Football Ligue 1

Ces minots qui font la Ligue 1 (1/2)

Ils n’ont même pas 20 ans et pourtant, tous les week-ends, pendant 90 minutes, toutes les caméras sont braquées sur eux. Au même âge, beaucoup planchent simplement sur leur copie de mathématiques ou font le tour des bars en ville. Eux, au contraire, signent déjà autographes et contrats, et retrouvent tous les week-ends les stars de notre Ligue 1 (puisque oui il y en a). Les Olympistes dressent le portrait de ces jeunes footballeurs, tous nés au XXIème Siècle, qui ont dynamisé cette première partie du championnat.

Rayan Aït Nouri (18 ans), SCO Angers

Arrivé au SCO en 2016 après être passé par les équipes de jeunes du Paris FC, Rayan Aït Nouri est aujourd’hui un titulaire indiscutable au sein de la formation angevine de Stéphane Moulin (16 titularisations cette saison). Grand artisan de la bonne première partie de saison du SCO, le jeune latéral gauche ne cesse de monter en puissance. Auteur de 3 passes décisives cette saison, ce numéro 10 de formation impressionne tant par sa finesse technique que par sa vitesse. Pourtant, tout n’a pas été facile.

Résultat de recherche d'images pour "rayan aït nouri"
Le jeune angevin (à droite) avait effectué une grosse prestation face à Amiens lors de la 8ème journée du championnat.
Crédit Photo: DZfoot

Des essais infructueux à répétition dans de nombreux clubs professionnels: Nantes, Toulouse, Valenciennes, Auxerre et une blessure à son arrivée à Angers ont compliqué ses premiers pas dans le monde professionnel. Mais à force de persévérer Rayan Aït Nouri a fini par effectuer ses premiers pas en Ligue 1 face au Paris SG, le 25 août 2018. Un an plus tard, et malgré une saison 2018-2019 compliquée (3 apparitions seulement), le jeune angevin est convoqué par Sylvain Ripoll pour deux matchs amicaux avec les Espoirs. Depuis, le natif de Montreuil, en région parisienne, s’éclate et attire même la convoitise de certains cadors européens, parmi lesquels l’Atlético de Madrid, Tottenham et surtout Crystal Palace. S’il règle ses petites lacunes défensives, ce minot a, on en est certain, toutes ses chances pour devenir très grand.

Yacine Adli (19 ans), Girondins de Bordeaux

Un splendide coup-franc direct et un premier doublé en championnat face à Amiens en début de saison, puis une amour d’enroulée face à l’OM lors de la 17ème journée de championnat, Yacine Adli n’a peut-être pas encore tout prouvé avec les Girondins, mais une chose est sûre, il a déjà démontré tout son potentiel.

Résultat de recherche d'images pour "yacine adli bordeaux"
Yacine Adli – Caleta Car, un duel qui avait tourné à l’avantage du jeune bordelais lors de la rencontre de Ligue 1, OM-Bordeaux, cette saison.
Crédit Photo: Sud Ouest

Né en 2000 à Vitry sur Seine, il effectue ses premières classes à l’US Villejuif avant de rejoindre le Paris SG en 2013. Dans la club de la capitale, Yacine va évoluer et finir sa formation aux côtés des nombreuses pépites parisiennes parmi lesquelles Moussa Diaby (aujourd’hui au Bayer Leverkusen), Dan-Axel Zagadou (Borussia Dortmund) ou encore Stanley N’Soki (OGC Nice). Ensemble ils seront notamment champions de France U17 deux années de suite. Des résultats et des performances qui vont lui ouvrir les portes des équipes de jeunes de l’Équipe de France. Il disputera, ainsi, le Championnat d’Europe puis la Coupe du Monde U17 sous le maillot tricolore. Mais c’est lors de l’intersaison 2018 que la carrière du jeune titi parisien va prendre un tournant. Annoncé avec insistance à Arsenal, il signera finalement son premier contrat pro avec le PSG. En manque de temps de jeu avec le club de la capitale, Yacine Adli rejoindra un an plus tard les Girondins de Bordeaux pour 5,5 millions d’euros.

Très habile ballon au pied, et maîtrisant à la perfection l’art de la passe, le girondin n’est pas encore un titulaire indiscutable au sein de l’effectif bordelais, mais les qualités qu’il a laissé entrapercevoir font de lui un joueur «différent des autres et avec une grosse marge de progression» dixit son entraîneur, Paulo Sousa. Le recrutement de Rémi Oudin cet hiver par le club bordelais risque cependant d’apporter une forte concurrence au jeune technicien dans l’entrejeu girondin. Une concurrence qui constitue un nouveau défi à relever pour ce gamin de 19 ans.

Aurélien Tchouameni (19 ans), Girondins de Bordeaux

Au Haillan depuis ses 11 ans, Aurélien Tchouameni fait parti des récentes satisfactions de la formation bordelaise avec Jules Koundé (aujourd’hui au FC Séville) et Zaydou Youssouf (AS St-Etienne). Ce jeune homme, souvent comparé à Paul Pogba, possède, cette année, la confiance de son coach, Paulo Sousa, qui n’as pas hésité à lui donner sa chance en Ligue 1 (13 titularisations). Souvent aligné au côté d’Otavio au milieu du terrain, Aurélien possède un profil un peu «à l’anglaise», box to box, aussi important défensivement que dans sa projection vers l’avant. Après une saison 2018-2019 prometteuse, ponctuée de 19 apparitions avec les pros (dont 9 en Europa League), le jeune bordelais compte bien s’inscrire dans la durée avec les girondins.

Résultat de recherche d'images pour "aurelien tchouameni bordeaux"
Tchouameni (à droite) aux côtés de J. Koundé (à gauche) et Z. Youssouf (au centre), les 3 pépites du centre de formation bordelais.
Crédit Photo: France Bleu

Cependant, Bordeaux pourrait avoir besoin de vendre cet été, voir même dès cet hiver, et Aurélien, qui attire l’œil de grands clubs européens (Inter Milan, Séville, Wolverhampton), pourrait bien être poussé vers la sortie, histoire de renflouer les caisses du club marine et blanc. La tête bien faite et un bac S en poche, le jeune bordelais, qui a déjà remporté le championnat de France U19, et participer à la Coupe du Monde U17 avec son nouveau coéquipier Yacine Adli, rêve maintenant de remporter la Ligue des Champions. C’est, en tout cas, tout ce qu’on lui souhaite. Avant cela, il devra tout de même trouver de la régularité dans ses prestations, et s’installer dans la durée avec Bordeaux.

Benoît Badiashile (18 ans), AS Monaco

18 ans et plus de 30 matchs disputés en Ligue 1, Benoît Badiashile est déjà bien connu des inconditionnels du championnat de France. Lancé chez les pros en novembre 2018 contre le Paris SG, le limougeaud de naissance avait su profiter des problèmes défensifs de l’ASM pour se faire une place dans le 11 monégasque sous l’ère Henry. Depuis, malgré le retour de Jardim, il semblait indiscutable dans la composition des rouges et blanc. Gaucher, le jeune monégasque affiche une grande sérénité balle au pied et possède une qualité de relance très propre. Sa grande taille et son sens du timing font aussi de lui un très bon joueur de tête, comme le prouve l’unique but qu’il a marqué avec les professionnels, l’année dernière face à l’OGC Nice.

Résultat de recherche d'images pour "benoit badiashile"
Badiashile, ici face au lyonnais Memphis Depay, possède déjà, malgré son jeune âge, une belle expérience du haut niveau.
Crédit Photo: Allpro-att

Arrivé à Monaco en U16 après avoir fait ses classes dans un petit club du Loiret, Badiashile se retrouve aujourd’hui dans une situation délicate. En effet, l’arrivée de Robert Moreno sur le banc de l’ASM, remet en cause sa place de titulaire au sein de l’effectif monégasque, surtout qu’il n’a plus été aligné en Ligue 1 depuis la 14ème journée et un déplacement à Bordeaux. D’après ce qu’il a laissé entrevoir face au Paris SG, le nouveau coach du Rocher semble privilégier un schéma à 4 défenseurs ce qui pourrait coûter une place de titulaire à Badiashile, habituellement aligné avec Glik et Maripan au sein d’une défense à 3 centraux. Un départ vers l’étranger, notamment au FC Valence qui lui ferait les yeux doux depuis quelques semaines, pourrait donc permettre au jeune monégasque de retrouver du temps de jeu. Au grand dam du réservoir de joueurs à fort potentiel du championnat de France.

Mathis Charrieau

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :