Basket-ball NBA

Ja Morant : Le Frère des Ours

Le jeune et fougueux meneur des Grizzlies éclabousse la NBA de son talent en ce début de saison. Actuellement premier dans les sondages pour l’élection du « Rookie of the year », Morant est la sensation de cette draft 2019. Il a ramené Memphis sur la carte et en a fait une équipe plus que capable d’aller en Playoffs. 

On attendait tous Zion Williamson pour cette saison, mais le numéro 1 de la dernière draft n’a toujours pas posé un pied sur un terrain pour les Pelicans. Cette surexposition de Zion avait occulté pas mal des autres rookies de cette cuvée 2019, notamment Ja Morant. Sous-côté par beaucoup, il a quand même été sélectionné en deuxième position par Memphis et son impact a été immédiat. Il a tout pour plaire. Le talent, le drive, le shoot et même l’attitude. On pourrait parfois le taxer d’arrogance, surtout du fait de son jeune âge. Mais au vu des nombreuses performances à couper le souffle qu’il réalise depuis octobre, on estime qu’il a tout à fait la légitimité de montrer qu’il a confiance en lui.

N’en déplaise au barbu de Houston !

 

Un couteau suisse offensif

Le numéro 12 de Memphis est extrêmement polyvalent et efficace sans pour autant être dans la mouvance actuelle qui valorise le tir à trois points plus que tout. Shooteur solide, Ja préfère néanmoins utiliser ses superbes qualités athlétiques et son premier pas dévastateur pour se frayer un chemin entre les défenses et finir en force au cercle. Car oui, malgré le fait qu’il n’ait pas encore une carrure imposante, Morant a du jump. Une fois dans la raquette il est presque inarrêtable. Entre finitions acrobatiques invraisemblables et dunks galvanisants au possible, le rookie fait sensation. Et même si ce n’est pas sa première option offensive, son shoot à mi-distance et à trois points reste très précis. Très vif sur ses appuis, il shoot de façon dynamique en dégainant rapidement. Compte tenu de toutes ses autres qualités offensives, sa précision extérieure en fait un véritable casse tête pour les équipes adverses. Savoir (presque) tout faire à seulement 20 ans…c’en est presque effrayant. Ses stats au shoot : 49,4 % dont 40 % à trois points ! Quand on vous disait qu’il était précis.

En plus de savoir scorer (il tourne quand même à plus de 18 points de moyenne), Morant n’est pas un soliste égoïste. Il sait trouver constamment son coéquipier ouvert pour un panier facile. Et avec ses 7 passes décisives de moyenne on peut dire qu’il s’en sort plutôt bien. On peut aussi noter qu’il a déjà effectué 6 double-double en points et passes depuis le début de la saison.

Un sans faute impressionnant

En effet, c’est difficile de trouver des choses à redire sur le jeu de Morant. Explosif, confiant, adroit, athlétique ; toutes ces qualités couplées à un très bon QI basket et de sérieuses capacités défensives en font un des élèves exemplaires de cette draft. En effet, Morant est un défenseur solide, pas encore parfait mais solide. En même temps, quand on défend un des postes les plus fournis de la NBA actuelle ça devient tout de suite plus dur d’être dominant à seulement 20 ans.

Même T-Mac le reconnaît : « Il [Ja Morant] va être un MVP de cette ligue, et il va potentiellement être l’un des meilleurs joueurs de ce sport ».

View this post on Instagram

👀

A post shared by Bleacher Report (@bleacherreport) on

Il manque encore quelques pièces à Memphis pour commencer à chasser le titre mais Morant représente à lui seul le renouveau d’une équipe trop longtemps embourbée dans un basket lent et un peu dépassé. Les Grizzlies sont actuellement 8ème à l’Ouest avec un bilan de 19 victoires pour 22 défaites. Quand on considère le fait que l’équipe était 12ème de la conférence Ouest l’année dernière, l’apport du rookie est indéniable et rempli parfaitement la place laissée par Mike Conley. On souhaite une qualification en playoffs pour Memphis afin que Ja continue son apprentissage face aux plus grands de la ligue.

Crédit photo : si.com
Jean-Baptiste Breen

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :