011 qui impose un gros rythme sur les premiers hectomètres de la difficulté. Pas suffisant pour empêcher Richie Porte d’attaquer et prendre quelques hectomètres d’avance sur le duo Gerrans-Ulissi. Dans le dur dans le final, Cadel Evans perdra la tête du classement général au profit de Simon Gerrans pour une seconde. Porte terminera ce Tour Down Under à la quatrième place.

2015, Dennis l’adversaire

Deux semaines après avoir remporté le titre de champion d’Australie du contre-la-montre face à Rohan Dennis, Richie Porte s’aligne pour son deuxième Tour Down Under consécutif. Le parcours est sensiblement le même que celui de la saison précédente avec deux ascensions de Willunga Hill dans le final. Le leader est Rohan Dennis et possède 15 secondes d’avance sur Porte. À un peu moins d’un kilomètre de l’arrivée, le coureur de la Sky lance une attaque fulgurante ! Personne n’est en mesure de le suivre et l’Australien s’impose de nouveau en solitaire. Deuxième de l’étape, Rohan Dennis conserve son maillot de leader pour deux petites secondes.

Richie Porte attaquant Cadel Evans et le leader Rohan Dennis
Crédit photo : AFP

2016, toujours pas de victoire au général

Relégué à 36 secondes de Simon Gerrans au classement général, Richie Porte sait qu’il doit prendre des risques pour renverser son compatriote. C’est pourquoi Porte, désormais chez BMC, attaque un peu plus tôt, à 1 200 mètres de la ligne d’arrivée. Simon Gerrans ne peut le suivre, à la différence de Michael Woods et Sergio Henao. Imperturbable, le Tasmanien poursuit son effort sans jamais se retourner. Ses deux compagnons de fuite lâchent sa roue et Porte file vers une troisième victoire consécutive au sommet de Willunga Hill. Huitième à 17 secondes du vainqueur du jour, Simon Gerrans conserve sa tunique de leader et remporte son quatrième et dernier Tour Down Under.

2017, le sacre

Non pas une mais deux victoires d’étape sur cette édition ! Rajoutez à cela sa première victoire au classement général, et c’est un carton plein pour le coureur de la BMC. Dès la deuxième étape, Porte s’impose à Paracombe, une montée régulière de 1,6 kilomètres, 20 secondes devant Gorka Izagirre et Esteban Chaves. Pour la première fois de sa carrière, l’Australien s’empare de la tête du classement général. Avant-dernière étape et, comme une tradition, nouvelle arrivée au sommet de Willunga Hill. Vous connaissez la musique : attaque de Porte à la flamme rouge, quelques hectomètres d’avance et nouvelle victoire. Neuvième en 2008, quatrième en 2014, dauphin en 2015 et 2016, cette fois, le coureur de Tasmanie peut savourer : à 32 ans, il remporte enfin son tour national !

Pour la première fois de sa carrière, Richie Porte s’impose à Willunga Hill avec la tunique de leader
Crédit photo : Sirotti

2018 et 2019, Daryl Impey contrarie ses plans

Le scénario est toujours le même mais les acteurs changent. En 2018 et 2019, c’est Daryl Impey qui va empêcher le coureur de la BMC de remporter le classement général. En 2018, l’Australien remporte l’avant-dernière étape à Willunga Hill avec 8 secondes d’avance et se classe dans la même seconde que le Sud-Africain au classement général. À 33 ans, Daryl Impey remporte la plus belle victoire de sa carrière et empêche un second succès consécutif pour Richie Porte.

Bis repetita la saison suivante. Cette fois, Richie Porte, désormais coureur de la Trek-Segafredo, n’arrive pas à lâcher ses concurrents et ne s’impose pas en solitaire. En effet, Wout Poels mais surtout Daryl Impey s’accrochent et ce dernier remporte une nouvelle fois le classement général.

 

2020, les traditions ne changent pas

Nouveau succès à Paracombe après 2017 pour le coureur de la Trek qui s’empare dans le même temps de la tête du classement général. Une seule attaque tranchante a suffi pour distancer l’ensemble de ses adversaires. A noter que Richie Porte a mis 30 secondes de plus par rapport à 2017 pour gravir l’ascension de Paracombe. Un signe de fatigue pour le coureur de 34 ans ? Réponse dans 3 jours pour une nouvelle arrivée à Willunga Hill.

Vainqueur devant le double tenant du titre Daryl Impey, Porte a remporté sa première victoire en 2020. Crédit photo : Bettini Photos

C’est bien connu, les Australiens brillent sur leur tour national. C’est simple, depuis sa création en 1999, les Australiens se sont imposés à 12 reprises ! À la différence des locaux, de nombreux cadors ne font pas de cette course un gros objectif, situé très tôt dans le calendrier World Tour. La plupart sont en stage en Europe ou se servent de cette course comme une préparation pour les courses à venir, à l’image de Romain Bardet ou Simon Yates. La concurrence n’est donc pas des plus féroces sur ce Tour Down Under…au plus grand plaisir de Richie Porte !

Crédit photo : Santos Tour Down Under
Matthieu Heyman

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :