Football Ligue 1

Ces minots qui font la Ligue 1 (2/2)

Après avoir découvert les portraits de 4 pépites de Ligue 1 il y a quelques jours, Les Olympistes dressent le portrait de 3 nouveaux jeunes footballeurs, tous nés au XXIème Siècle, qui ont dynamisé cette première partie du championnat.

Joris Chotard (18 ans), Montpellier HSC

Inconnu dans le monde professionnel il y a encore 6 mois, Joris Chotard est aujourd’hui un membre clé de l’effectif de Michel Der Zakarian (15 apparitions dont 12 titularisations en Ligue 1). Né en 2001 à Orange, celui qui a refusé le centre de formation de l’OM pour celui du MHSC, a réussi l’exploit de reléguer Florent Mollet sur le banc de touche cette saison. Profitant d’abord des blessures de ce même Mollet et de Téji Savanier, le jeune montpelliérain a eu la chance de débuter dans le 11 montpelliérain dès la première journée de championnat, alors même qu’il n’était jamais apparu avec le groupe professionnel l’année dernière.

Résultat de recherche d'images pour "joris chotard"
Ici face au PSG de Neymar, le jeune montpelliérain a découvert la Ligue 1 cette année, sans aucun complexe
Crédit Photo: Le Parisien

Un démarrage sur les chapeaux de roues qui s’est concrétisé, le jour de son anniversaire, le 24 septembre 2019, par la signature de son premier contrat professionnel. Le lendemain il était sur le terrain dans le chaud derby face à Nîmes. Un derby au cours duquel il livrait une prestation grandiose, qui aurait même pu être parfaite si sa frappe limpide des 30 mètres, passée de peu au-dessus du cadre, avait faire chavirer la Mosson. Depuis, Chotard enchaîne les bonnes prestations, et s’est même ouvert les portes de l’Équipe de France U19 avec qui il espère pouvoir disputer l’Euro cet été.

Eduardo Camavinga (17 ans), Stade Rennais

On ne le présente déjà plus. Plus jeune joueur de l’histoire du Stade Rennais a évoluer en Ligue 1, premier joueur né en 2002 à évoluer dans l’un des 5 grands championnats européens, élu joueur du mois en août dernier… Les records de précocité, Camavinga les multiplie. Les éloges aussi.

Parmi les révélations de la fin de saison dernière, le jeune rennais ne fait que confirmer le bien que l’on pensait de lui. Après un début de saison stratosphérique où il a, notamment, régné en main de maître sur le milieu de terrain du Paris SG lors du choc de la deuxième journée, l’Angolais de naissance ne cesse d’impressionner. Sa maturité, subjuguante pour un joueur de son âge, sa classe technique tout comme son inaltérable abnégation défensive font de lui l’un des tout meilleurs milieux de terrain du championnat. Pourtant à 17 ans sa marge de progression reste énorme. Ses qualités techniques, au-dessus de la moyenne, laissent penser qu’en se libérant un peu plus, le Breton pourrait faire encore plus de mal à ses adversaires, Andersen peut en témoigner. De la même manière, ses capacités athlétiques, encore à améliorer, pourraient lui permettre de gagner encore en agressivité dans les duels et à la récupération du ballon.

Résultat de recherche d'images pour "eduardo camavinga"
A 17 ans seulement, Eduardo Camavinga est déjà un maillon essentiel du Stade Rennais
Crédit Photo: CNews

C’est à n’en pas douter, Camavinga, si il ne l’est pas déjà, deviendra un grand footballeur. Et nous français, nous pourrons en profiter. En effet, en obtenant la nationalité française il y a quelques mois, Eduardo a pu découvrir l’Équipe de France avec les Espoirs de Sylvain Ripoll. De quoi lui permettre de porter le maillot tricolore aux JO de Tokyo cet été ? A moins que Deschamps ne tombe sous son charme et ne décide de le convoquer pour l’Euro ? Qui sait ? Une chose est sûre, le Stade Rennais devra serrer les coudes pour garder son joyau encore un petit moment: le Real Madrid pourrait déjà mettre 100 millions d’euros sur la table pour le petit angolais… Et sinon, une dernière chose, on allait oublier: Eduardo passe son bac à la fin de l’année !

Mohamed Simakan (19 ans), RC Strasbourg

Mohamed Simakan est la révélation strasbourgeoise de ce début de saison et pourtant, il aurait pu découvrir la Ligue 1 au Vélodrome plutôt qu’à la Meinau. La raison ? Né à Marseille, le jeune homme passe toutes ses années de pré-formation à l’OM, mais au moment de signer son premier contrat avec le club phocéen, un désaccord avec la direction le décide à stopper net son aventure marseillaise. Résultat, Strasbourg en profite et le fait signer en 2017.

Résultat de recherche d'images pour "mohamed simakan"
En à peine six mois, le défenseur strasbourgeois Mohamed Simakan a déjà conquis la Meinau
Crédit Photo: Peuple Olympien

Cependant, sa saison 2018-2019, sa première en tant que professionnel, est tronquée de blessures. Il sera notamment victime d’une rupture des ligaments croisés lors de la préparation estivale. Malgré tout, Thierry Laurey lui fait confiance et l’intègre dans le groupe A dès cet été. Il connaît sa première titularisation en Ligue 1 à Reims (le 18 août 2019) après avoir débuté lors des tours préliminaires de Ligue Europa. Depuis il enchaîne les matchs (14 apparitions dont 13 titularisations en L1). Son physique «à la Varane» lui permet d’être dur sûr l’homme, puissant et rapide. Des qualités qu’il met à profit autant au poste de latéral droit qu’en défense centrale où Thierry Laurey est capable de l’aligner.

Demi-frère d’Ismaël Bangoura, ex joueur du FC Nantes, Mohamed Simakan est aujourd’hui un élément incontournable du dispositif strasbourgeois, et ses prestations ne manquent pas d’être applaudies. Thierry Laurey a même qualifié ses derniers matchs de «presque indiscutables». Le jeune homme semble donc promis à un grand avenir, à moins que son genou, fragile depuis son opération l’année dernière, en décide autrement. En atteste son absence sur les terrains depuis mi-décembre à la suite d’une inflammation d’un tendon du genou contractée face à Toulouse.

On aurait pu les citer…

Ce n’est plus un secret, la Ligue 1 regorge de talents. Et pour preuve, plus d’une vingtaine de joueurs nés au XXIème Siècle ont déjà foulé les pelouses du championnat de France cette année.

Ainsi, parmi ces minots on aurait aussi pu citer les pépites lyonnaises Maxence Caqueret (19 ans, 4 apparitions) et Ryan Cherki (16 ans, 3 apparitions) qui ont souffert de la concurrence en début de saison, mais pourraient voir leur temps de jeu grimper durant la phase retour au regard des nombreux blessés composant l’effectif rhodanien. Impressionnant de maturité, le milieu de terrain Caqueret semble même avoir déjà pris une longueur d’avance sur Tousart et Jean Lucas dans la tête de Rudi Garcia, tandis que le très jeune Cherki (né en 2003) a déjà marqué les esprits des supporters lyonnais par ses fulgurances techniques, rappelant un certain Nabil Fekir. Leurs rivaux stéphanois ne sont pas en reste non plus. Leur effectif, en pleine reconstruction cette année, déborde de pépites parmi lesquelles l’avant-centre Charles Abi (19 ans, 8 apparitions) et les défenseurs Wesley Fofana (19 ans, 8 apparitions) et William Saliba (18 ans, 5 apparitions). Ce dernier, gêné par les blessures cette année, s’était imposé au sein de la charnière centrale stéphanoise l’année dernière, si bien qu’Arsenal l’a acheté pour 30 millions d’euros cet été avant de le prêter dans la foulée au club du Forez.

Résultat de recherche d'images pour "saliba fofana"
Charles Abi, William Saliba et Wesley Fofana, de gauche à droite forment la nouvelle garde stéphanoise en Ligue 1
Crédit Photo: Le Parisien

Le défenseur niçois Andy Pelmard (19 ans, 10 apparitions), le n°9 nîmois Kévin Denkey (19 ans, 13 apparitions) l’attaquant rémois Nathanaël Mbuku (17 ans, 6 apparitions), ainsi que les toulousains Kouadio Koné (18 ans, 7 apparitions) et Bafodé Diakité (19 ans, 8 apparitions) sont aussi des joueurs à fort potentiel qu’il faudra surveiller de près dans les années à venir.

Mathis CHARRIEAU

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :