Football

Jour 16 : Angleterre-Argentine 1966 ou le match qui poussa à la création des cartons

16ème jour et 16èmecase de ce calendrier de l’Avent spécial Olympistes. Aujourd’hui, nous traitons un point assez méconnu du sport le plus médiatisé au monde, le football. Retour sur des évènements de la coupe du monde 1966 en Angleterre qui ont conduit à la création des cartons jaune et rouge.

Ils sont brandis presque à chaque rencontre, dans un souci d’établir des limites aux débordements, aux menaces, aux actions dangereuses, aux gestes d’antijeu voire les simulations. Les cartons sont d’une extrême importance dans un sport tel que le football. Une chose que l’on sait moins en revanche, c’est que ces petits morceaux de couleur vive n’ont vu le jour il n’y a qu’une cinquantaine d’années.

Angleterre-Argentine, le match qui fit parler

Replongeons-nous en des temps où l’arbitre n’avait que pour seule autorité son sifflet à la bouche. En 1966, l’Angleterre, terre du football, accueille la Coupe du Monde. A cette époque, la compétition ne compte alors que 16 équipes réparties en quatre groupes de 4 équipes nationales. Les deux premières de chaque poule accèdent ainsi aux quarts de finale. Le pays hôte sort brillamment de son groupe en terminant premier devant l’Uruguay et des Français qui terminent bons derniers. De son côté, l’Argentine termine à égalité de points en tête de son groupe avec l’Allemagne de l’Ouest mais l’Albiceleste finit seconde à cause d’une moins bonne différence de buts. Les deux sélections se rencontrent donc en quarts de finale et voit triompher l’Angleterre sur un but à zéro (inscrit à la 78epar Geoffrey Hurst). Mais le début de match changea bien des choses : en effet, les esprits s’échauffent dans un match à enjeu particulièrement tendu, et l’arbitre Rudolf Kreitlein expulse le capitaine argentin Antonio Rattín dès la 36eminute de jeu. Le joueur refuse d’abord de quitter la pelouse et des joueurs à la fois des Three Lions et de l’Argentine en viennent aux mains. Il faut attendre plusieurs minutes avant que la tension ne redescende et que le défenseur argentin se décide à sortir.

Une idée en « carton » pas si bête que ça

cartonjaune_olympistes
Massimo Busacca brandissant un avertissement (carton jaune). Crédit photo : Wikipédia

Suite à ce match houleux et très débattu après la victoire finale de l’Angleterre, leur apportant leur premier sacre mondial, des décisions fortes sont prises. L’homme de la situation se prénomme Ken Aston, responsable de la désignation des arbitres, et se voit charger par la FIFA de trouver un moyen efficace de transmettre les consignes pour un arbitre aux joueurs. Il réfléchit alors à des indicateurs colorés qui pourraient donner des informations aux joueurs et les pénaliser en cas de mauvais comportement, sportif ou non, sur un terrain de foot. Il s’inspire des feux tricolores en prenant les deux couleurs signalant un danger ou son approche, le jaune et le rouge, facilement distinguables. Le jaune servira d’avertissement tandis que le rouge désignera l’expulsion simple et immédiate du joueur. Il propose que ces couleurs soient appliquées sur des morceaux cartonnés. Et les cartons sont nés ! Des cartons qui seront repris dans différentes disciplines sportives pour donner les mêmes consignes.

Crédit photo : fifa.com
Adrien Fedeli

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :