Football

Après un pharaon, le samouraï Takumi Minamino débarque à Liverpool

La planète foot la sentait venir, et Liverpool a bel et bien annoncé la signature de Takumi Minamino. Transfert officialisé ce jeudi 19 décembre, le mercato commence donc en avance chez les Reds. Le joueur japonais quittera son club du Red Bull Salzbourg le 1er janvier, laissant derrière lui d’excellents souvenirs et les 8.5 millions d’euros déboursés par le club de la Mersey. Mais quel est le réel niveau de ce milieu offensif et comment Klopp peut-il l’intégrer dans son riche effectif ? Les Olympistes ouvrent le dossier « a Samouraï at Anfield Road ».

Un parcours très prometteur

Les Reds n’étaient pas les seuls à convoiter le Japonais. Plusieurs clubs européens étaient allés aux nouvelles et Liverpool aurait notamment grillé la politesse à Manchester United (d’après The Independent). Le champion d’Europe en titre a donc réalisé la bonne affaire en s’alignant sur le montant de la clause libératoire de Minamino, arrivé en Autriche en janvier 2015 en provenance du Cerezo Osaka (Japon). Le joueur de 24 ans est estimé à 12.5M sur Transfermarkt, encore un prix qui ne semble pas illustrer ses réelles qualités.

Capable d’évoluer sur les ailes ou dans l’axe, le droitier a compilé de belles statistiques à Salzbourg. 64 buts en 199 matchs et une capacité à scorer plus de 10 pions par saison depuis l’exercice 2015/2016. Mais plus que face au but, c’est dans l’animation offensive générale que le Japonais excelle. L’an passé, Minamino c’est 14 buts et 10 passes décisives. Cette saison il partait même sur des bases bien plus élevées : déjà 9 gardiens trompés et 11 assists réussies. Tout ça, en seulement 22 matchs. Bien sûr, il est facile d’avancer que performer en Bundesliga autrichienne n’est pas un indicateur assez convaincant. Salzbourg domine le classement, a déjà marqué 66 buts et Minamino a d’ailleurs collectionné 5 titres et 4 coupes d’Autriche. Seulement voilà, quelle que soit la scène, Takumi Minamino brille et joue les premiers rôles…

Minamino au prise avec Naby Keïta. Un joueur qu’il a déjà croisé en Autriche.
Crédit photo : breakingnews.fr

Commençons par un bref détour par le Japon. En équipe nationale, Takumi Minamino a marqué 11 fois en 22 sélections, 5 fois lors des 4 derniers matchs de qualifications pour la future coupe du Monde. Point à la ligne.

C’est surtout en Champions League que le milieu offensif a pu taper directement dans l’œil et les lunettes de Jürgen Klopp. 2 buts et 3 passes décisives en 6 rencontres (1 unité de chaque face aux Reds), mais trêve de stats, parlons concret.

Takumi Minamino, un profil séduisant

Car si notre ami ne respecte pas grand nombre de ces adversaires, il ne s’est pas fait prier pour bouleverser la formation parée de rouge. Très en vue lors de la remontada inachevée (4-3 pour les Reds), il a aussi fait pâlir plus d’un supporter anglais lors du dernier match de poule (2-0 contre Salzbourg). Le tweet suivant est plutôt évocateur de l’état d’esprit de Klopp à l’égard du Japonais.

Takumi Minamino est un excellent manieur de ballon, habile dans de petits espaces mais aussi très rapide balle au pied. Ses longues courses ne l’empêchent pas d’être lucide au moment de lâcher le ballon et il se projette vite vers l’avant, notamment grâce à une qualité de contrôle orienté surprenante. Ses passes vers l’avant sont tranchantes et judicieuses, le joueur de 24 ans adore aussi combiner avec ses partenaires, en peu de touches de balle. C’est d’ailleurs sur ce type d’action qu’il a gêné un joueur tel que Van Dijk.

Minamino touche généralement le cuir au cœur du jeu et imprime des changements de rythme qui désorganisent les défenses. Avec un moyenne de 2 passes clés et de 1.5 dribbles réussis par match (en LdC), il était le joueur qui créait les différences dans le jeu de l’équipe de Jesse Marsch. D’autre part, le droitier asiatique n’a pas la production d’un Haaland devant le but mais il sait être efficace. Sa volée contre Liverpool témoigne d’un parfait équilibre et en général Takumi ne tente sa chance que lorsqu’il est très bien placé.

Une pièce moulée pour le puzzle tactique de Klopp

Un profil de facilitateur de jeu qui n’est pas sans rappeler celui de Firmino. Voilà qui nous permet d’embrayer sur la place que Takumi Minamino peut occuper chez les Reds. Premièrement, il paraît impossible qu’il déloge l’un des excités du trio d’attaque de la Mersey. Mais c’est là que le board du club au Liver bird est intelligent. Sans risquer de perdre trop d’argents, Liverpool s’offre un joueur de rotation polyvalent, possédant des qualités autres que celles d’un Origi et qui a les moyens de supplanter Shaqiri. Le Japonais pourrait permettre de faire souffler les trois de devant. Il nous tarde de le voir évoluer dans un rôle de faux 9 par exemple.

À Salzbourg il s’épanouissait notamment en pointe haute du 4-4-2 en losange de Marsch ou sur les ailes d’un 4-2-2-2. Jürgen Klopp ne devrait pas renier son 4-3-3 pour satisfaire aux aises de Minamino mais celui-ci est susceptible d’évoluer en tant que numéro 8 dans ce système. À moins qu’il ne l’essaye parfois en 10 dans un 4-2-3-1 avec 2 joueurs au profil plus costaud en retrait (Fabinho, Henderson, Milner).

Jürgen Klopp avait envie de se payer le coach de Monterrey en Coupe du monde des clubs. Il aura bientôt mieux à faire : intégrer Minamino.
Crédit photo : en24.news

En tout cas Klopp a de nombreuses options et il n’aura pas à éduquer Minamino à la mentalité Reds. Elle est déjà bien ancrée chez le Samouraï. Car nous ne l’avons pas encore mentionné mais à l’instar de son volume de jeu, l’activité sans ballon de Takumi est frappante. Travailleur, combatif, le milieu japonais n’hésite pas à revenir. Il saura satisfaire au pressing constant imposé par le technicien allemand. Un style de jeu où la passe vers l’avant et la création d’occasions sont recherchées à tout prix. Le gegenpressing, propre aux Allemands, était également appliqué à Salzbourg. Marco Rose et René Marić, prédécesseurs de Marsch, l’avaient fortement développé.

From Red Bull to Liverpool, sur les pas de Keïta et Mané

Le parallèle a d’ailleurs été fait par Ralf Rangnick, ancien entraîneur de la grande sœur de Salzbourg : le RB Leipzig. Il se trouve que le petit malin occupe un poste important dans la filière sport de Red Bull et qu’il possède des liens avec plusieurs Reds. En effet Keïta, Mané (développés à Salzbourg), Matip et Firmino (respectivement passés par Schalke et Hoffenheim) ont été influencés par la même culture de jeu que celle prôner par Klopp. C’est pourquoi Rangnick est persuadé que Minamino va réussir du côté d’Anfield, comme les joueurs précédemment cités.

« Ce n’est absolument pas une coïncidence qu’il ait 4 anciens joueurs à moi parce que cela montre qu’il recherche, en fait, le même genre de joueurs, avec les mêmes atouts, avec la même mentalité que nous. »

Ralf Rangnick à propos de Jürgen Klopp

Le coach fou des Reds n’a pas manqué de vanter les qualités de son nouveau poulain. Qualifiant sa venue de « merveilleuse signature » sur le site officiel du Liverpool FC. Reste à savoir s’il va chercher à l’aligner de suite. Il semblerait que Klopp aime à faire poireauter ses nouveaux joujoux avant de les lancer dans le bain. Fabinho par exemple a attendu près d’une demi-saison avant d’avoir sa chance. Naby Keïta, certes gêné par les blessures, commence à peine à faire son trou.

Enfin, si Klopp fait appel à lui, nul doute que Takumi Minamino sera prêt et déterminé. Il a déclaré que jouer pour Liverpool « a été un rêve » et se dit impatient de découvrir Anfield et ses fans. Le Japonais n’a pas caché ses ambitions : « Mon objectif est de gagner la Premier League et la Champions League, et d’apporter une bonne contribution à l’équipe ». Attention, Takumi Minamino a déjà beaucoup de supporters dans sa poche, il ne lui reste plus qu’à faire étalage de tout son talent sous la clameur d’Anfield.

Crédit photo : @LFC / Twitter de Liverpool FC
Marius VEILLEROT

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :