Divers

Jour 8 : Björn Borg et la malédiction de Flushing

Pour ce 8ème jour du calendrier de l’Avent sportif, les Olympistes vous proposent de revenir sur une légende du tennis : le Suédois Björn Borg. Une légende certes incontestée – onze titres du Grand Chelem à son actif – mais dont la carrière présente un point noir. Sacré six fois à Roland-Garros et cinq fois à Wimbledon, Borg n’a jamais remporté l’US Open malgré quatre finales disputées.

1976 : première désillusion face à Connors

A seulement 20 ans, Borg vient de conquérir son troisième titre du Grand Chelem à Wimbledon. Avec en outre deux Roland-Garros remportés en 1974 et 1975, le Scandinave est attendu à New-York où l’US Open se joue alors sur terre battue à Forrest Hills. Un set partout, ni l’Américain, ni le Suédois n’arrive à prendre le dessus au cours de la troisième manche. Lors du tie-break, Borg obtient quatre balles de set dont deux sur son service. Malheureusement, il n’en concrétise aucune et Connors remporte un jeu décisif remarquable d’intensité. Même l’arbitre, à 9-9, oubli la règle du changement de côté avant de le signaler aux joueurs à la dernière seconde.

Borg s’incline finalement en quatre manches (6-4, 3-6, 7-6, 6-4). Dix ans après la fin de sa carrière, il déclare faire encore des cauchemars de cette finale.

Le temps des blessures

Les trois années suivantes, Borg est limité par les blessures. Il abandonne dès les huitièmes de finale en 1977 à cause d’une blessure musculaire à la cuisse. En 1978, il s’incline à nouveau contre Connors dans une finale à sens unique qu’il joue sous anti-douleurs. Un an plus tard, c’est son épaule qui lui fera perdre un quart de finale mémorable contre Roscoe Tanner.

En 1980, le Suédois arrive à New-York au sommet de son art. Avec 49 victoires en 50 matchs, l’US Open lui tend les bras. En finale, il joue John McEnroe contre qui il a remporté le « match du siècle » quelques mois plus tôt à Wimbledon. Revanchard, l’Américain remporte les deux premières manches. Mais pas si vite, Borg rejoint Big Mac à deux manches partout. Personne n’a battu le Scandinave en cinq manches depuis plus de cinq ans. Ice Borg va-t-il enfin briser la glace ?

A 3-3 dans la dernière manche, Borg peste contre une décision de l’arbitre. Perturbé, agacé, frustré, il commet deux irréparables doubles fautes à 30A. Break McEnroe, qui remporte un affrontement de 4h07 7-6, 6-1, 6-7, 5-7, 6-4. La malédiction new-yorkaise se poursuit pour le natif de Stockholm.

Crédit photo : Tennis Legend

13 septembre 1981 : l’heure de l’envol ?

Fait inédit en 1981, Björn Borg n’est plus le patron du circuit. Il est défait à Wimbledon par McEnroe – pour la première fois depuis cinq ans – et perd la place de numéro un mondial. Pourtant, le suédois joue libéré et n’est pas loin de son meilleur tennis. En feu, il expédie Jimmy Connors en demi-finale en trois sets seulement !

Dans l’autre partie de tableau, John McEnroe doit batailler en cinq manches pour rejoindre Borg en finale. Le vent semble enfin tourner en faveur du Scandinave. Mais, après le calme la tempête. Suite à sa demi-finale, Borg reçoit des menaces de mort. La même année, John Lennon est assassiné, Ronald Reagan se fait tirer dessus, tout comme Jean-Paul II. La police prend donc ces menaces au sérieux et encercle le court Louis Armstrong.

Dans une finale attendue, Borg remporte la première manche alors même qu’une seconde menace de mort tombe.

Malheureusement pour le Suédois, Big Mac survoles le trois manches suivantes (4-6, 6-2, 6-4, 6-3). Une finale attendue mais indigente. Sur la fin, Borg ne donne même pas l’impression de se battre. Dépité, il ne prend même pas part à la remise des trophées. À 25 ans, la légende Borg vient de disputer son dernier match en Grand Chelem.

Crédit Photo : Eurosport
Eliot Haury

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :