Cyclisme

Education First : le paradoxe colombien et la surprise Bettiol

Après une saison 2018 très compliquée, Education First a réalisée une saison pleine, marquée par la révélation Sergio Higuita et surtout la victoire d'Alberto Bettiol sur le Tour des Flandres. Néanmoins, tout ne fut pas rose pour la formation américaine, notamment pour Rigoberto Uran, dont la saison ne fut pas un franc succès. 

Après une saison 2018 très compliquée, Education First a réalisée une saison pleine, marquée par la révélation Sergio Higuita et surtout la victoire d’Alberto Bettiol sur le Tour des Flandres. Néanmoins, tout ne fut pas rose pour la formation américaine, notamment pour Rigoberto Uran, dont la saison ne fut pas un franc succès. 

La révélation Higuita

Brillant toute la saison, Sergio Higuita a réalisé, à 22 ans, sa première saison professionnel pleine. Il aura marqué de son empreinte quasiment toutes les épreuves auxquelles il a pris part. Meilleur jeune sur le Tour de Valence, 2ème du Tour de Californie, 4ème du Tour de Pologne, mais surtout vainqueur d’étape sur la Vuelta, le constat est clair. La pépite sud-américaine a confirmé les espoirs placés en lui et semble capable de jouer un rôle prépondérant dès que la route s’élèvera. Les Colombiens ont vibré face aux acrobaties de René Haguita, gardien de football fantasque dans les années 1960. A Sergio de se faire un prénom désormais…

Victoire en solitaire pour Sergio Higuita sur la 18ème étape de la Vuelta
Crédit photo : Yuzuru Sunada

Alberto Bettiol, venu (presque) de nul part

Comment faire pour devenir millionnaire ? Monter sa start-up ? Bien travailler à l’école ? Peut être, mais ceux qui ont parié sur la victoire d’Alberto Bettiol sur le Tour des Flandres vous répondront que les paris peuvent s’avérer payants. D’autant plus lorsque vous pariez une victoire sur un coureur sans grandes références sur les Flandriennes si ce n’est une 4ème place sur le GP E3 deux semaines auparavant. L’Italien a réalisé une performance aussi étonnante que spectaculaire, grâce à son attaque dans le mythique Vieux-Quaremont. Quand on sait qu’il n’avait jamais gagné la moindre course professionnelle auparavant, ça vous classe la surprise. Toute comparaison avec la victoire de Jacky Durand sur cette même épreuve serait légitime, au vu de l’incroyable performance de la part de ce coureur de 26 ans.

Le mystère Rigoberto Uran

Derrière ses allures de rock star, Rigoberto Uran reste avant tout un mystère pour les amateurs de cyclisme. Capable de briller sur les Grands Tours, tout le monde a en mémoire son podium sur la Grande Boucle, en 2017. Le Colombien avait aussi terminé deux fois consécutivement 2ème du Giro (en 2013 et 2014). Cette saison, le coureur de 32 ans a terminé 7ème du Tour. Honorable certes, mais ce manque de régularité et cette carrière marquée uniquement par des coups d’éclat laissent un sentiment d’inachevé concernant les capacités de Rigoberto Uran. A 32 ans, il n’est pas improbable de le voir se concentrer sur les courses d’un jour sur lesquels il a déjà brillé. Vainqueur du GP de Québec en 2015 et des classiques italiennes, Rigoberto Uran est capable de briller sur ce terrain là.

Education First en 2019, c’est :

  • l’inattendue succès de Alberto Bettiol
  • Un Colombien qui confirme, un autre qui déçoit
  • La 2ème place de Tejay Van Garderen sur le Critérium du Dauphiné. OVNI.
  • La victoire de Sep Vanmarcke sur la Bretagne Classic
  • Une 8ème place au classement UCI, soit 8 places de mieux que la saison dernière.
Crédit photo : Sirotti
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :