Divers

Jour 11 : Le quidditch, sport fictif devenu réalité

Onzième case du calendrier de l’Avent chez les Olympistes, et aujourd’hui nous traitons du sport le plus connu des sorciers. Il vient tout juste de débarquer dans le monde des moldus, retour sur une discipline plus populaire que l’on ne le croit.

« Tu es un sorcier Harry », beaucoup (voire énormément) de monde connait cette phrase mythique de l’univers de J.K. Rowling, issue des livres Harry Potter. Une saga adaptée au cinéma à partir de 2001 et 8 films plus tard des millions de fans à travers le monde, l’univers a traversé le grand écran pour débarquer dans notre monde et cela avec ses us et coutumes. Pas encore de baguettes magiques ou de coupe de feu à l’horizon, mais une chose est sûre : vous pouvez dès à présent vous essayer au sport iconique de la saga, le quidditch.

Comment ça marche ?

Malheureusement pour tous les fans des romans, les balais ne nous permettent pas encore de voler. Ainsi, une partie de quidditch « moldu » se joue debout, les deux pieds au sol et un balai entre les jambes pour se déplacer. L’aire de jeu fait en moyenne une cinquantaine de mètres de long pour 30m de large, avec de chaque côté du terrain trois anneaux déposés dans une zone dédiée. Chaque équipe se compose de 7 joueurs : 3 poursuiveurs, 2 batteurs, 1 gardien et un attrapeur, appelé plus communément « vif d’or ».

Le but est de marquer plus de points que l’équipe adverse. Pour y arriver, deux solutions sont possibles : les poursuiveurs doivent envoyer un ballon, appelé « souafle » dans le monde des sorciers, à travers l’un des cerceaux adverses. Cela rapporte 10 points à l’équipe. Autrement, il faut attraper le Vif d’Or, une balle glissée dans une chaussette, elle-même coincée dans le short de l’attrapeur. Agripper cette balle permet non seulement de gagner 30 points, mais elle met aussi fin à la partie en cours. De leur côté, les batteurs ont à leur disposition des ballons, désignés par le terme « cognard » (comme dans le film, il n’y a rien de sorcier), pour toucher les poursuiveurs qui perdent alors la possession du souafle. Enfin, le gardien est le seul immunisé face au cognard quand il est dans sa zone défensive, en empêchant les poursuiveurs de faire passer le ballon à travers l’un des cerceaux. Une personne touchée par un cognard ou qui lâcherait son balai au cours de la partie doit revenir au niveau de sa base défensive et toucher un cerceau pour revenir dans le jeu. Simple non ?

DDM NEDIR DEBBICHEAUCH HIPPODROME TOURNOI DE QUIDDITCH
Des joueurs de quidditch en action, un sport où la mixité règne.
Crédit photo : ladepeche.fr

Des compétitions supranationales

Ce sport fictif est désormais officiel depuis plus d’une décennie avec des clubs un peu partout en France. Depuis 2009, l’AIQ, « Association Internationale de Quidditch, propose des compétitions entre moldus à l’échelle internationale. De ce fait, vous pouvez représenter votre pays pour des championnats aussi mondiaux qu’européens. L’équipe nationale américaine a raflé à trois reprises le premier prix en 4 tournois (2012, 2014 et 2018). L’Australie est le seul autre vainqueur pour le moment avec une victoire à l’édition 2016.

De son côté la France domine à l’échelle européenne. Depuis 2012, les meilleurs clubs européens se rencontrent pour représenter leur nation lors de l’European Quidditch Cup et glaner les récompenses. Les clubs français sont les meilleurs en la matière, avec 4 médailles d’or (1 pour le Paris Fénix en 2012 et 3 pour les Paris Titans en 2015, 2016 et 2019), bien loin devant des clubs britanniques et belges.

Crédit photo : quidditchpost.com
Adrien Fedeli

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :