Divers

Résumé de la décennie sportive internationale

On reprend les mêmes années et on repart ! Pour commencer l’année 2020 sous les meilleures hospices, les Olympistes ont travaillé dur pour vous concocter un bon p’tit plat… un résumé de la décennie sportive internationale. Bon Appétit !

2010 : Viva España !

Ce 11 Juillet 2010 restera un jour historique pour l’Espagne ; ce soir d’été 2010 les Espagnols ont remporté pour la première fois la Coupe du Monde de football. Au bout du suspense, dans une ambiance rythmée par le bruit des vuvuzelas, il faudra attendre la 115ème minute et un but d’Iniesta pour sceller le sort du match et offrir la Coupe du Monde à la Roja. Mais n’oublions pas que le chemin vers la victoire a été semé d’embûches… Avec une défaite en phase de poule 1-0 contre la Suisse, une victoire à l’arrachée en ¼ de finale contre le Paraguay (succès 1-0) et une victoire poussive en ½ finale face aux Allemands, on n’imaginait pas les Espagnols sur le toit du monde. Mais, comment ne pas gagner quand vous avez dans votre équipe une machine à buts telle que David Villa, ou encore un des meilleurs milieux de l’Histoire en la personne d’Iniesta. En tout cas une chose est sûre, ce soir du 11 Juillet, ces 23 Espagnols ont écrit l’histoire de leur pays ; la légende dit même que Gérard Piqué a dansé WAKA WAKA…

L'Espagne brandit enfin une coupe du monde.
Campeones !
Crédit Photo : MEXSPORT DIGITAL / AFP/ ETZEL ESPINOSA

 

2011 : Usain Bolt Daeguté 

Coup de tonnerre ! Le grand, l’unique, le fabuleux, le prestigieux (on en fait peut-être un peu trop) Usain Bolt a été déchu de son trône… le Jamaïcain n’a pas gagné la finale du 100 mètres (aux CM de Daegu en Corée du Sud) ! Mais rassurez-vous, la « Foudre » n’a pas perdu contre plus fort, il a tout simplement perdu contre lui-même. Un faux départ et le monde s’est arrêté ! Personne n’en croit ses yeux, les autres concurrents sont abasourdis, ils se regardent, ne savent plus quoi faire…  Mais le mal est fait, Usain Bolt est bel et bien disqualifié ! Finalement, c’est son compatriote jamaïcain Yohan Blake qui devient champion du monde en 9 s 92. Le temps d’une course, le monde de l’athlétisme était en deuil… une course sans son maître ce n’est pas possible ! PLUS JAMAIS !

Usain Bolt lors des Mondiaux de Daegu en 2011, disqualifié de la finale du 100 m après un faux départ.
Usain Bolt disqualifié après son faux départ sur le 100 mètres.
Crédit Photo : REUTERS/MAX ROSSI

 

2012 :  Michael Phelps, l’ogre américain

Décidément 2012 était une année olympique mais c’était aussi l’année des nageurs ! Car Michael Phelps a lui aussi marqué de son empreinte ces Jeux de 2012. Ouvrez grands vos oreilles, sur ces olympiades Michael Phelps a remporté à lui tout seul 6 médailles dont 4 en or et 2 en argent ! Oui, oui vous ne rêvez pas, 6 médailles !  Il devient par la même occasion le sportif le plus médaillé de l’histoire des Jeux Olympiques devant la gymnaste russe Larissa Latynina : 22 médailles dont 18 titres Olympiques. Et ce n’est pas fini… quatre ans plus tard il revient spécialement pour les Jeux de Rio et élève son total de médailles à 28 ! De toute façon, tu peux gagner 1 médaille mais pas 28 ; tu peux gagner 2 médailles mais pas 28… tu peux gagner 28 médailles mais pas 28 ! Ah bah si tu peux en fait !

Résultat de recherche d'images pour "phelps jo de londres 2012"
Michael Phelps après sa victoire au 4×200 m nage libre.
Crédit Photo : REUTERS/MAX ROSSI

 

2013 : Un Froome, à toute berzingue !

Pour cette 100ème édition du Tour de France, un seul homme a rayonné sur les routes de l’hexagone : Christopher Froome. Le coureur de la Sky a écrasé un à un ses adversaires, étape après étape pour s’adjuger la Grande Boucle devant Nairo Quintana avec près de 4 minutes 20 s d’avance et 3 victoires d’étapes en poche. Tout simplement trop fort ! Comment ne pas rester bouche bée devant la performance du Britannique sur les pentes du Ventoux (lors de la 15ème étape) ?! Rendez-vous compte, il a lâché un à un Contador, Quintana, Kreuziger et tant d’autres sans se lever de sa selle pour attaquer ! Mais ce qui est déconcertant c’est la facilité de Froome à être autant à l’aise en contre-la-montre qu’en montagne ! Lors du chrono de la 11ème étape (d’Avranches au Mont St-Michel), il titille les maîtres de la discipline comme Tony Martin ou encore Thomas de Gendt. Il n’y qu’une chose à dire, RESPECT MONSIEUR !

Christopher Fromme, en jaune, et Nairo Quintana dans l'ascension du mont Ventoux le 14 juillet 2013.
Christopher Froome impérial sur les pentes du Mont Ventoux !
Crédit Photo : Reuteurs

 

2014 : Une Seleção humilée

Le 8 Juillet 2014 restera à jamais dans les mémoires brésiliennes comme un jour de drame national. Son équipe la Seleção a été balayée 7-1 lors de la ½ finale par une Mannschaft implacable. Cela dit, avec un capitaine (Thiago Silva) suspendu et son attaquant vedette (Neymar) blessé lors du ¼ finale, les espoirs d’une victoire étaient bien minces. Seul le public aurait pu jouer en leur faveur. Mais avec quatre buts inscrits en l’espace de 6 minutes, toute victoire s’était envolée pour les Brésiliens. Quel crève-cœur de voir le peuple de Pelé en larmes à chaque nouveau but inscrit par l’équipe allemande. Un véritable film d’horreur ! Même le but d’Oscar à la 90ème minute n’a pas suffi à redonner sourire au public de Belo Horizonte. Un drame qui se poursuivra quelques jours plus tard avec une nouvelle défaite contre les Pays-Bas pour la 3ème place (défaite 3-0). Une humiliation nationale qui fera date à jamais dans l’histoire du football brésilien. Ce n’était vraiment pas « joga-bonito » pour le Brésil !

Une équipe allemande trop forte pour les Brésiliens ce soir.
Crédit Photo : Reuters

2015 : Sebastian Vettel un grand cœur, pour un grand sportif

Cette victoire sur le grand prix de Hongrie, le pilote allemand s’en souviendra sûrement longtemps. A l’issue de sa victoire, Sebastian Vettel, pilote chez Ferrari, a rendu un bel hommage au pilote français Jules Bianchi.  Pour rappel, le jeune Bianchi à la suite d’un accident sur le Grand Prix du Japon est tombé dans un coma profond qui le conduira quelques mois plus tard à la mort. Les mots de l’Allemand résonnent encore dans les esprits de tout le monde ; des mots peut-être très simples mais loin d’être insignifiants : « Merci Jules, cette victoire est pour toi. Cette victoire est pour toi ! ». Tout juste magnifique ! On en a encore les larmes aux yeux ! Certes d’un point de vue sportif ce n’est pas l’événement qui a marqué cette année 2015, mais c’est sûrement un des gestes qui nous a le plus touché. Donc, pour cela Monsieur Vettel, on vous dit MERCI !

Résultat de recherche d'images pour "sebastian vettel jules bianchi"
Sebastian Vettel dédie sa victoire à Jules Bianchi.
Crédit Photo : Andrej ISAKOVIC/AFP

 

2016 :  Van Niekerk, un springbok à toute allure !

Alors oui, on aurait pu parler de Bolt avec son triplé olympique, de Michael Phelps avec ses 28 podiums ou encore de la fougue de cette jeune gymnaste américaine, Simone Biles. Mais quand vous avez un homme qui bat un record du monde vieux de 17 ans, comment passer à côté ?! Le 14 août, le Sud-Africain, Wayde Van Niekerk a battu le record du monde du 400 mètres (43 s 03) lors de la finale olympique, reléguant ainsi le record de son prédécesseur (Michael Johnson) à quinze centièmes. Pourtant, c’était mal embarqué pour le Springbok qui s’élançait au départ de la course au couloir numéro 8 ! Kirani James (2ème) et l’Américian LaShawn Meritt (3ème) n’ont alors vu qu’une étincelle de l’antilope sud-africaine Van Niekerk durant la course. BIP … BIP !

Résultat de recherche d'images pour "400 mètres Van Niekerk record"
Van Niekerk avec son record en 43.03.
Crédit Photo : REUTERS/Lucy Nicholson

 

2017 : Les papys font de la résistance

GRANDIOSE ! En un seul mot, on a presque déjà résumé cette année tennistique 2017 ! Quel plaisir de revoir les deux patrons du circuit ATP Nadal et Federer à leur plus haut niveau sur cette saison. On croyait Roger, près de la retraite, essoufflé par l’âge (rendez-vous compte, il était 17ème à l’ATP avant l’Open d’Australie !), mais on se trompait… Roger est éternel pour toujours ! Ce grand Chelem est sûrement en fin de compte un des plus beaux de la carrière du Suisse. Primo, il revient d’une période d’inactivité de 6 mois. Secondo, cela fait 4 ans et demi qu’il n’a pas gagné de Grand Chelem et Tertio, il bat en finale son ennemi de toujours, Rafa Nadal !  Mais cette année 2017, c’est aussi celle de l’espagnol. On dit souvent dix comme les dix doigts de la main, maintenant il y a dix comme les dix titres de RAFA à Roland-Garros ! Car oui, « El toro de Mallorca » est devenu le premier joueur de l’histoire a remporté 10 fois le même Grand Chelem. Les Olympistes ont une seule chose à vous dire messieurs… BRAVO !

Résultat de recherche d'images pour "nadal roger open d'australie 2017"
Roger Federer après sa victoire sur Rafael Nadal à l’Open d’Australie.
Crédit Photo : Reuters

 

2018 : Ester Ledecka une femme histORrique !

La star de ces jeux d’hiver est sans aucun doute la jeune Tchèque de 22 ans : Ester Ledecka. Le pari en valait la peine au début des Jeux de Pyeongchang : le doublé sur le Super-G (en ski) et le géant parallèle en snowboard. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Ledecka a tenu son pari ! Elle a remporté la médaille d’or sur le super-G en devançant d’un tout petit centième l’autrichienne Anna Veith et a écrasé la concurrence sur le géant parallèle en snowboard pour s’offrir l’or. La Tchèque devient ainsi la première femme des Jeux Olympiques Été et Hiver confondus a triomphé dans deux sports différents. Un doublé éclatant qui restera à jamais dans la grande histoire des Jeux. Une vraie Reine des Neiges !

Résultat de recherche d'images pour "ester Ledecka"
La folle histoire olympique d’Ester Ledecka.
Crédit Photo : Javier Soriano/AFP

 

2019 : L’Afrique du Sud, une équipe arc-en-ciel

Après les sacres de 1995, 2007, l’équipe de R. Erasmus est allée chercher au pays du soleil levant un 3ème titre de champion du monde de rugby. Surpuissants et réalistes, les Sud-Africains ont fini par faire plier en finale le XV de la Rose avec deux essais limpides (dont un magnifique essai du tout petit Cheslin Kolbe, 1,71 m). Certes cette victoire est celle d’un groupe mais c’est aussi la victoire de tout un peuple, de tout un pays. Le sacre des Springboks est loin d’être anodin, il est tout juste symbolique ! 25 ans après la fin de l’apartheid, Siya Kolisi, 2ème ligne et premier capitaine noir de la sélection sud-africaine a soulevé le mythique trophée William Webb Ellis. Plus qu’un symbole, c’est l’image d’un pays qui veut croire en son avenir ! En 1995, Nelson Mandela portait le 6 de François Pienaar pour remettre la coupe du monde. Aujourd’hui, le capitaine Siya Kolisi porte le 6 et est champion du monde. Il n’y qu’une chose à dire RESPECT !

Résultat de recherche d'images pour "afrique du sud champion du monde"
Kolisi soulève le trophée Webb Ellis.
Crédit Photo : AFP

Pour voir ou revoir la décennie sportive française c’est ici.

THOUAULT Eloi

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :