Football

Euro 2020 : la France en difficulté, l’Espagne et la Belgique épargnés

Ce samedi avait lieu le tirage au sort du prochain championnat d’Europe, qui se déroulera du 12 juin au 12 juillet prochain. Grosse particularité de cette 16ème édition : les matchs se tiendront dans douze pays différents, de quoi nous donner le tournis, d’autant que les résultats du tirage sont loin d’arranger tout le monde…

La France hérite du groupe de la mort !

Cette fois-ci, la « chatte à Dédé » n’aura rien pu faire : nos Français sont tombés dans l’un des pires groupes envisageables en vue du prochain championnat d’Europe de football. Intégrée au groupe F, l’équipe de France retrouvera en juin prochain des poids-lourds européens : l’Allemagne, le Portugal ainsi que le vainqueur des barrages en ligue A (connu en mars 2020). Autrement dit la France affrontera à Munich le 16 juin prochain ses voisins allemands, puis les 20 et 24 juin le groupe se déplacera à Budapest, en Hongrie. Concernant le troisième adversaire probant, quatre équipes participeront aux barrages à la fin du mois de mars : Bulgarie-Roumanie et Islande-Roumanie en demi-finales, avant un dernier choc le 31 mars entre les deux vainqueurs pour tenter de décrocher un des derniers tickets de cet EURO 2020. L’Islande reste favorite et a toutes ses chances de compléter ce groupe F, ce qui pourrait donner un remake du dernier parcours français en championnat d’Europe. Des Islandais, battus 5-2 en quarts de finales lors de l’édition précédente, puis une Mannschaft éliminée 2-0 par nos Bleus au Stade Vélodrome au tour suivant, avant une cruelle défaite concédée en finale face au Portugal de Cristiano Ronaldo 1-0 (après prolongations).

selectionneurseuro2020_olympistes
De gauche à droite, Joachim Löw (Allemagne), Fernando Santos (Portugal) et Didier Deschamps, les sélectionneurs du choc du groupe F. Crédit photo : linternaute.com

Attention tout de même ! Nouvelle formule oblige, il ne se peut qu’aucune des équipes des barrages de la ligue A préalablement citées ne finissent dans ce groupe. Car oui, pour ne pas complexifier les choses, si la Roumanie l’emporte et obtient sa place pour l’Euro elle se dirigera vers le groupe C, celui des Pays-Bas, de l’Autriche et de l’Ukraine. Pourquoi ? 12 villes de 12 pays différents ont été sélectionnés pour fêter les 60 ans de la compétition, et si une sélection issue des 12 pays se qualifie, elle sera d’office placée dans le groupe concernant sa ville hôte. Le groupe C concerne des matchs qui auront lieu à Amsterdam (d’où la présence des Pays-Bas) et Bucarest, capitale de la Roumanie. Ainsi la Roumanie s’en irait et le groupe F accueillerait le vainqueur des barrages de la ligue D, qui se disputera entre la Géorgie, la Macédoine du Nord, le Kosovo et la Biélorussie. Des équipes de l’Est qui aiment défendre, ce que la France craint par-dessus-tout…

Espagne et Belgique parmi les plus chanceux

Ces deux grandes nations du football de la dernière décennie n’auront que peu d’adversité dans leur groupe, respectivement le groupe B pour les voisins belges et le E pour les Espagnols (facile à mémoriser). La Roja devra s’en sortir après avoir affronté la Suède, la Pologne et l’équipe vainqueur des barrages en ligue B (soit celle qui s’en sortira entre la Bosnie-Herzégovine et l’Irlande du Nord d’un côté, et entre Irlande et la Slovaquie de l’autre). L’équipe de Luis Enrique, le sélectionneur revenu en poste récemment, n’aura pas grand-chose à faire si ce n’est continuer sur sa lancée et rapidement obtenir les points nécessaires à l’accession aux phases finales.

De leur côté, les coéquipiers d’Eden Hazard tombent comme prévu face au Danemark et à la Russie, deux villes qui n’ont pas fini dans le pot 1 mais qui accueillent des rencontres, à Saint-Pétersbourg pour les Russes et à Copenhague pour nos amis Danois. Quatrième équipe désignée pour ce groupe, la Finlande participe là à son premier Euro et devra s’appuyer sur son attaquant vedette, Teemu Pukki, l’attaquant de Norwich City, pour réaliser les mêmes performances que lors des éliminatoires et prétendre à aller loin dans la compétition, à l’image de valeureux Islandais lors de l’EURO 2016.

Groupes A et D, des confrontations à suspens

Commençons par le groupe A, le groupe de l’Italie. Celle-ci aura fort à faire face à de solides effectifs. Le Pays de Galles, qui s’est qualifié in extremis pour la phase de poules, souhaitera rééditer la performance du précédent exercice (éliminé en demi-finale face aux futurs vainqueurs portugais) tandis que la Turquie retrouve la compétition après une élimination dès le premier tour en 2016. Dernière équipe du groupe A, la Suisse veut montrer qu’elle a les armes cette année encore pour concurrencer les plus grands. Sortis premiers de leur groupe et intégrés au pot 2, les Helvétiques voudront à nouveau rallier les huitièmes de finale et pourquoi pas faire un petit bout de chemin pendant le tournoi…

Le groupe D sera le groupe des finalistes de la dernière coupe du monde à savoir la Croatie, accompagnés des Anglais et coéquipiers d’Harry Kane (meilleur buteur des éliminatoires avec 12 buts) qui ont une revanche à prendre, puisque défaits en demi-finale de la dernière Coupe du Monde face à ces mêmes Croates (2-1 après prolongations). Pour gratter des points et finir premier ou deuxième de la poule, les deux collectifs auront comme adversaire la République Tchèque qui était déjà présente dans le groupe A des éliminatoires avec l’équipe Anglaise. Enfin, la quatrième équipe sera celle issue des barrages de la ligue C, qui commencera par des demi-finales entre Norvège et Serbie puis Écosse et Israël.

Crédit photo : Maxppp
Adrien FEDELI

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :