Football

Ballon d’Or : puisqu’il faut en choisir un

Certaines choses ne changent pas et reviennent à chaque période. Les feuilles tombent durant l’automne, les vacances arrivent début juillet, et le débat au sujet du Ballon d’Or fait rage en fin d’année. Comme chaque année, le nom de Lionel Messi revient mais certains Reds ont leurs arguments. Analyse des forces et faiblesses des prétendants à la plus belle récompense individuelle.

Lionel Messi, comme une habitude

Depuis 2007, année où l’Argentin avait terminé pour la première fois sur le podium, Lionel Messi est cité chaque année comme un grand favori et cette édition 2019 n’en échappera pas. Certes, Barcelone s’est fait humilier en demi-finale de la Ligue des Champions en essuyant une nouvelle remontada face à Liverpool. Mais la saison de la Pulga est exceptionnelle. En 2019, Messi a inscrit 44 buts et délivré 14 passes décisives en 51 matchs. Une nouvelle saison extraordinaire pour le joueur de 32 ans mais tout ne fut pas rose pour lui. Impliqué sur 1,14 but par match en moyenne, la seule ombre au tableau sont ses performances collectives. Défait à Anfield, battu sans gloire en finale de Coupe du Roi, une nouvelle fois décevant avec sa sélection, sa dixième saison en Liga est un maigre argument en sa faveur. Au vu de certains coups d’éclats qui ont marqués les esprits, comme la demi-finale aller de la Ligue des Champions, le génie argentin semble tout de même le grand favori. A coup sûr, un douzième podium ne devrait pas lui échapper.

Le 600ème but de Lionel Messi a marqué les esprits
Crédit photo : Getty Images

La hype Sadio Mané

Vainqueur de la Ligue des Champions et de la Supercoupe d’Europe, meilleur buteur de Premier League, finaliste de la CAN. Voilà un bilan à en épater plus d’un. En effet, la saison de Sadio Mané est exceptionnelle, autant d’un point de vue individuel que collectif. A l’inverse de Lionel Messi, le Sénégalais a récolté des titres individuels incontournables, à l’instar de la Ligue des Champions. Un doublé en huitièmes de finale pour éliminer le Bayern Munich, décisif lors de la CAN, étincelant face à Chelsea lors de la Supercoupe d’Europe, le joueur de Liverpool fut l’un des acteurs majeurs de son équipe tant dans le jeu que dans les statistiques. Meilleur buteur de la Premier League (ex-aequo avec Mohamed Salah et Pierre-Emerick Aubameyang) avec 22 buts, il faut néanmoins constater que le Sénégalais a marqué trois fois moins que Messi en Ligue des Champions. De plus, il risque d’être « victime » du dispersement des voix du fait de l’incroyable collectif des Reds dont aucun joueur majeur ne sort réellement du lot. En effet, sept joueurs de Liverpool sont nommés pour la plus prestigieuse récompense individuelle.

Sadio Mané a été l’un des artisans du sacre de Liverpool en Ligue des Champions
Crédit photo : alamy photos

Van Dijk et Becker, parole à la défense

C’est bien connu, le Ballon d’Or récompense rarement un joueur à vocation défensive : un seul gardien titré (Lev Yachine en 1963) et le dernier défenseur lauréat est Fabio Cannavaro il y a bientôt 15 ans. Pourtant, Virgil Van Dijk et Alisson Becker ont des arguments solides. Le premier a été élu meilleur joueur de Premier League et joueur UEFA de l’année. Patron de l’intraitable défense des Reds, le Néerlandais a été l’un des hommes forts de l’incroyable saison des joueurs de Jürgen Klopp dont la défense fut l’une de leurs forces principales (seulement 22 buts encaissés en Premier League). Son bilan en sélection est remarquable, marquée par une qualification pour l’Euro 2020 et une finale de la Ligue des Nations.

De son côté, Alisson Becker a réalisé une saison incroyable. Sa première saison avec Liverpool est un véritable succès. Meilleur gardien de Premier League, c’est aussi grâce à lui que sa défense fut la meilleure du championnat anglais. Vainqueur de la Copa America sans encaisser le moindre but, le Brésilien présente un bilan individuel et collectif impressionnant. Néanmoins, le poste de gardien est rarement mis en valeur par le Ballon d’Or et il serait étonnant de voir le gardien de 27 ans sur le podium.

Les autres

Une fois n’est pas coutume, Cristiano Ronaldo ne fait pas partie des favoris. Sa première saison avec la Juventus de Turin est plutôt réussie mais loin de ses standards habituels. « Seulement » 21 buts en Serie A, une élimination précoce en Ligue des Champions face à l’Ajax, une défaite étonnante en quarts de finale de Coupe d’Italie : le Portugais a peut-être souffert d’une équipe encore en rodage où parfois seul ce dernier surnageait, comme lors des huitièmes de finale de Ligue des Champions. Défait 2-0 face à l’Atlético Madrid, il a fallu un triplé de CR7 pour que la Vieille Dame atteigne les quarts de finale. Bis repetita en quarts de finale où le Portugais a inscrit les deux seuls buts de sa formation. Toutefois, son excellent bilan en sélection (vainqueur de la Ligue des Nations, deuxième meilleur buteur des qualifications pour l’Euro) jouera en sa faveur et le voir parmi les cinq premiers ne serait guère étonnant.

Une première saison en Italie mitigée pour CR7
Crédit photo : Getty Images

De son côté, Robert Lewandowski termine 2019 en boulet de canon et peut tirer son épingle du jeu, malgré un bilan collectif peu reluisant. Les Citizens Raheem Sterling, Riyad Mahrez, Kevin De Bruyne et Bernardo Silva ont participé à la saison record de leur équipe. Enfin, Frenkie De Jong, Matthijs De Ligt, Dusan Tadic et Donny van de Beek ont épaté la planète football avec l’Ajax Amsterdam, grâce à un football total qui les a conduits en demi-finale de la Ligue des Champions.

Le classement complet du Ballon d’Or sera dévoilé ce lundi 3 décembre.

*L’ensemble des statistiques citées ici datent du 21 novembre.

Crédit photo : Getty Images
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :