Football

Qui es-tu, Quique Setién ?

C’est désormais officiel : Ernesto Valverde n’est plus l’entraîneur du FC Barcelone. Alors que la grogne des socios et les derniers résultats du Barça rendaient son départ inéluctable, les dirigeants catalans ont trouvé son successeur en la personne de Quique Setien. Ce choix peut sembler une surprise au regard des autres noms évoqués mais vite abandonnés (Xavi, Koeman). L’ancien coach du Betis, bien connu en Espagne, arrive avec une philosophie de jeu ambitieuse et la lourde tâche de ressusciter un Barça défiguré par des années de frilosité tactique.

Une carrière loin des sommets

Enrique Setién Solar est né il y a 61 ans dans la ville de Santander, située sur la côte Cantabrique au nord du pays. Formé en tant que milieu de terrain, il dispute près de 300 matches de Première Division et 150 matches de Seconde Division entre 1977 et 1996 sous les couleurs du Racing Santander, de l’Atlético Madrid, de Logroñés et de Levante. Le joueur atteint l’apogée de sa carrière lors de la coupe du monde 1986, lors de laquelle il dispute ses 3 seules sélections avec la Roja.

Quique Setien
Photo d’identité. ©Panini

Un baroudeur habitué des challenges

Setién, entraîneur, a connu plusieurs réussites avec des clubs de seconde zone. Pour sa première saison sur un banc, en 2001, il est promu en D1 avec le Racing Santander puis enchaîne de courtes expériences qui le mèneront notamment au poste de sélectionneur de Guinée équatoriale en 2006. Après une pige en Troisième Division, c’est en 2015 à Las Palmas qu’il commettra son premier fait d’armes. Reprenant une équipe relégable après 9 journées, il impose une révolution tactique qui offrira au club canari une honorable 11ème place. Deux ans plus tard, Setien rejoint le Bétis Séville, alors dans une situation très difficile (15e en 2016-2017). Et une nouvelle fois, la magie opère : les Verdiblancos pratiquent un jeu séduisant, réveillent la ferveur du stade Benito Villamarín et se qualifient pour la Ligue Europa. La légende Quique Setien est née.

Quique Setien (4)
Passionné d’échecs, Setién semble plutôt abonnés aux succès. ©Le Dauphiné Libéré

Une philosophie héritée de Johan Cruyff

On aurait tort de faire de Setién un bricoleur pragmatique, sorte de Pascal Dupraz espagnol. Il est au contraire un architecte qui prône un jeu basé sur la possession, la position et le pressing. « Dans une époque où les gens disent qu’il faut courir, travailler, lutter, je demande à mes joueurs de penser. Je comprends le football à travers le ballon », explique-t-il. Sur le terrain, il demande systématiquement à ses joueurs de construire le jeu en partant de l’arrière avec des latéraux très haut, un milieu à trois (une sentinelle, deux créateurs) et un trio d’attaque porté sur la vitesse. C’est sous sa houlette que des joueurs comme Roque Mesa, Fabian Ruiz ou Giovanni Lo Celso se sont révélés au plus haut niveau. Lors de sa première saison, son Betis Séville séduit l’Espagne avec un jeu résolument offensif. Si son équipe marque beaucoup, elle prend aussi beaucoup de buts : en 2017-2018, elle réussit l’exploit de terminer la saison à la 6ème place… avec un goal-average négatif.

Quique Setien (2)
Le 6 janvier 2018, le Betis Séville réalise une prestation dantesque face à son grand rival, le Séville FC. Score final 5-3, le plus prolifique dans l’histoire du derby. © Soccers.fr

Un défi de taille

Sur le papier, le mariage entre le technicien espagnol et le Barça a donc tout pour être une réussite. D’autant que Setién n’a jamais caché sa proximité idéologique avec Johan Cruyff, théoricien du fameux « tiki-taka » barcelonais. Mais quelles sont les garanties d’un coach au palmarès vierge qui n’a jamais dirigé une seule rencontre de Ligue des champions ?

En mai 2019, Quique Setién a été limogé par le Betis après une seconde saison décevante (10e place de Liga, élimination en seizièmes de finale d’Europa League). Six mois plus tard, le sexagénaire arrive dans un club historique de la Liga qui vient de subir deux « remontadas » européennes en deux ans, dont le jeu n’a plus rien à voir avec ce que fut le grand Barça au début des années 2010 et qui ne compte que sur Messi pour continuer à exister. Il faudra aussi composer avec un vestiaire que l’on sait très puissant et rebâtir un projet de fond à quelques mois des échéances européennes cruciales pour le club. Mais Setién pourra compter sur le soutien de certains cadres comme Sergio Busquets, qui lui a déjà témoigné son admiration, et nul doute que les culés se raviront de la perspective d’une renaissance identitaire et collective. Rappelons, sans s’enflammer, que Guardiola était loin de faire l’unanimité à ses débuts comme entraîneur de Barcelone.

Setién a joué d’ironie en évoquant que ce sera sûrement l’épreuve de sa vie. « Hier j’étais dans mon village en train de me promener avec les vaches et aujourd’hui je me retrouve à entraîner les meilleurs joueurs du monde », a-t-il déclaré mardi lors de sa présentation. Reste à savoir s’il pourra guider le troupeau catalan vers de nouveaux succès…

Résultat de recherche d'images pour "équipe type barça 2020"
1er de Liga à égalité de points avec le Real Madrid, le Barça affrontera Naples en huitièmes de finale de Ligue des Champions (match aller le 25/02). ©Barça Inside.
Crédit Photo : Onze Mondial
Vincent Marcelin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :