Divers

Jour 12 : Le jour où… une femme a arbitré en Ligue 1

Pour cette 12e case du calendrier de l’Avent, les Olympistes vous propose de découvrir le jour où… une femme a arbitré un match de Ligue 1. Après deux matchs tests réussis la saison passée, la Fédération Française de Football a promu Stéphanie Frappart en tant qu’arbitre de Ligue 1 pour la saison 2019/2020.

Un rêve devenu réalité

Consécration pour une passionnée du football qui avait deux rêves « arbitrer une finale de Coupe de monde et officier sur les terrains de Ligue 1 », dans une interview accordée à France Info. En 2014, Stéphanie Frappart est la première femme à arbitrer des matchs masculins en Ligue 2. Et c’est en 2019 qu’elle a pu réaliser ses rêves. En effet, elle a arbitré la finale de Coupe de monde féminine qui a vu s’affronter les États-Unis et les Pays-Bas à Lyon, et le match Amiens SC contre le RC Strasbourg le 28 avril dernier, comptant pour la 34e journée de Ligue 1. Elle est alors considérée comme une des meilleures arbitres du championnat. En 2019, elle arbitre même un match européen, la finale de la Supercoupe de l’UEFA, opposant le Liverpool FC au Chelsea FC. Après cette année pleine de consécrations, l’arbitre est finalement désignée comme la meilleure arbitre du monde par la Fédération Historique des Statistiques du Football.

Une évolution qui ne doit pas s’arrêter

Dans un championnat qui existe depuis 1932, il a fallu attendre 2019 pour qu’une femme soit enfin sur les terrains. C’est seulement en 2011 que la FFF a commencé une féminisation du football. Mais pourquoi a-t-on du attendre si longtemps ? Tout d’abord, parce que femme ou homme, le métier d’arbitre est difficile à exercer. Des amateurs aux professionnels, les arbitres se font souvent incendier pour des décisions qui paraissent contestables. Cela est vrai dans tous les sports et pas seulement dans le football. Il faut donc savoir encaisser et toujours être calme pour pouvoir continuer de gérer un match malgré les contestations et les insultes chaque weekend. Cela explique le manque de volontaires pour devenir arbitre. De plus, les arbitres femmes sont prises à partie encore plus facilement. Le changement commence tout juste en France et les insultes sexistes tendent à diminuer. Cependant le football reste l’un des sports les plus sexistes. D’après RTL, en 2019, 86 joueuses ont quitté le club de Saint-Sulpice, dans le Tarn, à cause de comportements sexistes.

Le football est donc sur une bonne voie. Il faut, cependant, continuer les efforts afin de voir des arbitres féminines sur les terrains plus souvent. Lorsque cela deviendra banal, on pourra dire que le football a vraiment évolué.

Crédit: Bulent Kilic / 20 minutes
Maïlys David

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :