Divers

Affaire Iannone : les problèmes de l’antidopage dans le monde de la moto

Andrea Iannone, pilote pour l’écurie Aprilia RS-GP a été suspendu par la FIM (Fédération internationale de motocyclisme) le week-end dernier et pour cause : il a été contrôlé positif à un test antidopage.

Pas serein l’Italien

Suite à deux tests positifs aux stéroïdes il y a un mois, le pilote a été suspendu provisoirement dans un moment critique qu’est l’intersaison. Il s’agit de la période durant laquelle les coureurs testent les modifications apportées à leurs machines sur des circuits qui accueillent les grands prix. La team Aprilla pense déjà à un après Iannone pour la saison qui arrive. Mais, si la FIM, qui est chargée de l’enquête, retire sa suspension, il pourra courir mais partira tout de même avec un grand désavantage par rapport à ses collègues qui auront pu effectuer les tests d’intersaison.

Malgré avoir clamé son innocence de nombreuses fois, soutenu par son équipe, Iannone n’a comme recours que la voie juridique. Il risque entre autre une annulation de sa licence et par conséquent un licenciement de l’écurie mais le pilote tente de rassurer son équipe ainsi que ses fans à travers un message Instagram où il assure « être détendu ».

En effet, l’échantillon urinaire ayant été prouvé comme positif était celui du GP Malaisien qui se trouvait être l’avant-dernier de la saison. Il ne parait pas logique que le pilote ait eu recours à l’utilisation de stéroïdes anabolisants uniquement lors d’une manche qui en plus ne s’avérait pas être décisive pour le pilote ou l’écurie. D’autant plus que celui-ci n’a pas terminé la course, éliminé en cours de route par un crash.

motogp-suspension-dopage-andrea-iannone_hd

Crédit Photo: Good-Shoot

Pour ce qui en est de l’intersaison, c’est le pilote anglais Bradley Smith qui assurera les tests au circuit de Sepang en Malaisie.

Les questions se posent

Étant le premier cas de dopage dans le Grand Prix Moto depuis des années (2012) il a suscité beaucoup de réactions de la part d’autres pilotes. En l’occurrence, le Britannique Cal Crutchlow qualifiait ces tests de « pipeau ». L’encadrement de la pratique au sein du championnat paraîtrait minime et impertinente.

Cependant, un témoignage datant de 2018 du jeune pilote espagnol Marc Márquez qui dit : « nous sommes de nombreux pilotes et, par exemple, nous pouvons être positifs au cannabis même s’il ne vous donne aucun avantage. Mais vous mettez de nombreux pilotes en danger. Beaucoup sont très jeunes et on ne sait pas ce qu’ils font chez eux et ils fument. Cela peut avoir des conséquences en course. Plus de sécurité est nécessaire pour le championnat. ». Des paroles auparavant prises à la légère et qui resurgissent aujourd’hui. Avec l’arrivée d’une nouvelle génération de pilotes comme l’Espagnol Álex Márquez (23 ans) ou encore l’étoile montante française Fabio Quartararo (20 ans), le règlement se doit d’être plus strict pour les saisons à venir.

29-andrea-iannone-ita_dsc0629.gallery_full_top_lg

Crédit Photo : MotoGP

Pour l’instant Iannone attend encore le verdict de la part de la FIM tandis que l’écurie Aprilia a déjà entamé la recherche d’options de remplacement.

Crédit Photo : Motosprint
Alexandre Schmitt

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :